Italie: nouveau gouvernement jaune-rose. Va-t-il durer?

L’inimaginable s’est réalisé. Le M5S, le PD et LU ont formé le nouveau gouvernement avec nombre de ministres nouveaux et plus crédibles et un programme ambitieux. Entre la continuité souhaitée par le M5S et la discontinuité (assez partielle) invoquée par le PD et LU la nouvelle majorité aura des problèmes. Di Maio perd du poids. Salvini est totalement hors-jeu. Conte monte et Mattarella à l’UE gagnent.

Il y a un mois personne aurait pu imaginer la formation d’un gouvernement Cinq Etoiles, Parti Démocratique (PD) et Libres et Égaux (le tout petit partit à gauche du PD). Jusqu’au ler Septembre Di Maio (le chef du M5S) chercher à saboter l’entente avec le PD en proposant des points de programmes et des postes de gouvernement que le PD n’était absolument pas disponible à accepter. C’est alors que les pressions de plusieurs acteurs sont devenues décisives.

L’intervention la plus importante a été celle de Grillo (l’humoriste qui a créé le M5S) avec des propos de presque destitution de Di Maio du rôle de chef du M5S. De même le président de la République, toujours par des modalités discrètes voire souterraines, a soutenu avec force Conte et la nécessité de mettre en place le nouveau gouvernement.

Les différents leaders du PD ont soutenu les pressions de Mattarella qui ont bénéficié du soutien de la Commission européenne et même de Trump qui a ouvertement loué Conte. Bref tout le monde -y compris le Vatican- s’est mobilisé pour la réussite de cette nouvelle coalition gouvernementale. A la fin du jeu de tractations il apparaît évident que les perdants du match sont tout d’abord Salvini désormais marginalisé, et ce probablement pour longtemps, mais aussi Di Maio malgré qu'il ait été nommé ministre des affaires étrangères (une charge qu'il pourra très difficilement exercer de manière crédible vu ses faibles capacités politiques et sa méconnaissance des langues étrangères).

Les autres ministres nommés semblent des personnalités sans doute plus capables que ceux du gouvernement précèdent. Quant au programme, Conte annoncé, assez ambitieux, semble vouloir être en discontinuité avec celui qui a été dominé de fait par Salvini. Mais cette discontinuité ne touche pas vraiment les questions cruciales qui pèsent sur la situation économique, sociale et politique du pays. Tout d’abord on ne voit rien de concret pour ce qui concerne un véritable programme de lutte contre les économies souterraines (travail au noir, néo-esclavagisme, fraude fiscale, corruption, collusion avec la criminalité) et donc d’assainissement de cette économie qui pèse plus de 32% du PNB. Et on ne voit à l’horizon aucun programme de prévention des risques de désastres sanitaires-environnementaux qui menacent gravement le pays et ses habitants les moins favorisés, voir les travailleurs des sites affectés par des très graves contaminations toxiques. De même on ne voit pas un programme capable de créer des emplois pour freiner l’émigration qui augmente de plus en plus et accompagne un déclin démographique.

Les citoyens italiens inscrits auprès des consulats en tant que résidents à l’étranger sont plus de cinq millions et à ceux-ci s’ajoutent ceux qui ne sont pas enregistrés (probablement pas moins de 500 000); en majorité des jeunes ayant le BAC, des diplômes universitaires et même des doctorats. Entretemps depuis presque 10 ans l’Italie a plus de décès que de naissances et la population diminue. Bref le pays est redevenu un pays d’émigration alors qu’en même temps il a environ 9% d’étrangers réguliers et en petite partie irréguliers le plus souvent esclavagisés dans toutes sorte d’activités et de services y compris aux particuliers, car infériorisé, voire racialisés (ce qui voulait accentuer Salvini). On se demande alors : ce nouveau gouvernement va être antifasciste, antiracistes et antisexiste ?  

Voir les articles précédents ici :

https://blogs.mediapart.fr/salvatore-palidda/blog/290819/italie-nouveau-gouvernement-vrai-tournant-apres-le-pseudo-souverainisme-populiste

https://www.mediapart.fr/search?search_word=palidda&sort=date&order=desc

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.