L'IFRAP, mensonge libéral et propagande d'Agnès Verdier-Molinié

Quelle chance de pouvoir passer sur tous les médias importants ! Tout le monde n'a pas la chance d'Agnès Verdier-Molinié, surtout quand il s'agit de raconter des inepties selon lesquelles, par exemple, les gens fortunés seraient pressurés d'impôts, tout en oubliant que la France fait cadeau de 150 milliards d'euros par an aux tricheurs, dont elle prend la défense et plaide l'amnistie sur France Info.

552796-der_web.jpg?modified_at=1380127437&width=476

Quelle chance de pouvoir passer sur tous les médias importants ! Tout le monde n'a pas la chance d'Agnès Verdier-Molinié, surtout quand il s'agit de raconter des inepties selon lesquelles, par exemple, les gens fortunés seraient pressurés d'impôts, tout en oubliant que la France fait cadeau de 150 milliards d'euros par an aux tricheurs, dont elle prend la défense et plaide l'amnistie sur France Info.

Antoine Peillon explique à Siné mensuel : " 150 milliards, c’est la somme de toutes les fraudes, évaluée par Charles Prats, un magistrat très fiable. Si on accumule fraude fiscale, argent de la corruption qui commence à pouvoir être valorisé, et la fraude sociale, le total donne cette somme. ".

La bibliographie de Madame Verdier Molinié illustre bien le sens de son message :

Les Fonctionnaires contre l'État, 2011

60 milliards d’économies !, mars 2013

On va dans le mur !, mars 2015

Agnès Verdier-Molinié oublie la logique selon laquelle plus la fraude est importante plus la pression fiscale augmente, pour pallier le manque de ressources de la faute des fraudeurs dont l'IFRAP sollicite l'amnistie.

Le dernier opus d'Agnès Verdier-Molinié fait écho au message d'austérité pro-patronale du gouvernement et la propulse actuellement à l'avant scène de l'actualité.

On voit la diva du libéralisme sur les couvertures du Figaro magazine, on l'entend régulièrement sur les radios et les télés. Des médias dont on peut regretter qu'ils ne s'intéressent pas aux 150 milliards de fraudes...

Agnès Verdier Molinié est une promotrice de la régression sociale - prohibée par le droit - mais de quoi vit l'IFRAP, dont elle est la représentante, sinon de subventions publiques ? L'IFRAP vit sur le dos des contribuables

Souhaitons qu'Agnès Verdier Molinié se rende compte de son fourvoiement intellectuel et, qu'en tant qu'historienne, elle s'intéresse un peu plus à l'histoire des collusions passées de la pensée libérale, notamment en France : " Celle des hommes qui ont réellement fait le capitalisme français de l'après-guerre. C'est cette histoire que raconte ce livre : le rôle des anciens cadres de Vichy dans la Reconstruction, les liens du patronat avec le monde de la pègre, le financement secret des partis politiques, les dessous du paritarisme, les caisses noires des syndicats patronaux... Il plonge le lecteur dans les arcanes d'un véritable « système » né dans les années 1950 et toujours actif depuis... " (Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours).

 

__________________________

L'économiste libérale choisit ses contradicteurs sur France 2

Il doit bien exister des économistes de gauche sur la place de Paris

Le club de la presse avec Agnès Verdier-Molinié

Radios, télés, journaux et magazines : outils du bourrage de crânes ultralibéral.

« Valeurs actuelles », IFRAP, dangers publics

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.