POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

1010 Billets

8 Éditions

Billet de blog 27 oct. 2011

Chine : l'argent des camps de concentration

Au-delà de l'apprenti sorcier, Monsieur Sarkozy a l'idée de faire appel à la Chine pour refinancer l'Europe. Il fait appel à de l'argent issu de l'exploitation industrielle du système concentrationnaire chinois : le LAOGAI. Ces capitaux non seulement douteux seraient en plus et ainsi détournés de l'amélioration des conditions sociales du peuple chinois, qui vit et travaille dans des conditions indignes, et d'une conformation aux normes environnementales de l'outil industriel chinois, principal pollueur mondial et qui va doubler d'ici 2030 sa production de CO2. Il est urgent de réagir. Le droit de l'Union en donne l'occasion.

POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© TheRealChina
© TheRealChina
© TheRealChina

Au-delà de l'apprenti sorcier, Monsieur Sarkozy a l'idée de faire appel à la Chine pour refinancer l'Europe. Il fait appel à de l'argent issu de l'exploitation industrielle du système concentrationnaire chinois : le LAOGAI. Ces capitaux non seulement douteux seraient en plus et ainsi détournés de l'amélioration des conditions sociales du peuple chinois, qui vit et travaille dans des conditions indignes, et d'une conformation aux normes environnementales de l'outil industriel chinois, principal pollueur mondial et qui va doubler d'ici 2030 sa production de CO2. Il est urgent de réagir. Le droit de l'Union en donne l'occasion.

Après les "junk bonds", la finance internationale réussit à recaser l'idée des "blood bonds". Money first ! Il est mal aisé de discerner l'influence d'un quelconque "devoir de mémoire" et l'effet de la lettre de Guy Môquet dans ce genre d'initiative ne témoignant d'aucun souci pour les valeurs de l'Europe, au premier desquelles figurent les droits de l'homme, qui fondent sa moralité publique.

C'est contraire aux traités de l'Union européenne. Pour peu que les politiques les lisent avant d'écouter les lobbys financiers.

C'est une honte pour la France de proposer une telle solution, sans parler des concessions que le pouvoir chinois obtiendra, quand d'autres solutions existent. Comment prétendre ensuite défendre les valeurs de la démocratie et des droits de l'homme ? A quoi bon envoyer des milliers d'élèves visiter Auschwitz dans le cadre de programmes européens ?

Le LAOGAI est un sujet qui concerne directement les Français et l'emploi en France. Il interpelle le politique dans son incidence économique. Laisser utiliser la main d'oeuvre concentrationnaire en Chine, au-delà de la prohibition et de l'atteinte à la dignité de l'homme dont le silence rend complice, est un facteur de chômage en Europe.

La stratégie marketing des grands distributeurs fait que le LAOGAI - et sa main d'oeuvre forcée - interviennent dans "la défense du pouvoir d'achat", tout en servant de référence comptable et de prétexte aux directions financières pour délocaliser... en Chine.

Le travail forcé est devenu une référence en matière de coût de production.

Une telle aberration conduit à la destruction des acquis sociaux à laquelle oeuvre la majorité à découdre le code du travail. Une riposte est possible en déposant des amendements rappelant l'engagement international et contraignant de la France dans la prohibition de la régression sociale.

Il devient impératif de se saisir de l'incompatibilité à la morale publique européenne des importations de produits dans lesquels interviennent l'exploitation du travail forcé - ainsi que de l'investissement d'argent sale tiré de cette exploitation prohibée par le droit européen et le droit de l'Union - et d'en débattre.

La presse a déjà évoqué la contrepartie chinoise de sa participation au FESF : « Au lieu d’acheter de la dette grecque ou portugaise, très risquée, la Chine préfère s’engager dans le FESF qui est garanti », explique Bei Xu, rappelant que l’UE est son premier partenaire commercial. (La Croix). Monsieur Bei Xu ne le précise pas, c'est le contribuable européen qui garantit.

Le journal explique que Pékin peut conditionner son aide à la reconnaissance par l’Union européenne d’un statut d’économie de marché à part entière, lequel interdirait la possibilité à la Commission européenne d’imposer des normes aux exportateurs chinois (en matière de droits de l'homme, de droits sociaux, d'environnement, contre le dumping social).

Les BRIC font payer cher leurs milliards en termes de destructions sociale et industrielle. Arcelor Mital pille l'industrie européenne en déménageant les machines outils. Cela permet de deviner l'étendue des dommages avec la Chine.

L'Histoire jugera ceux qui ont laissé faire ou encouragé une situation peu porteuse d'espérance mais pleine de doutes, pour les 99% de ceux qui vivent de leur travail et n'ont que leurs salaires pour (sur)vivre.

Le PPE semble l'ignorer, tous les Européens ne sont pas des rentiers vivant des dividendes de leurs portefeuilles d'actions, des clients privilégiés de banques d'investissements, ou de généreux donateurs défiscalisés des campagnes électorales (les trois caractéristiques se retrouvent assez souvent dans les mêmes personnes).

Sie werden wieder Blut aus Konzentrationslager an ihren Händen haben, aber jetzt können Sie nicht mehr sagen : "Ich wusste es nicht." . (Traduction)

Le LAOGAI a déjà été abordé dans trois billets précédents.

Mise à jour : La Chine n'est pas à l'abri d'une crise financière, alerte le FMI

Références - bibliographie :

Jordan POUILLE : Chine: bulle financière et faillites en cascade

Le Français Jean Pasqualini, interné au LAOGAI, a rédigé son témoignage publié en format poche collection Folio.

Sur le système concentrationnaire communiste : le témoignage de Jacques Rossi et le site de son association.

Harry Wu : "Laogaï : le Goulag Chinois" (Editions Dagorno 1997)

Jean-Luc Domenach " Chine : l'archipel oublié " (Editions Fayard 1992)

Présentation du Monde diplomatique

Jean-Luc Domenach a participé à l'émission Arrêt sur image du 4 novembre 2011 : "Avec la Chine, on paie des décennies d'arrogance" Chine-Europe, les évidences médiatiques au crible

Mise à jour : les ambitions chinoises au sein du FMI

http://www.euractiv.com/fr/services-financiers/xie-duo-la-forme-des-quotes-parts-au-fmi-passe-avant-laide-leurope-news-508853

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo