Systéma : le GRU recrute.

Les services militaires secrets russes, GRU, au travers des centres « Systéma » forment des combattants capables de sévir sur leur propre territoire dans des conditions de clandestinité en milieu urbain et naturel. Tous ces centres ont été fondés par d’anciens spetsnaz, agents du GRU. Quand on est agent du GRU, on l’est toute sa vie.

Le GRU forme des bouchers © Pierre HAFFNER

Les services militaires secrets russes, GRU, au travers des centres « Systéma » forment des combattants capables de sévir sur leur propre territoire dans des conditions de clandestinité en milieu urbain et naturel. Tous ces centres ont été fondés par d’anciens spetsnaz, agents du GRU. Quand on est agent du GRU, on l’est toute sa vie.

À première vue, ces centres paraissent anodins. Les candidats ne se rendent pas compte qu’ils ont mis un pied dans un réseau « d’agentura ». C’est ainsi qu’en jargon du GRU on désigne les sujets pouvant être manipulés par des espions très professionnels. Au début, on vous apprend à respirer et à vous détendre. Cela ressemble à des copains qui font du yoga. Mais ensuite, on vous apprendra à envoyer des coups de poing et à flanquer des coups de couteaux dans le dos, au cœur, à trancher la carotide, au maniement des armes à feu et d’explosifs. Les stages de spécialisation se font en Russie.

Les services de contre-espionnage suisses et allemands ont enquêté sur ces réseaux « Systéma » dans leur pays. Au Royaume-Uni, Boris Jhonson est accusé d’avoir bloqué un rapport du MI 5 révélant l’infiltration des services secrets russes dans le monde politique britannique. En France, les services de contre-espionnage ont été muets comme des carpes, lorsque la presse a fait leur travail en révélant la présence de la taupe russe Alexandre Benalla au Palais de l’Élysée. Ne vous attendez pas à ce qu’ils vous parlent de ce réseau « Systéma » du GRU. Dès lors, on peut se poser la question : « Ne sont-ils pas eux-mêmes infiltrés par la mafia russe ? »

Les sociétés militaires privées russes, Wagner et Patriote, interviennent en Ukraine, en Syrie, en Afrique de Lybie à la Centrafrique. On les a vues lors au Venezuela, au Chili et en Bolivie. En Europe, ce sont ces clandestins formés par les centres Systéma qui seront activés en cas de troubles, comme cela fut en 2014 en Ukraine.

Absolument tous les clubs russes de combats en Russie et à l’étranger sont contrôlés par les services secrets russes. Même les petits oiseaux sur les branches savent cela.

Le véhicule immatriculé Е 851 ХВ 190, visible sur cette vidéo, ce dernier trimestre, s’est garé à Moscou dans des parkings proches de :

  • Ministère de l’Intérieur.
  • Musée de l’armée soviétique.
  • Procureur de Moscou.
  • Face de la maison du gouvernement.
  • École supérieure de commerce.
  • Bureau d’enrôlement militaire.
  • École de boxe.

 Pour plus d’information, lire mon article. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.