Malte : fuir la torture, c'est du terrorisme

De la manière de transformer des réfugié-e-s en criminel-le-s : un exemple à Malte. Des exilé-e-s sauvé-e-s en mer par un cargo refusent d'être ramené-e-s en Libye. Le cargo les débarque finalement à Malte. Trois exilés sont poursuivis pour terrorisme. Une campagne internationale de soutien s'organise.

C'est une affaire somme toute banale, au sens où Hannah Arendt parle de la banalité du mal. Une embarcation portant une centaine d'exilé-e-s parti-e-s des côtes libyennes se trouve en détresse. Le sauvetage est effectué par un cargo, le El-Hiblu 1. Les autorités de sauvetage européennes ordonnent au commandant du navire de ramener les exilé-e-s en Libye. Il est illégal de refouler des personnes vers un pays comme la Libye où elles risquent d'être soumises à des traitements inhumains et dégradants - torture, viol, enfermement arbitraire, manque de nourriture, travail forcé, coups... Pour que leurs propres gardes-côtes ne soient pas impliqués dans des opérations de refoulement, les autorités européennes soit demandent aux gardes-côtes libyens d'intervenir, soit à des navires marchands auxquels ils ordonnent de débarquer les personnes dans un port Libyen.

À bord du El-Hiblu 1, les exilé-e-s se sont rendu-e-s compte que le navire se dirigeait vers la Libye. Elles et ils ont protesté, exigé d'être débarqué-e-s en Europe. Il n'y a pas eu de violence. Le navire a fait demi-tour et les a débarqué-e-s à Malte.

Issue respectueuse du droit international - et de la plus élémentaire humanité - mais intolérable pour les autorités maltaises. Il fallait donc des coupables pour l'exemple. Les coupables désignés sont trois adolescents de 15, 16 et 19 ans. Ils auraient servis de traducteurs lors des négociations avec l'équipage du El-Hiblu 1. Ils sont donc les meneurs. Ils ont été emprisonnés le 28 mars 2019 dans l'attente de leur procès pour terrorisme. Ils ont été libérés sous contrôle judiciaire le 20 novembre 2019, ayant passé huit mois en prison, dans l'attente de leur procès qui n'a toujours pas eu lieu.

Comme le dit Maurice Stierl de Alarm Phone, “Les trois adolescents devraient être considérés comme des héros – ils ont empêché 108 survivants d’être renvoyés dans des conditions inhumaines en Libye“. Une campagne internationale de soutiens s'est mise en place. Vous pouvez en trouver ici le site internet :

https://elhiblu3.info/

Et là le communiqué de presse :

https://alarmphone.org/fr/2020/03/27/liberez-les-elhiblu3/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.