salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2019

Italie: nouveau gouvernement jaune-rose. Va-t-il durer?

L’inimaginable s’est réalisé. Le M5S, le PD et LU ont formé le nouveau gouvernement avec nombre de ministres nouveaux et plus crédibles et un programme ambitieux. Entre la continuité souhaitée par le M5S et la discontinuité (assez partielle) invoquée par le PD et LU la nouvelle majorité aura des problèmes. Di Maio perd du poids. Salvini est totalement hors-jeu. Conte monte et Mattarella à l’UE gagnent.

salvatore palidda
Professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a un mois personne aurait pu imaginer la formation d’un gouvernement Cinq Etoiles, Parti Démocratique (PD) et Libres et Égaux (le tout petit partit à gauche du PD). Jusqu’au ler Septembre Di Maio (le chef du M5S) chercher à saboter l’entente avec le PD en proposant des points de programmes et des postes de gouvernement que le PD n’était absolument pas disponible à accepter. C’est alors que les pressions de plusieurs acteurs sont devenues décisives.

L’intervention la plus importante a été celle de Grillo (l’humoriste qui a créé le M5S) avec des propos de presque destitution de Di Maio du rôle de chef du M5S. De même le président de la République, toujours par des modalités discrètes voire souterraines, a soutenu avec force Conte et la nécessité de mettre en place le nouveau gouvernement.

Les différents leaders du PD ont soutenu les pressions de Mattarella qui ont bénéficié du soutien de la Commission européenne et même de Trump qui a ouvertement loué Conte. Bref tout le monde -y compris le Vatican- s’est mobilisé pour la réussite de cette nouvelle coalition gouvernementale. A la fin du jeu de tractations il apparaît évident que les perdants du match sont tout d’abord Salvini désormais marginalisé, et ce probablement pour longtemps, mais aussi Di Maio malgré qu'il ait été nommé ministre des affaires étrangères (une charge qu'il pourra très difficilement exercer de manière crédible vu ses faibles capacités politiques et sa méconnaissance des langues étrangères).

Les autres ministres nommés semblent des personnalités sans doute plus capables que ceux du gouvernement précèdent. Quant au programme, Conte annoncé, assez ambitieux, semble vouloir être en discontinuité avec celui qui a été dominé de fait par Salvini. Mais cette discontinuité ne touche pas vraiment les questions cruciales qui pèsent sur la situation économique, sociale et politique du pays. Tout d’abord on ne voit rien de concret pour ce qui concerne un véritable programme de lutte contre les économies souterraines (travail au noir, néo-esclavagisme, fraude fiscale, corruption, collusion avec la criminalité) et donc d’assainissement de cette économie qui pèse plus de 32% du PNB. Et on ne voit à l’horizon aucun programme de prévention des risques de désastres sanitaires-environnementaux qui menacent gravement le pays et ses habitants les moins favorisés, voir les travailleurs des sites affectés par des très graves contaminations toxiques. De même on ne voit pas un programme capable de créer des emplois pour freiner l’émigration qui augmente de plus en plus et accompagne un déclin démographique.

Les citoyens italiens inscrits auprès des consulats en tant que résidents à l’étranger sont plus de cinq millions et à ceux-ci s’ajoutent ceux qui ne sont pas enregistrés (probablement pas moins de 500 000); en majorité des jeunes ayant le BAC, des diplômes universitaires et même des doctorats. Entretemps depuis presque 10 ans l’Italie a plus de décès que de naissances et la population diminue. Bref le pays est redevenu un pays d’émigration alors qu’en même temps il a environ 9% d’étrangers réguliers et en petite partie irréguliers le plus souvent esclavagisés dans toutes sorte d’activités et de services y compris aux particuliers, car infériorisé, voire racialisés (ce qui voulait accentuer Salvini). On se demande alors : ce nouveau gouvernement va être antifasciste, antiracistes et antisexiste ?  

Voir les articles précédents ici :

https://blogs.mediapart.fr/salvatore-palidda/blog/290819/italie-nouveau-gouvernement-vrai-tournant-apres-le-pseudo-souverainisme-populiste

https://www.mediapart.fr/search?search_word=palidda&sort=date&order=desc

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé