Chine : l'argent des camps de concentration

Au-delà de l'apprenti sorcier, Monsieur Sarkozy a l'idée de faire appel à la Chine pour refinancer l'Europe. Il fait appel à de l'argent issu de l'exploitation industrielle du système concentrationnaire chinois : le LAOGAI. Ces capitaux non seulement douteux seraient en plus et ainsi détournés de l'amélioration des conditions sociales du peuple chinois, qui vit et travaille dans des conditions indignes, et d'une conformation aux normes environnementales de l'outil industriel chinois, principal pollueur mondial et qui va doubler d'ici 2030 sa production de CO2. Il est urgent de réagir. Le droit de l'Union en donne l'occasion.
LAOGAI - The Machinery of Repression in China - www.Youtube.com/TibetArchive © TheRealChina
LAOGAI - The Machinery of Repression in China - www.Youtube.com/TibetArchive © TheRealChina
LAOGAI - The Machinery of Repression in China - www.Youtube.com/TibetArchive © TheRealChina

Au-delà de l'apprenti sorcier, Monsieur Sarkozy a l'idée de faire appel à la Chine pour refinancer l'Europe. Il fait appel à de l'argent issu de l'exploitation industrielle du système concentrationnaire chinois : le LAOGAI. Ces capitaux non seulement douteux seraient en plus et ainsi détournés de l'amélioration des conditions sociales du peuple chinois, qui vit et travaille dans des conditions indignes, et d'une conformation aux normes environnementales de l'outil industriel chinois, principal pollueur mondial et qui va doubler d'ici 2030 sa production de CO2. Il est urgent de réagir. Le droit de l'Union en donne l'occasion.

Après les "junk bonds", la finance internationale réussit à recaser l'idée des "blood bonds". Money first ! Il est mal aisé de discerner l'influence d'un quelconque "devoir de mémoire" et l'effet de la lettre de Guy Môquet dans ce genre d'initiative ne témoignant d'aucun souci pour les valeurs de l'Europe, au premier desquelles figurent les droits de l'homme, qui fondent sa moralité publique.

C'est contraire aux traités de l'Union européenne. Pour peu que les politiques les lisent avant d'écouter les lobbys financiers.

C'est une honte pour la France de proposer une telle solution, sans parler des concessions que le pouvoir chinois obtiendra, quand d'autres solutions existent. Comment prétendre ensuite défendre les valeurs de la démocratie et des droits de l'homme ? A quoi bon envoyer des milliers d'élèves visiter Auschwitz dans le cadre de programmes européens ?

Le LAOGAI est un sujet qui concerne directement les Français et l'emploi en France. Il interpelle le politique dans son incidence économique. Laisser utiliser la main d'oeuvre concentrationnaire en Chine, au-delà de la prohibition et de l'atteinte à la dignité de l'homme dont le silence rend complice, est un facteur de chômage en Europe.

La stratégie marketing des grands distributeurs fait que le LAOGAI - et sa main d'oeuvre forcée - interviennent dans "la défense du pouvoir d'achat", tout en servant de référence comptable et de prétexte aux directions financières pour délocaliser... en Chine.

Le travail forcé est devenu une référence en matière de coût de production.

Une telle aberration conduit à la destruction des acquis sociaux à laquelle oeuvre la majorité à découdre le code du travail. Une riposte est possible en déposant des amendements rappelant l'engagement international et contraignant de la France dans la prohibition de la régression sociale.

Il devient impératif de se saisir de l'incompatibilité à la morale publique européenne des importations de produits dans lesquels interviennent l'exploitation du travail forcé - ainsi que de l'investissement d'argent sale tiré de cette exploitation prohibée par le droit européen et le droit de l'Union - et d'en débattre.

La presse a déjà évoqué la contrepartie chinoise de sa participation au FESF : « Au lieu d’acheter de la dette grecque ou portugaise, très risquée, la Chine préfère s’engager dans le FESF qui est garanti », explique Bei Xu, rappelant que l’UE est son premier partenaire commercial. (La Croix). Monsieur Bei Xu ne le précise pas, c'est le contribuable européen qui garantit.

Le journal explique que Pékin peut conditionner son aide à la reconnaissance par l’Union européenne d’un statut d’économie de marché à part entière, lequel interdirait la possibilité à la Commission européenne d’imposer des normes aux exportateurs chinois (en matière de droits de l'homme, de droits sociaux, d'environnement, contre le dumping social).

Les BRIC font payer cher leurs milliards en termes de destructions sociale et industrielle. Arcelor Mital pille l'industrie européenne en déménageant les machines outils. Cela permet de deviner l'étendue des dommages avec la Chine.

L'Histoire jugera ceux qui ont laissé faire ou encouragé une situation peu porteuse d'espérance mais pleine de doutes, pour les 99% de ceux qui vivent de leur travail et n'ont que leurs salaires pour (sur)vivre.

Le PPE semble l'ignorer, tous les Européens ne sont pas des rentiers vivant des dividendes de leurs portefeuilles d'actions, des clients privilégiés de banques d'investissements, ou de généreux donateurs défiscalisés des campagnes électorales (les trois caractéristiques se retrouvent assez souvent dans les mêmes personnes).

Sie werden wieder Blut aus Konzentrationslager an ihren Händen haben, aber jetzt können Sie nicht mehr sagen : "Ich wusste es nicht." . (Traduction)

Le LAOGAI a déjà été abordé dans trois billets précédents.

Mise à jour : La Chine n'est pas à l'abri d'une crise financière, alerte le FMI

 

 

Références - bibliographie :

Jordan POUILLE : Chine: bulle financière et faillites en cascade

Le Français Jean Pasqualini, interné au LAOGAI, a rédigé son témoignage publié en format poche collection Folio.

276-5266330-0816767?ie=UTF8&n=301061&s=books51THSXZXQAL._SS500_.jpg

Sur le système concentrationnaire communiste : le témoignage de Jacques Rossi et le site de son association.

Harry Wu : "Laogaï : le Goulag Chinois" (Editions Dagorno 1997)

Jean-Luc Domenach " Chine : l'archipel oublié " (Editions Fayard 1992)

Présentation du Monde diplomatique

Jean-Luc Domenach a participé à l'émission Arrêt sur image du 4 novembre 2011 : "Avec la Chine, on paie des décennies d'arrogance" Chine-Europe, les évidences médiatiques au crible

 

Mise à jour : les ambitions chinoises au sein du FMI

http://www.euractiv.com/fr/services-financiers/xie-duo-la-forme-des-quotes-parts-au-fmi-passe-avant-laide-leurope-news-508853

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.