PindoramaBahiaflaneur (avatar)

PindoramaBahiaflaneur

Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste

Abonné·e de Mediapart

651 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2023

PindoramaBahiaflaneur (avatar)

PindoramaBahiaflaneur

Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste

Abonné·e de Mediapart

Marielle Franco: un général lie l'impunité aux nommés par l'ex-gouverneur de Rio

Le général Richard Nunes lie le changement des chefs de la sécurité publique de Rio - dont le chef de l'enquête Giniton L. - à l'impunité du commanditaire de la mort de Marielle et de son chauffeur le 14/3/18. Nunes, interlocuteur de la presse, a été secrétaire d'Etat à la sécurité publique de l'Etat de Rio du 27/2/18 au 1/1/19, date de l'extinction du secrétariat par le gouverneur Witzel.

PindoramaBahiaflaneur (avatar)

PindoramaBahiaflaneur

Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

Le commissaire de la police civile Giniton Lages, qui avait eu sous ses ordres directs 70 enquêteurs dédiés à cette seule enquête sur le double assassinat, a été écarté des enquêtes en mars 2019, tout de suite après qu'il ait conclu son enquête avec l'arrestation du sergent Ronnie Lessa et de l'ancien député Élcio Queiroz, désignés comme les exécutants du crime.
 
Le général Richard Fernandez Nunes avait précédemment présenté, lors d'une conférence de presse le 7 mars 2018, les trois nouveaux commandants de la police d'État : le commissaire Rivaldo Barbosa de Araújo Júnior, qui prenait la tête de la police civile, et le colonel Luis Claudio Laviano, qui commanderait la police militaire (PMERJ). Ces changements avaient été annoncés la veille, suite à la décision du président de la République Michel Temer d'une intervention massive des organismes fédéraux dans la sécurité publique de l'État de Rio de Janeiro. Rivaldo Barbosa de Araújo Júnior avait été choisi et nommé à ce poste par le général Walter Braga Netto et le général Richard Fernandez Nunes.
 
Ensuite, entre janvier 2019 et mars 2019, au lendemain même - le 13 mars 2019 - de l'emprisonnement de Ronnie Lessa et Et Elcio de Queiroz, le gouverneur Wilson Witzel a remanié la totalité de l'équipe de la sécurité publique. Cette décision a été prise par ce gouverneur, soutien public du candidat présidentiel Jair Bolsonaro. Le commissaire Marcus Vinícius de Almeida Braga, a été celui qui, le 3 janvier 2019, a pris la direction de la police civile (PC-RJ) avant de déposer sa démission en mai 2020. Ensuite, ont assumé ce poste Allan Turnowski (sept. 2020-mars 2022), venu après le commissaire Flávio Marcos Amaral de Brito, nommé en juin 2020 et qui n'était resté à son poste que trois mois. Depuis le 1er avril 2022, un nouveau directeur général de la police civile de l'Etat de Rio de Janeiro a été nommé par le nouveau gouverneur, le très bolsonariste  Claudio Castro : Fernando Antônio Albuquerque.
 

Illustration 2
Richard Fernandez Nunes, général. © DR

Les cinq premiers mois de 2019 à Rio de Janeiro, sous le gouvernement de Wilson Witzel (PSC-RJ), avaient connu un nombre record de morts par balles dans des affrontements avec la police, selon les chiffres basés sur les données de l'ISP (Institut de la sécurité publique) de Rio de Janeiro. Entre janvier et mai 2019, les forces de sécurité de l'État ont été responsables de 731 décès, soit près de 5 par jour ...
 
" Elle [Marielle Franco] a été tuée parce qu'elle faisait partie d'un groupe politique, et les groupes politiques vont à l'encontre de certains intérêts ", tels ont été les mots du général Nunes. Ils figurent dans ses longs propos échangés, en 2021, avec les chercheurs Celso Castro, Adriana Marques, Verônica Azzi et Igor Acácio pour le futur livre Forças Armadas na Segurança Pública: a visão militar (Les forces armées dans la sécurité publique : le point de vue militaire), publié en 2023. Au quotidien O Estado de São Paulo, ce mois-ci, il a confirmé le contenu de ses déclarations d'alors, qui ont donc été publiées le 19/3/23 dans le quotidien.
 

Illustration 3
Wilson Witzel, gouverneur de Rio de Janeiro, investi le 1/1/2019 et destitué le 30/4/2021. © DR


  
Mais, il faut toujours avoir de la mémoire ...
Le 14 décembre 2018, dans le même quotidien O Estado de São Paulo, le même général déclarait (manchette et photo ci-dessous) au journaliste Marcelo Godoy: 

Illustration 4
© DR

(...)
Général, l'affaire Marielle était-elle un affront à l'intervention [fédérale]?

Ce n'est pas le cas. Ce que je comprends aujourd'hui, c'est que les criminels ont surestimé le rôle que la conseillère municipale pouvait jouer. Il s'agit d'un crime qui était déjà planifié depuis la fin de l'année 2017, avant l'intervention. Nous le savons déjà, c'est clair dans l'enquête. Ce qui s'est passé, c'est le contraire. Les criminels ont réalisé l'ampleur du crime parce qu'il a été commis pendant l'intervention. Nous ne pouvons pas prendre cela comme un affront parce que j'ai pris mes fonctions le 27 février. Et j'ai pris le commandement de la police militaire le 14 mars, jour du crime. Nous commencions un travail. Et aujourd'hui, avec les données que nous avons tirées des 19 volumes d'enquête, il est clair que le rôle qu'elle a joué a été surestimé.

Illustration 5
© DR


Quel rôle a-t-elle joué ?

Elle travaillait dans une certaine zone de Rio contrôlée par des miliciens, où toutes sortes d'intérêts économiques sont en jeu. Dès qu'un dirigeant politique, un membre du corps législatif, commence à remettre en question les relations établies dans cette communauté, cela affecte les intérêts de ces groupes criminels. C'est à cela qu'il faut arriver, pour prouver cette thèse, qui est très solide. Ce qui a conduit au meurtre de la conseillère et du chauffeur, c'est cette perception qu'elle mettrait en danger les intérêts de ces groupes criminels dans ces zones.
  
Comment les mettrait-elle en danger ?

La milice est très active en matière de propriété foncière et exploite donc toutes les ressources. Et à Rio, dans l'ouest, à Jacarepaguá, il y a de sérieux problèmes de subdivision et d'occupation des terres. Ces zones sont compliquées.

Son action serait de faire...

De faire prendre conscience à ces personnes de leur régime foncier. Cela a provoqué de l'instabilité et c'est vers cela que nous nous dirigeons. Je ne peux pas en dire plus.
(...)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.