Didier Migaud met en cause l'effectivité du droit d'asile

 Didier Migaud, au risque de passer pour un agent dormant de l'IFRAP, se fait mousser dans le Figaro qui informe ses lecteurs sur l'action vigilante de la Cour des comptes à pointer les dérives du droit d’asile. Didier Migaud ne manque de suite dans les idées après avoir menacé de faire fermer la sécurité sociale pour 4 milliards quand l'Etat oublie d'en percevoir plusieurs dizaines auprès des copains de l'IFRAP.

 arton12549.jpg

Didier Migaud, au risque de passer pour un agent dormant de l'IFRAP, se fait mousser dans le Figaro qui informe ses lecteurs sur l'action vigilante de la Cour des comptes à pointer les dérives du droit d’asile. Didier Migaud ne manque de suite dans les idées après avoir menacé de faire fermer la sécurité sociale pour 4 milliards quand l'Etat oublie d'en percevoir plusieurs dizaines auprès des copains de l'IFRAP.

Etonnante, cette capacité d'indignation des ballots sur les clopinettes versées aux réfugiés qui fuient la mort (alors que ces mêmes ballots vont verser leur obole aux chrétiens d'orient et crient à  à la guerre des civilisations mais n'en veulent pas chez eux parce que ce sont des arabes) mais leur totale indifférence à l'évasion fiscale :

Union européenne : La fraude fiscale coûte 2 000 milliards d'euros par an

150 milliards d'euros rien que pour la France : " 150 milliards, c’est la somme de toutes les fraudes, évaluée par Charles Prats, un magistrat très fiable. Si on accumule fraude fiscale, argent de la corruption qui commence à pouvoir être valorisé, et la fraude sociale, le total donne cette somme. " (Antoine Peillon)

Et Didier Migaud qui oublie de demander des explications à l'Etat pour sa mansuétude à l'égard de ces criminels, l'évasion fiscale est une criminalité économique et financière.

Excusez du peu, mais une incurie chronique annuelle de 150 milliards mériterait peut-être aussi un rapport et une admonestation sérieuses des pouvoirs publics, non ?

Cette grosse incohérence suffit à démontre que Didier Migaud se moque donc du monde et qu'il trouve dans le Figaro son complice pour soutenir la politique discriminatoire du gouvernement.

Pour info, 150 milliards représentent 50% des recettes fiscales de l'Etat.

On pourrait en faire des choses avec 150 milliards, à commecner par se désendetter et réduire l'impôts des ballots qui paient pour ceux qui ont les moyens de ne pas les payer et trouver des pigeons pour les payer à leur place... (les ballots).

Didier Migaud sert encore une fois la soupe à Manuel Valls et lui permettre de contourner et oublier les recommandations de la Commission consultative des droits de l'Homme : Avis sur le projet de loi portant réforme du droit d'asile

 

______________

 

La Cour des comptes pointe les dérives du droit d’asile

Didier Migaud est à côté de ses comptes

L'IFRAP, mensonge libéral et propagande d'Agnès Verdier-Molinié

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.