Un président pathétique offre la résilience à la France

Le Président de la République a fait son intervention hebdomadaire en direct de Mulhouse. A cette occasion, le Président a de nouveau essayé de se glisser dans des habits d'un chef de guerre, avec pour armes, des remerciements sans fin et un Plan Résilience. Le Covid-19 tremble !

Pendant 22 minutes, le Président de la République a prononcé un discours assez vide et très lénifiant. Il a remercié, remercié et encore remercié, puis de nouveau remercié. Cela en devenait presque gênant, comme si le disque était rayé. Cela était gênant quand on pense aux conditions de travail de tous ceux qui, par leur abnégation et leur courage, permettent à notre Nation de tenir debout face à la pandémie. C’est bien de remercier l’investissement sans compter des personnels de santé, des personnels militaires et des forces de l’ordre mais leur métier n’est pas une sinécure. Ils attendent autre chose que seulement des remerciements. C’est toutefois rassurant de voir que le Président a enfin découvert que, derrière les tableaux statistiques des effectifs, se trouvent des hommes et des femmes engagés et dévoués.

Ce qui est moins bien c’est que la personne qui a remercié ces personnels est la même personne qui rend leurs conditions de travail terribles, harassantes et injustement sous payées. Le Président n’a eu de cesse d’encourager la réduction continue des moyens alloués à l’hôpital public et de dénoncer de façon injuste ces fonctionnaires qui ne font pas assez et qui sont trop nombreux.

Le Président a annoncé une majoration des heures supplémentaires et des primes mais il a pudiquement oublié de parler des millions d’heures supplémentaires des personnels médicaux et non médicaux ou des policiers toujours non payées. Il a raison M. Macron de dire que ces personnels sont formidables : ils travaillent sans toujours percevoir la rémunération qui leur est due. Le Président semble croire que des remerciements radiophoniques de 22 minutes suffisent à leur labeur et à leur bonheur. Je crois qu’il est bien le seul. Le Président a annoncé un grand plan pour le secteur de la santé, pour demain, quand tout sera fini. On attend de voir ce grand plan annoncé : une privatisation du système de santé ?

Le Président, très « bobo » et fin connaisseur de la novlangue, a décidé de mobiliser les forces armées dans un Plan Résilience ! C’est chic, ça sonne bien, ça parle aux « bobo » et avec la résilience on pardonne tout y compris la mise en jachère de l’hôpital public. Dans ce Plan Résilience, sans ambivalence, les soldats vont apporter leur aide à la population et assurer aussi des missions de sécurité. Il faut rassembler la Nation nous a dit le président sans évoquer les zones de non droit où désormais le confinement n’a plus d’importance et où les forces de l’ordre sont invitées à aller voir ailleurs. Notre Président, conseillé par ses comités « Théodule » ou peut-être par des « grands spécialistes » comme Mme Karine Lacombe (la spécialiste qui ne comprend rien à la chloroquine) doit penser que le Covid-19 ne va pas dans les quartiers difficiles ou n’en sort pas. Il y a des frontières invisibles même pour les virus, c’est beau la vision présidentielle.

Enfin, le Président a invité les Français à ne pas se diviser et à se rassembler. C’est utile et bien vu. Il a aussi exhorté les Français à ne pas se laisser berner par les fausses informations. On a compris, à ce moment là, qu’il critiquait à mot couvert les détracteurs de la chloroquine, ceux qui disent que cette molécule ne fonctionne pas alors qu’elle est désormais utilisée en Israël, aux Pays-Bas, en Chine ou en Corée. Enfin, si le président ne visait pas ces personnes, qui pouvait-il bien viser ?

Nous restons encore dans l’attente de l’arrivée des masques mais à trop attendre nous allons finir par recevoir les masques du prochain Carnaval de Venise. Nous restons dans l’attente de la mise en œuvre de tests systématiques sur les personnes présentant des troubles pouvant s’apparenter aux troubles causés par le Covid-19. Nous restons dans l’attente d’informations plus précises sur la durée du confinement et la nature des traitements possibles. Nous restons en fait en attente de tout ce qui est essentiel mais nous sommes dans un pays heureux et inventif : après les affichettes de Mme Buzyn dans les aéroports pour bloquer le Covid-19, les comités « Théodule », les applaudissements à 20 heures pour les personnels soignants (en plus, ça peut sans doute faire peur au virus), l’envolée des cloches des églises, nous avons maintenant des remerciements à ne plus savoir qu’en faire et un Plan Résilience. Le Président va-t-il demander l’aide de Matthieu Ricard et l’intégrer dans l’un de ses comités « Théodule » ?

Régis DESMARAIS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.