Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

537 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Algues vertes : attendrons-nous que notre littoral devienne inhabitable ?

Au médecin lanceur d'alerte de Morlaix qui a établi l'implication des algues vertes dans des morts humaines et animales inexpliquées, les pouvoirs publics et les lobbies économiques n'ont opposé que le déni. Aujourd'hui, on peut parler d'une contagion des algues vertes, qui ont débordé largement leur zone de départ initiale (Côtes d'Armor) pour s'étendre de la baie de Seine à la Vendée.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est le résultat indiscutable des investigations qui ont été menées l'été dernier : la superficie des zones d'algues vertes recensées par avion a augmenté de 50% depuis 2002, soit 13 ans après que le docteur Pierre Philippe, à l'époque jeune médecin urgentiste à l'hôpital de Lannion, ait reçu le premier cas de décès  par intoxication à l'hydrogène sulfuré (H2S). Soupçonnant les algues vertes d'en être la cause, il a alors demandé une autopsie, sans résultat.

D'autres morts - animales et humaines - ont été constatées dans les années qui ont suivi, sans aucune réaction des autorités locales ou régionales. Le docteur Philippe, qui a multiplié les mises en garde incriminant les algues vertes, est sèchement rappelé à l'ordre par son autorité de tutelle qui parle d'une "ligne rouge à ne pas franchir".  Les lanceurs d'alerte qui ont dénoncé le phénomène retrouvent des bottes de paille ou des tas de fumier devant leur maison.

Il y a aussi des tentatives d'intimidation et des menaces contre la journaliste Inès Leraud qui a dénoncé le phénomène dans une enquête publiée sous forme de bande dessinée et un acte criminel contre une de ses consoeurs, Morgane Large, qui a retrouvé un boulon d'une roue de sa voiture dévissé, sans même que cet acte criminel suscite le début d'une enquête. Tout ce qui va à l'encontre des intérêts économiques d'un secteur - l'agriculture et l'élevage intensifs émetteurs de phosphates et de nitrates à l'origine de la prolifération - ou du secteur touristique est l'objet de pressions contre les lanceurs d'alerte du corps médical, de la presse, des scientifiques ou des associations et tous les moyens sont bons pour les museler.

Même la télévision est dans le collimateur, comme Thalassa, mise en cause par le président de région Jean-Yves le Driant pour avoir parlé de ce sujet tabou dans une de ses émissions. C'est ce déni généralisé des politiques, des administrations et des tribunaux que, déjà en 2017, commentait le docteur Philippe : « Au fur et à mesure, je me suis rendu compte qu’il existe de toute évidence une volonté de désinformation sur ce sujet. A chaque fois, on commence par nier la réalité du lien entre des œdèmes pulmonaires et l’hydrogène sulfuré. »

Une simple constatation devrait au moins conduire à une application stricte du principe de précaution : tous les cas de morts animales ou humaines signalés se trouvaient à proximité de zones de pourrissement des algues vertes, une des victimes étant morte pendant qu'elle évacuait un chargement de ces algues toxiques. La requête de sa famille pour faire classer ce décès en accident du travail est restée lettre morte pendant neuf ans. La prolifération des algues vertes a bien été suspectée, mais, comme par hasard, les prélèvements n'étaient soit pas faits à temps, soit inutilisables pour des raisons de mauvaise conservation. La seule exception est celle d'un cheval, dont le propriétaire - qui est lui-même passé très près de la mort - a du batailler pour qu'il ne soit pas incinéré immédiatement et que des analyses soient diligentées à ses frais. La constatation d'un taux élevé d'H2S dans le corps de l'animal n'a pas empêché le tribunal administratif de Rennes d'affirmer qu'il était mort étouffé dans la vase.

Tous ces évènements, déjà relatés précédemment, sont arrivés sans même susciter l'élaboration d'un protocole permettant d'en déterminer les causes, malgré les demandes réitérées des associations. Tout récemment, le 12 septembre, la mort a encore frappé : cette fois-ci, c'est deux chiens qui sont retrouvés morts sur une plage, un troisième ayant survécu et présentant tous les symptômes d'une intoxication à H2S.  Les pouvoirs publics vont-ils enfin mettre un terme à leur inertie criminelle ou faudra-t-il attendre d'autres morts humaines pour qu'ils se décident enfin à réglementer les rejets par l'agriculture de substances favorisant la prolifération de ces algues vertes ?

En attendant des décisions qui ne viennent pas, les algues vertes étendent leur territoire : parties de la baie de Saint Brieuc, elles colonisent aujourd'hui des zones allant du nord de la Vendée jusqu'à Lion sur Mer en baie de Seine, incommodant les riverains au moins par les odeurs qui en émanent. Faudra-t-il que l'ensemble des côtes de la Manche et de l'Atlantique deviennent inhabitables pour que nous nous décidions enfin à prendre les mesures nécessaires ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Afrique
Les affaires offshore de l’ancien gouverneur du Katanga
Riche homme d’affaires et gouverneur de la province minière du Katanga de 2007 à 2015, Moïse Katumbi a poursuivi son business minier, alimenté en partie par des contrats publics, en le logeant dans de discrètes sociétés « offshore ».
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi