ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2021

ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

Il y a 75 ans, le congrès de la charte de Grenoble

Il y a 75 ans s'ouvre le 35e congrès de l'UNEF. Il adopte ce qui va devenir la charte de Grenoble dans ce grand moiment de refondation de la Libération. Dans la crise actuelle, cet héritage partagé, inspire-t-il encore l'avenir ?

ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 21 avril 1946, il y a 75 ans exactement, s’ouvre en soirée à Grenoble le 35e congrès de l’Union nationale des étudiants de France. C’est le premier congrès qui se tient après la fin de la Seconde Guerre mondiale dans une France libérée où tout est à reconstruire, y compris l’Université et l’organisation étudiante. C’est lors de ce congrès que l’UNEF adopte un texte, une « déclaration des droits et devoirs des étudiants », charte de l'étudiant qui va être rapidement connue comme la charte de Grenoble, devenue pour le syndicalisme étudiant une sorte d’équivalent de la charte d’Amiens.

La charte n’invente pas la grève, l’action revendicative, la gestion (ou co-gestion) des services et œuvres en faveur des étudiants, le terme de syndical, tout ces éléments existaient auparavant. Mais elle donne une doctrine, un sens commun à ces pratiques jusque-là disparates. C’est sur cette base que les différentes directions qu’à pu connaître l’UNEF de la période, progressistes ou de la droite gaulliste du RPF, ont revendiqué le salaire, ou pré-salaire étudiant, ont obtenu la sécurité sociale des étudiants et son autogestion par une mutuelle, la MNEF.

La volonté de l’organisation étudiante est d’intégrer les étudiants dans la société, dans l’ensemble du mouvement syndical, en faveur d’une « révolution économique et sociale au service de l’homme » - ce sont les termes de l’époque. Rompant avec l’apolitisme autrefois revendiqué, « apolitisme » cachant mal en réalité une acceptation de l’ordre établi, ils se revendiquent toutefois d’un « apartitisme », c’est-à-dire une volonté d’indépendance vis-à-vis de tout contrôle, qu’il soit celui de partis, des administrations de tutelle ou du gouvernement. Toutes les forces qui auraient pu être concurrentes -mouvements confessionnels (JEC, FFEC), politiques (UJRF, socialistes, gaullistes) reconnaissent le monopole corporatif, c’est-à-dire syndical, de l’UNEF.

L’amalgame des traditions anciennes estudiantines et du nouveau syndicalisme, des différents courants qui composent et structurent la jeunesse des facultés, est le fruit d’une volonté commune forgée dans des circonstances particulières : expérience de la Résistance pour beaucoup, moments de la Libération où tout semble possible tant il faut rebâtir, et tant qu'à faire, sur des bases nouvelles. Et ce mouvement a su se faire respecter des uns et des autres.

C’est cet amalgame qui va faire de l’UNEF cette force qui sera capable de mobiliser tous les répertoires d'action, pour faire cesser la guerre d’Algérie tout en accentuant une sorte de syndicalisme luttant pour la réforme de l’université, de gestion des services, représentant le milieu étudiant sous toutes ses facettes et préoccupations.

Le paysage paraît terriblement différent aujourd’hui : un mouvement étudiant divisé, ayant subi des échecs importants avec la perte de la sécurité sociale étudiante, l’autonomie libérale de l’université, le passage de la gestion directe à l'étatisation des oeuvres. Un mouvement étudiant dénigré par les autorités et des médias parce qu’il ne ressemblerait pas à celui d’hier, arguments attestant de l’inculture et de la bêtise de celles et ceux qui parlent et écrivent sans connaître, sans enquêter,  (voir mon précédent article de blog), et surtout sans donner de moyens à la recherche en la matière

Et pourtant, la crise actuelle n'est pas sans évoquer certains aspects de la situation d’après 1945 : les questions de logement, de nourriture, de santé. Hier on occupait les maisons closes pour loger des étudiants, les AGE (associations générales des étudiants, structures de l'UNEF) prenaient en mains des restaurants universitaires, luttent contre la tuberculose avec le sanatorium étudiant puis la sécurité sociale et la MNEF ; aujourd’hui les initiatives existent, preuve de la disponibilité, mais dispersées, voire concurrentes. Un amalgame – du moins une synchronisation – sont-ils impossibles ? La démocratisation ne serait-il plus un enjeu alors qu’il y a, en proportion, moins d’enfants d’ouvriers aujourd’hui qu’il y trois quarts de siècle ? Un monde étudiant 15 fois plus nombreux qu’à la Libération, fort de presque trois millions de jeunes, ne pourrait-il peser de tout son poids ? La charte de Grenoble n’est-elle pas la référence de la plupart des syndicats étudiants, dont la FAGE et l’UNEF ?

Nous venons de commémorer le 15 avril les 75 ans de la charte, entre actrices et acteurs, archivistes, chercheuses et chercheurs, pour la première fois sans son principal rédacteur, Paul Bouchet, disparu il y a deux ans. Il incitait à comprendre que si « la lettre tue, l’esprit vivifie ». Ensemble, Paul Bouchet, Jean-Philippe Legois et moi-même, dans ces colonnes mêmes , nous lancions pour le 70e anniversaire un appel à la sauvegarde de l’histoire, de la mémoire  en précisant : « Cette mémoire n’est pas momifiée, elle demeure vivante. En attestent les livres, les expositions, les colloques et conférences. Là peuvent se rassembler pour échanger leurs points de vue toutes les générations et tendances d’hier et d’aujourd’hui, occasions rares et précieuses. Et si elles peuvent discuter du passé, pourquoi pas de l’avenir ? ».

Que rajouter de plus, sinon de passer aux actes.

Pour aller plus loin :

Video du séminaire des 75 ans

Dossier documentaire avec textes, photos, liens vers des vidéos, bibliographie, chronologie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon