Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

580 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Algues vertes : attendrons-nous que notre littoral devienne inhabitable ?

Au médecin lanceur d'alerte de Morlaix qui a établi l'implication des algues vertes dans des morts humaines et animales inexpliquées, les pouvoirs publics et les lobbies économiques n'ont opposé que le déni. Aujourd'hui, on peut parler d'une contagion des algues vertes, qui ont débordé largement leur zone de départ initiale (Côtes d'Armor) pour s'étendre de la baie de Seine à la Vendée.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est le résultat indiscutable des investigations qui ont été menées l'été dernier : la superficie des zones d'algues vertes recensées par avion a augmenté de 50% depuis 2002, soit 13 ans après que le docteur Pierre Philippe, à l'époque jeune médecin urgentiste à l'hôpital de Lannion, ait reçu le premier cas de décès  par intoxication à l'hydrogène sulfuré (H2S). Soupçonnant les algues vertes d'en être la cause, il a alors demandé une autopsie, sans résultat.

D'autres morts - animales et humaines - ont été constatées dans les années qui ont suivi, sans aucune réaction des autorités locales ou régionales. Le docteur Philippe, qui a multiplié les mises en garde incriminant les algues vertes, est sèchement rappelé à l'ordre par son autorité de tutelle qui parle d'une "ligne rouge à ne pas franchir".  Les lanceurs d'alerte qui ont dénoncé le phénomène retrouvent des bottes de paille ou des tas de fumier devant leur maison.

Il y a aussi des tentatives d'intimidation et des menaces contre la journaliste Inès Leraud qui a dénoncé le phénomène dans une enquête publiée sous forme de bande dessinée et un acte criminel contre une de ses consoeurs, Morgane Large, qui a retrouvé un boulon d'une roue de sa voiture dévissé, sans même que cet acte criminel suscite le début d'une enquête. Tout ce qui va à l'encontre des intérêts économiques d'un secteur - l'agriculture et l'élevage intensifs émetteurs de phosphates et de nitrates à l'origine de la prolifération - ou du secteur touristique est l'objet de pressions contre les lanceurs d'alerte du corps médical, de la presse, des scientifiques ou des associations et tous les moyens sont bons pour les museler.

Même la télévision est dans le collimateur, comme Thalassa, mise en cause par le président de région Jean-Yves le Driant pour avoir parlé de ce sujet tabou dans une de ses émissions. C'est ce déni généralisé des politiques, des administrations et des tribunaux que, déjà en 2017, commentait le docteur Philippe : « Au fur et à mesure, je me suis rendu compte qu’il existe de toute évidence une volonté de désinformation sur ce sujet. A chaque fois, on commence par nier la réalité du lien entre des œdèmes pulmonaires et l’hydrogène sulfuré. »

Une simple constatation devrait au moins conduire à une application stricte du principe de précaution : tous les cas de morts animales ou humaines signalés se trouvaient à proximité de zones de pourrissement des algues vertes, une des victimes étant morte pendant qu'elle évacuait un chargement de ces algues toxiques. La requête de sa famille pour faire classer ce décès en accident du travail est restée lettre morte pendant neuf ans. La prolifération des algues vertes a bien été suspectée, mais, comme par hasard, les prélèvements n'étaient soit pas faits à temps, soit inutilisables pour des raisons de mauvaise conservation. La seule exception est celle d'un cheval, dont le propriétaire - qui est lui-même passé très près de la mort - a du batailler pour qu'il ne soit pas incinéré immédiatement et que des analyses soient diligentées à ses frais. La constatation d'un taux élevé d'H2S dans le corps de l'animal n'a pas empêché le tribunal administratif de Rennes d'affirmer qu'il était mort étouffé dans la vase.

Tous ces évènements, déjà relatés précédemment, sont arrivés sans même susciter l'élaboration d'un protocole permettant d'en déterminer les causes, malgré les demandes réitérées des associations. Tout récemment, le 12 septembre, la mort a encore frappé : cette fois-ci, c'est deux chiens qui sont retrouvés morts sur une plage, un troisième ayant survécu et présentant tous les symptômes d'une intoxication à H2S.  Les pouvoirs publics vont-ils enfin mettre un terme à leur inertie criminelle ou faudra-t-il attendre d'autres morts humaines pour qu'ils se décident enfin à réglementer les rejets par l'agriculture de substances favorisant la prolifération de ces algues vertes ?

En attendant des décisions qui ne viennent pas, les algues vertes étendent leur territoire : parties de la baie de Saint Brieuc, elles colonisent aujourd'hui des zones allant du nord de la Vendée jusqu'à Lion sur Mer en baie de Seine, incommodant les riverains au moins par les odeurs qui en émanent. Faudra-t-il que l'ensemble des côtes de la Manche et de l'Atlantique deviennent inhabitables pour que nous nous décidions enfin à prendre les mesures nécessaires ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt