Aux députés et sénateurs : on ne modifie pas une Constitution en "temps de guerre"  !

Ce message s'adresse aux députés et sénateurs qui tiennent un blog sur Mediapart : toutes les conditions sont réunies pour qu’on ne modifie surtout pas la Constitution ! Ensemble défendons la République contre tous ceux qui veulent la détruire !

Le Président de la République et le Premier Ministre l’ont décidé : nous sommes en guerre !

Députés et sénateurs, dans la précipitation et l’émotion, viennent déjà de voter la prolongation de l’état d’urgence dans notre pays.

Cette décision grave leur a été arrachée sous la pression.

Ils n’ont eu ni le temps ni les moyens du débat nécessaire.

Pire. Devant le Sénat, le Premier Ministre a avoué qu’il y aurait un « risque » à saisir préalablement le Conseil Constitutionnel car certaines mesures qu’on vous demandait de voter présentaient une « fragilité constitutionnelle ». « Pas de juridisme, avançons ! »

On ne saurait être plus clair : nous ne sommes déjà plus tout à fait dans un Etat de Droit !

Lors de cette même séance une sénatrice, tout en votant ce texte liberticide, faisait également remarquer : « Monsieur le Premier Ministre … aujourd’hui le Sénat va vous donner des moyens nouveaux, immenses. Jamais, probablement, un Gouvernement n’aura disposé d’autant de pouvoirs … »

Nous sommes donc en guerre, en état d’urgence, le Droit vient déjà d’être bafoué, et des pouvoirs immenses viennent d’être accordés au Gouvernement.

Toutes les conditions sont réunies pour qu’on ne modifie surtout pas la Constitution !

C’est d’ailleurs ce que prévoit en quelque sorte la Constitution elle-même dans son article 89 : « Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire »

Comment en effet, sous la contrainte, dans une logique de guerre voulue par l‘exécutif, les élus de la République pourraient-ils agir et décider librement, en conscience ?

Accorder encore davantage de pouvoirs au seul Président de la République, écarter encore plus le contrôle des juges, étendre la déchéance de nationalité en créant des millions de suspects parmi les citoyens …

Cette refondation sécuritaire et autoritaire de la République, qu’on vous demande de graver dans le marbre de la Constitution, nous sommes persuadés que vous ne la partagez pas.

Nous en sommes persuadés parce que, comme nous, membres du Club Mediapart, vous avez choisi de vous exprimer dans un media indépendant, de rendre compte et de débattre avec les citoyens.

Nous vous demandons, non seulement de ne pas voter les modifications exigées par l’exécutif, mais de vous opposer à toute réforme constitutionnelle dans des conditions aussi manifestement anti-démocratiques et … d’en convaincre vos collègues.

Ensemble défendons la République contre tous ceux qui veulent la détruire !

 

Ce message est adressé aux députés et sénateurs qui tiennent un blog sur Mediapart :

• Pouria Amishahi, Isabelle Attard, Noël Mamère et Barbara Romagnan, qui ont voté "contre" la prolongation de l'état d'urgence

• Esther Benbassa, qui s'est abstenue

• Jacqueline FraysseNathalie Goulet, et Philippe Nogues, qui ont voté "pour" 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.