La facilité du "Moi je" de Nicolas Sarkozy ou Sarzo rit kiki ?

Nicolas Sarkozy vient encore de poser une marche supplémentaire à l'escalier qui conduit le public à la cave du débat politique (lire "Le one-man-show de Sarkozy peu digne des Républicains" de Bruno Roger-Petit).

Rikiki_Pouce_Pouce_Single.jpg

Nicolas Sarkozy vient encore de poser une marche supplémentaire à l'escalier qui conduit le public à la cave du débat politique (lire "Le one-man-show de Sarkozy peu digne des Républicains" de Bruno Roger-Petit).

Alors que l'AGIRC et l'ARCO sont menacées, il avait une occasion de relancer le débat en s'étonnant du diktat patronal à réduire les prestations des caisses complémentaires de retraite de 40% ; pendant que l'Etat néglige tous les ans de recouvrir 150 milliards d'euros de ressources fiscales et sociales : 

" 150 milliards, c’est la somme de toutes les fraudes, évaluée par Charles Prats, un magistrat très fiable. Si on accumule fraude fiscale, argent de la corruption qui commence à pouvoir être valorisé, et la fraude sociale, le total donne cette somme. Bercy reconnaît les 80 milliards d’euros de fraude fiscale. " (Antoine Peillon : " Corruption, fraudes : « Ne pas savoir, c’est ne pas vouloir savoir » ")

Voilà une opportunité politique exceptionnelle qui s'offrait à lui pour relancer le débat, dans le sens où l'attendent les citoyens.

Non, il préfère la facilité. Le signe d'une certaine paresse et d'une absence de courage.

A défaut d'avoir été un grand politique, il restera peut-être dans l'histoire comme un petit comique. L'ensemble est assez mauvais.

 

_______________

 

nb : Entendre Nicolas Sarkozy se moquer de François Hollande en ironisant sur l'anaphore du candidat socialiste (Moi président de la République) a quelque chose d'assez cocasse alors qu'il n'est pas dernier à dire "Moi je" dans ses discours. Il sera facile à n'importe quel passionné de la vidéo d'en faire un sketch d'après les archives.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.