Scientia
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2016

Henri Poincaré et la prédiction des ondes gravitationnelles

Dans son article du 5 juin 1905 formulant la relativité restreinte, Henri Poincaré a également prédit l'existence des ondes gravitationnelles. Pourtant, cette prédiction antérieure de onze ans à celle d'Albert Einstein dans le cadre de la relativité générale est systématiquement ignorée sans raison valable. Des arguments erronés sont souvent avancés pour justifier ce refus de citation.

Scientia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La note académique d'Henri Poincaré du 5 juin 1905, http://www.academie-sciences.fr/pdf/dossiers/Poincare/Poincare_pdf/Poincare_CR1905.pdf  (Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, T. 140, 1504-1508), a été rappelée dans notre article du 9 février 2016 « Ondes gravitationnelles, Poincaré, LIGO, CNRS... (I) », où nous écrivons d'emblée  http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2016/02/09/ondes-gravitationnelles-poincare-ligo-cnrs-i-51407.html :

Le 9 février 2016, à propos de la possible mise en évidence d'ondes gravitationnelles par l'expérience LIGO basée aux Etats-Unis, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) diffuse à son tour un communiqué de presse intitulé « Point sur les recherches d'ondes gravitationnelles par les collaborations VIRGO et LIGO », où on peut lire notamment : « 2016 marque le 100e anniversaire de la première publication, par Albert Einstein, de la théorie de la relativité générale prédisant l'existence d'ondes gravitationnelles. Pour marquer cet anniversaire, les chercheurs ont décidé de présenter un aperçu des efforts des collaborations VIRGO et LIGO pour observer les ondes gravitationnelles ». Comment un établissement de recherche français peut-il diffuser un texte pareil ? Nous avons déjà souligné dans nos articles « Henri Poincaré : centenaire de sa mort » (I), (II), (III), (IV) et (V), que c'est au physicien et mathématicien français Henri Poincaré, approfondissant les implications d'un travail du physicien néerlandais Hendrik Antoon Lorentz, que revient la paternité de la prédiction des ondes gravitationnelles. Aucune ambiguïté n'est possible à ce sujet, à la lecture de l'article de Poincaré « Sur la dynamique de l'électron » (Comptes rendus de l'Académie des Sciences, séance du 5 juin 1905). Dans son ouvrage L'Enigme Bogdanov (Editions Télémaque), notre collègue Luis Gonzalez-Mestres écrit à propos de cet article que Poincaré anticipait ainsi non seulement les ondes gravitationnelles mais aussi les propagateurs de la théorie des champs. Le principe avancé par Lorentz et Poincaré étant que toutes les interactions devaient être traitées de la même façon du point de vue de la géométrie de l'espace-temps. Sur cette base, Henri Poincaré souligne dès juin 1905, une décennie avant la relativité générale, que l'interaction gravitationnelle doit être portée par des ondes se déplaçant à la vitesse de la lumière de la même façon que les ondes électromagnétiques sur lesquelles il avait longtemps travaillé. Une réalité historique qu'ignore également le communiqué de l'expérience LIGO « Thursday: Scientists to provide update on the search for gravitational waves », qui commence par l'affirmation infondée « 100 years after Einstein predicted the existence of gravitational waves.... ». Le 8 février, dans une intervention précédant la mise en scène de la pièce Big Bang d'Igor et Grichka Bogdanov, Luis Gonzalez-Mestres s'est explicitement opposé à ce type de propagande et a rappelé devant le pubiic le rôle historique d'Henri Poincaré en tant qu'auteur de l'idée originale des ondes gravitationnelles.

(fin de l'introduction de l'article)

Cet article a sousicté un certain nombre de réactions, souvent dépourvues d'arguments réels. Mais parfois, prétextant sans raison valable que le caractère quadrupolaire des ondes gravitationnelles recherchées par LIGO et VIRGO n'avait pas été prévu par Poincaré, et que seul Einstein en 1916 a formule cette prédiction dans le cadre de la relativité générale. Un argument erroné, mais que l'article de LIGO et VIRGO du 11 février dans Physical Review Letters « Observation of Gravitational Waves from a Binary Black Hole Merger »,  PRL 116, 061102, https://journals.aps.org/prl/pdf/10.1103/PhysRevLett.116.061102, reprend tacitement.

Afin notamment de répondre à ce dernier argument,  nous avons abordé à nouveau la même thématique dans notre article du 18 février « Ondes gravitationnelles, Poincaré, LIGO, CNRS... (II) », qui commence ainsi http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2016/02/18/ondes-gravitationnelles-poincare-ligo-cnrs-ii-51433.html :

L'information scientifique du public concernant les ondes gravitationnelles, après la diffusion il y a une semaine par Physical Review Letters de l'article des collaborations LIGO et VIRGO, reste à ce jour entachée d'une erreur préoccupante. Comment comprendre l'attribution systématique à Albert Einstein de la prédiction de l'existence des ondes gravitationnelles, au détriment du mathématicien et physicien français Henri Poincaré qui fut le véritable auteur de cette prédiction onze ans avant Einstein ? En réalité, cette référence erronée à Einstein, reprise systématiquement par les médias dans le monde entier, figure explicitement dans l'article même de LIGO et VIRGO paru le 11 février où on peut lire : « In 1916, the year after the final formulation of the field equations of general relativity, Albert Einstein predicted the existence of gravitational waves ». Comment autant de chercheurs et de journalistes ont-ils pu ignorer le contenu de la note académique d'Henri Poincaré publiée le 5 juin 1905 par les Comptes Rendus de l'Académie des Sciences ? Pour justifier cette référence à Einstein face à des rappels de l'article de Poincaré, une deuxième information contraire à la réalité est avancée : Henri Poincaré n'aurait pas prédit le type d'ondes gravitationnelles (quadrupolaires) recherchées par LIGO et VIRGO et que « seule la relativité générale pouvait prédire ». Or un simple examen de cette question permet de mettre en évidence la différence essentielle en la matière entre la gravitation et l'électromagnétisme, différence clairement antérieure à la relativité générale et déjà évidente avec la gravitation de Newton lorsque Poincaré a prédit l'existence des ondes gravitationnelles. Notre collègue Luis Gonzalez-Mestres, qui dans son ouvrage L'Enigme Bogdanov (Editions Télémaque) avait déjà souligné la prédiction des ondes gravitationnelles par Poincaré dans son article de juin 1905, vient de consacrer à ce sujet un article intitulé « Henri Poincaré Predicted The Existence Of Gravitational Waves As Early As June 5, 1905 », suivi d'un intéressant débat qui en particulier nous éclaire sur la question des quadrupoles. Au constat de la simplicité de la problématique réelle, on reste perplexes devant l'obstination pour attribuer une telle prédiction à Albert Einstein de la part de certains chercheurs et de la plupart des médias, y compris en France. Certes, la relativité générale a rendu possible une description plus précise de l'ensemble des phénomènes liés à la gravitation et son utilité en vue des expériences de détection d'ondes gravitationnelles ne fait aucun doute. Mais la prédiction originale de ces ondes, y compris quadrupolaires, appartient clairement à Henri Poincaré qui la formula onze ans avant Einstein comme déjà souligné dans notre article « Ondes gravitationnelles, Poincaré, LIGO, CNRS... (I) ». Peut-on raisonnablement ignorer cette réalité ?

(fin de l'introduction de l'article)

En réalité, Poincaré ne pouvait pas ignorer le caractère quadrupolaire prévisible des ondes gravitationnelles pour une simple raison : la relativité générale n'était point nécessaire pour aboutir à cette prédiction qui découlait d'une analyse fort élémentaire déjà au niveau de la loi de la gravitation de Newton. Ce que met en évidence, entre autres, le débat très détaillé qui a fait suite à l'article de Luis Gonzalez-Mestres « Henri Poincaré Predicted The Existence Of Gravitational Waves As Early As June 5, 1905 », http://www.science20.com/relativity_and_beyond_it/henri_poincare_predicted_the_existence_of_gravitational_waves_as_early_as_june_5_1905-165539

Alors que les dipôles éléctrique et magnétique ne sont liés à aucune loi de conservation et peuvent de ce fait émettre du rayonnement dipolaire; la situation change radicalement lorsque dans lesdits dipôles les charges électriques, qui peuvent être positives ou négatives, sont remplacées par des masses forcément positives. On a alors affaire à des quantités conservées telles que la masse totale du système ou son moment angulaire, ce qui empêche l'émission d'ondes dipolaires. Ayant travaillé pendant des années sur l'électromagnétisme à un niveau beaucoup plus sophistiqué, Poincaré connaissait certainement cette situation.

Dans son article de juin 1905, Henri Poincaré à formulé une prédiction à caractère général : l'existence des ondes gravitationnelles en tant que conséquence de la nouvelle géométrie de l'espace-temps qu'il venait de formuler. Mais il n'a à aucun moment exclu les ondes gravitationnelles quadrupolaires ni prédit l'émission d'ondes gravitationnelles dipolaires.

Voir aussi nos articles (cliquer sur chaque titre) :

Ondes gravitationnelles, Poincaré, LIGO, CNRS... (I)

Ondes gravitationnelles, Poincaré, LIGO, CNRS... (II)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (I)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (II)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (III)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (IV)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (V)

CNRS, OPERA, Einstein, Poincaré, Lorentz, relativité

La pièce Big Bang, d'Igor et Grichka Bogdanov (I)

et de Luis Gonzalez-Mestres :

Henri Poincaré Predicted The Existence Of Gravitational Waves As Early As June 5, 1905

Henri Poincaré predicted gravitational waves in 1905

Indépendance des Chercheurs

indep_chercheurs@yahoo.fr

http://science21.blogs.courrierinternational.com

https://blogs.mediapart.fr/scientia

Groupes de discussion :

http://groups.yahoo.com/group/problemes_des_scientifiques

http://groups.yahoo.com/group/combatconnaissance

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet