Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 déc. 2017

Quand une circulaire du ministre de l'intérieur est au-dessus des lois

Avec la circulaire du 12 décembre 2017, le ministre de l'intérieur montre à nouveau qu'il est au-dessus des lois. Elle institue une différenciation des personnes étrangères en hébergement d'urgence, dont la situation devient du ressort du ministère de l'intérieur, en vue de les faire sortir de ces dispositifs, et le cas échéant de les expulser du territoire.

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Personne n'a vocation à rester dans les dispositifs d'hébergement. Leur rôle est de fournir une réponse d'urgence et d'orienter vers des solutions durables. Mais le manque de places en limite l'accès et précarise les situations, tandis que le manque de logements et d'hébergements durables accessibles bloque les parcours d'insertion. Ceci est valable quelle que soit la nationalité des personnes.

L'accès à l'hébergement d'urgence est inconditionnel (donc sans condition de nationalité et de régularité de séjour) en vertu du code de l'action sociale et des familles dans son article L 345-2-2. Ce droit est considéré par le Conseil d'État comme une liberté fondamentale (même s'il en a depuis rogné l'effectivité).

La circulaire du 12 décembre 2017 prévoit que des équipes de l'OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) et des préfectures se rendent dans les centres d'hébergement d'urgence pour examiner spécifiquement la situation des personnes étrangères, qui ont donc un traitement différencié, relevant du ministère de l'intérieur (dont dépendent les préfectures et l'OFII), pour les orienter vers la sortie.

Cette orientation peut se faire :

- vers le dispositif d'accueil des demandeur-se-s d'asile pour les personnes qui en relèvent, sauf qu'il n'y a pas assez de places (c'est pour ça que ces personnes se retrouvent dans les dispositifs d'hébergement d'urgence, quand il y a de la place);

- vers une solution d'hébergement ou de logement adaptée ou durable pour les personnes en situation régulière, ce qui fait partie des missions des structures d'hébergement d'urgence et se heurte là encore au manque de places;

- par le traitement de la situation administrative quand la régularité du séjour fait question;

- vers l'expulsion du territoire en passant par le placement en rétention ou l'assignation à résidence pour les personnes en situation irrégulière.

La circulaire précise que "l'équipe mobile pourra à nouveau se rendre sur place pour s'assurer de la bonne maîtrise des règles de séjour applicables et s'informer des suites données à ses préconisations", ce qui signifie que les organismes gestionnaires des structures d'hébergement d'urgence sont chargés de l'exécution des "préconisations" des préfectures et de l'OFII et peuvent être contrôlés. Ils se trouvent donc pour ce qui est de l'accueil des personnes étrangères subordonnés au ministère de l'intérieur.

Cette circulaire est un marqueur parmi d'autres (voir ici et ) de la place prise par le ministère de l'intérieur dans notre société.

Vous pouvez

télécharger la circulaire du 12 décembre 2017 ici (pdf, 2.2 MB)

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch