Référendum ADP : faut-il attendre un appui du gouvernement ?

Des personnalités saisissent le Conseil constitutionnel du silence médiatique et institutionnel qui entoure la collecte des signatures nécessaires à la tenue du référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris. Mais est-il réaliste d’attendre un appui de ce gouvernement ? Ne faut-il pas au moins prévoir de s’en passer ? Et donc où en est la mobilisation ?

Le constat fait par les dix-sept personnalités qui ont saisi le Conseil constitutionnel d'une réclamation portant sur l'attitude du gouvernement et des médias par rapport à la collecte de signatures pour la tenue d'un référendum d'initiative partagée sur le la privatisation d'Aéroports de Paris, est exact : silence des médias, surtout si on compare avec la couverture du Grand Débat, déloyauté du gouvernement qui s'abstient de toute information - sans parler  des obstacles pratiques au recueil des signatures. Il est donc demandé au Conseil Constitutionnel de recommander au gouvernement un certains nombre de mesures visant à porter à la connaissance des citoyen-ne-s l'existence de la procédure engagée  et à mettre en place un débat public portant sur les enjeux.

https://www.anticor.org/2019/09/10/adp-depot-dune-reclamation-au-conseil-constitutionnel-pour-briser-le-silence-autour-du-rip/

Il est difficile de prévoir les suites que le Conseil Constitutionnel donnera à cette réclamation. On peut aussi penser que le gouvernement continuera à avoir un "comportement déloyal", pour reprendre les termes employés, vis-à-vis de la mise en place de la procédure pouvant mener au référendum.

Face à la stagnation du nombre de signatures nécessaires à la tenue du référendum, il serait donc prudent de penser à des mesures qui ne reposent pas uniquement sur le Conseil Constitutionnel et le gouvernement.

Ce qui pose la question : où en est la mobilisation des partis politiques dont les parlementaires ont initié la procédure ? La collecte de signature repose-t-elle actuellement sur autre chose que l'implication de bénévoles, par ailleurs souvent investi-e-s dans d'autres campagnes ?

Si tous les maires membres ou proches de ces partis inséraient une information dans leur bulletin municipal, utilisaient les diverses modalités d'affichage municipal, mettaient à disposition des postes informatiques et une aide pour que les gens puissent signer, organisaient des débats publics ou aidaient les associations à le faire, est-ce qu'une bonne partie de ce que les dix-sept personnalités demandent au Conseil Constitutionnel de recommander au gouvernement ne serait pas déjà en place ?

Certes, il y a un enjeu politique à contraindre le gouvernement à prendre des mesures permettant le bon déroulement d'une procédure référendaire prévue par la constitution, qui va au-delà l'initiative concernant la privatisation d'Aéroports de Paris. Mais s'agissant de cette initiative déjà lancée, il y a un enjeu pratique à mobiliser sans le gouvernement - ce qui fait de toute façon pression pour que le gouvernement s'implique dans un cadre institutionnel au débat.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.