sacha.escamez
Biologiste passioné (et expatrié en partie par nécessité professionelle), européen engagé depuis 2005, membre de la France Insoumise et membre du comité de rédaction du journal Europe Insoumise.
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 juil. 2017

Jupiter et ses acolytes niquent Europe pendant qu’Œdipe et Sisyphe regardent

Peut-on à la fois aimer et violer ? C'est ce que suggère la vision patriarcale du mythe du dieu Jupiter qui, tombé amoureux de la princesse Europe, l'enleva et lui fit la nique avant de l'abandonner avec les trois enfants qu'il lui avait laissé. La réalité dépassant la fiction, le nouveau Jupiter et ses acolytes rejouent le viol d'Europe « par amour » sous le regard narquois d'Œdipe et Sisyphe.

sacha.escamez
Biologiste passioné (et expatrié en partie par nécessité professionelle), européen engagé depuis 2005, membre de la France Insoumise et membre du comité de rédaction du journal Europe Insoumise.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aimer l'Europe devrait vouloir dire lui témoigner cet amour avec de belles intentions, de douces attentions et un soutien fidèle à ses choix et à son bien. Malheureusement, les puissants qui se comparent à des dieux semblent avoir appris la vie dans la très patriarcale mythologie grecque. Ainsi, la princesse Europe fût-elle enlevée par le dieu Jupiter déguisé en taureau en vue d'unir sa forme charnelle à celle de la belle dont il était tombé amoureux, sans la connaître et sans se soucier de son avis à elle. Passons sur le fait que Jupiter était par ailleurs marié et que la jeunesse d'Europe était si bourgeonnante que la déflorer constituerait au mieux un détournement de mineur voire un acte de pédophilie.

Une fois le puissant Jupiter lassé et cet amour passé, la jeune femme reçu finalement comme récompense de ses « services » qu'un continent soit nommé après son propre nom, notre continent : l'Europe. Avant cela, notons que de cette « union » étaient nés trois enfants, dont l'effrayant homme de bronze Talos qui protégeait alors l'intimité de ses parents sur l'île où ils se trouvaient en tuant tous les étrangers qui essayaient d'y débarquer. Quelle ironie quand on pense au traitement des migrants qui aujourd'hui cherchent à rejoindre notre continent !
Les étrangers et leur accueil, c'est bien là une des blessures infligées par le nouveau Jupiter, président français, et ses acolytes libéraux-autoritaires, à l'Europe qu'ils disent aimer par devant pendant qu'ils lui enfoncent des politiques iniques par derrière. Jupiter, et les autres chefs de coalitions libérales aiment l'Europe mais ils en laissent des pays membres se dépêtrer seuls avec une situation humainement catastrophique dont l'ampleur les dépasse. Jupiter et les autres olympiens auto-ressentis aiment l'Europe mais ils violent le principe de solidarité qui est un pilier de sa cohésion politique. Se demandent-ils seulement si l'Europe, c'est à dire le peuple d'Europe, les aime en retour ?

Europe n'a pas eu son mot à dire face à Jupiter mais dans la réalité d'aujourd'hui rien n'empêche de demander aux personnes qui vivent l'afflux de migrants, notamment en Grèce ou en Italie, si elles aiment en retour la direction prise par l'Europe sous l'impulsion de ses dirigeants qui la chérissent au moins verbalement. Les « dieux » avaient d'abord laissé tomber la Grèce face à l'afflux de migrants et ils envoient aujourd'hui l'Italie se faire voir par les grecs, apportant chaque jour son lot de morts innocents. Le viol collectif de l'Europe par le pseudo Jupiter et ses paires a donné naissance à un Talos au bronze aussi brun que l'extrême droite et qui n'a rien à envier au rideau de fer.

Là où la réalité dépasse la mythologie, c'est que s'y ajoutent des éléments d'autres mythes non plus flatteurs mais tout aussi flagrants. D'abord il y a l'entêtement du libéralisme économique avec ses dérégulations et son idée de ruissellement des richesses dont la réalité a maintes fois invalidé le bien-fondé. Pourtant, à chaque cure d'austérité qui n'a pas fonctionné à améliorer la condition d'une immense majorité suit une autre cure d'austérité imposée. On croirait Sisyphe, condamné à rouler son rocher avant, à chaque fois, de le voir dégringoler et de devoir recommencer. Dans ces conditions, il ne devrait paraître surprenant à personne qu'une partie croissante du peuple ressente une certaine hostilité vis-à-vis de la façon dont l'Europe est actuellement orientée.
Cette défiance face à l'ordo-libéralisme des dirigeants européens qui se rêvent olympiens est elle même mal interprétée. C'est que pour les libéraux, au moins depuis le XIXième siècle et la pensée caricaturale d'Herbet Spencer, il n'y a pas d'alternative à leur idéologie, qui ne constitue pas un recul ou un repli (d'où le slogan de Thatcher : « there is no alternative »). Puisqu'il n'y a pas d'alternative, le libéralisme est par essence anti-démocratique puisque celle-ci suppose de pouvoir choisir entre différentes alternatives.

Ainsi, lorsque les peuples français et néerlandais ont voté « non » au traité constitutionnel européen en 2005 pour réclamer une Europe alternative, les libéraux ont cru par erreur à une vague anti-européenne. Puisqu'ils aiment l'Europe si brutalement, ils ont donc décidé de la défendre contre la prophétie de sa destruction par le peuple. Il fallait alors retirer au peuple son droit de décision et passer en force. On moquait autrefois l'U.R.S.S. en disant que si le peuple n'était pas d'accord avec le parti communiste, il fallait y dissoudre le peuple. Les dirigeants de l'U.E. semblent prendre aujourd'hui la boutade au mot dans une dérive libérale-bolchévique. Seulement, comme le père d'Œdipe provoquant, en cherchant à y échapper, la prophétie qui voulait qu'un jour ce dernier le tuerait, la défense de l'Europe par les libéraux provoque une montée de la défiance et du rejet de l'Union Européenne telle qu'elle est. Entre progression de l'extrême droite pan-européenne et Brexit, tout ce que les dirigeants européens trouvent désormais pour défendre l'Europe qu'ils aiment est d'en agresser le peuple et de lui insuffler la peur de la quitter. Seulement, pour avoir peur il faut avoir quelque chose à perdre. Si les conditions de vie d'une majorité de personnes continuent de se dégrader à cause des politiques libérales menées, pendant que les solidarités et leur attachement à l'Europe se réduisent comme peau de chagrin, il n'y auront bientôt plus rien d'autre à redouter que d'y rester. Les deux piliers des politiques européennes actuelles, libéralisme économique et austérité, sont tels Œdipe et Sisyphe qui regardent narquois pendant que Jupiter et ses acolytes font la nique à l'Europe.
Heureusement, il existe encore des vestiges de démocratie sur lesquels s'appuyer pour construire une alternative, telle que proposé en France par le mouvement de la France Insoumise. Pour y contribuer, des membres de ce mouvement vivant partout en Europe vont annoncer le lancement dans les jours qui viennent d'un site de média en ligne pour informer sur l'état réel de l'Union : Europe Insoumise !
Dr. Sacha Escamez
Biologiste
Citoyen engagé
Européen passionné

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un dirigeant du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk