sdm94
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2018

sdm94
Abonné·e de Mediapart

Révision constitutionnelle saison 2 - Lettre ouverte à nos députés

Mesdames et Messieurs les Députés, Vous allez reprendre les travaux de la révision constitutionnelle en janvier. Il est temps de faire un bilan intermédiaire de vos travaux pour espérer être enfin à la hauteur des enjeux !

sdm94
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vos propositions

Vous avez participé fin 2017 aux 4 groupes de travail qui ont fait une cinquantaine de propositions constitutionnelles pour améliorer le fonctionnement de nos institutions en le rééquilibrant au bénéfice du parlement. Or en juillet dernier, après plus de 24 séances publiques et 911 amendements examinés, à part les deux propositions déjà incluses dans le texte de l’exécutif, aucune de vos propositions jusqu’à l’article 34 n’ont été retenues ! ( vous trouverez un bilan complet ici )

Quelles étaient vos principales propositions à partir de l’article 35 :

Améliorer le fonctionnement de l’Assemblée et la procédure législative :

  • supprimer la limite des 8 commissions permanentes 
  • systématiser l’avis du conseil d’état sur les propositions de lois,
  • associer le parlement à la préparation des projets de lois
  • instaurer un débat préalable en séance publique avant tout examen en commission,
  • porter le délai à 6 semaines entre le dépôt de loi et son examen en commission
  • permettre à la conférence des présidents de décider que le droit d’amendement ne s’exerce qu’en commission,
  • assouplir les critères de recevabilité des amendements ayant un impact sur les charges et ressources publiques
  • ne rendre qu’une lecture obligatoire sauf opposition des conférences des présidents,
  • préciser et rendre transparent le fonctionnement des commissions mixtes paritaires
  • permettre des initiatives partagées entre plusieurs groupes,
  • mettre en place une séance hebdomadaire réservée aux groupes d’opposition,

« Rationaliser » l’activité législative de l’exécutif :

  • chaque trimestre transmission par le 1er ministre du programme législatif de l’année à venir
  • information des conférences des présidents de la liste des textes et des périodes d’examen envisagés
  • présentation systématique par le gouvernement de ses orientations aux commissions permanentes en amont d’un dépôt de projet de loi
  • dépôt des études d’impact dès l’inscription des projets de lois et des amendements gouvernementaux
  • systématiser l’avis du conseil d’état sur les amendements gouvernementaux
  • soumettre les secondes délibérations à l’accord de la commission saisie au fond
  • obligation de la publication des textes d’application des lois dans les 6 mois, possibilité pour le parlement de prendre en charge ces textes en cas de carence du gouvernement
  • obliger le gouvernement à répondre dans un délai de 2 mois aux questions écrites,

Rendre effective la fonction de contrôle du parlement :

  • permettre la mise en place de clauses de réexamen automatique pour certaines dispositions de lois
  • systématiser des indicateurs de suivi pour l’évaluation et le contrôle des lois,
  • instaurer une loi d’exécution et d’approbation des comptes de l’état au printemps pour systématiser le contrôle des budgets avec audition systématique des ministres et assistance de la cour des comptes
  • mettre en place un contrôle systématique de la publication des textes d’application des lois dans les 6 mois,
  • permettre aux commissions d’enquêtes d’effectuer des contrôles sur pièces et sur place.
  • autoriser les enquêtes sur des faits faisant l’objet de poursuites judiciaires,
  • auditionner le gouvernement 6 mois après la publication d’un rapport d’enquête pour contrôler les suites donné aux recommandations
  • abaisser le seuil de saisine du conseil constitutionnel à 42 députés ou sénateurs

Augmenter le pouvoir du CESE et des citoyens :

  • permettre la mise à l’ordre du jour de proposition de loi, d’enquête ou de débat à l’initiative de citoyens.
  • permettre au CESE de s’autosaisir pour donner son avis sur tout projet de loi, d’ordonnance ou de décret.

Le détail de ces propositions est disponible dans votre rapport publié en décembre 2017

Si l’ensemble de ces propositions étaient adoptées nous aurions une République où le Parlement jouerait réellement son rôle pour une meilleure qualité des lois et un vrai contrôle de l’exécutif. Par contre en ce qui concerne le pouvoir citoyen on est encore loin du compte. J’espère que pour cette « saison 2 » de la révision constitutionnelle à L’Assemblée Nationale vous serez enfin conséquents avec vous-mêmes et adopterez vos propres propositions.

Les véritables enjeux de la révision constitutionnelle

Mais, avec la transformation numérique et le choc écologique qui vient, les enjeux de cette révision constitutionnelle sont malheureusement bien plus larges qu’un simple rééquilibrage des pouvoirs entre exécutif et législatif. Vous pouvez en avoir un aperçu dans la lettre ouverte que j’avais publié il y a un an.

Pour accompagner cette lettre ouverte, en m’excusant par avance de frôler le point Godwin, j’aimerai vous soumettre cette réflexion : les humains, face aux grandes catastrophes ont malheureusement besoin de boucs émissaires pour se laver du passé et reconstruire un avenir sur de nouvelles bases. Au « Nuremberg » de l’effondrement de l’écosystème seuls les responsables politiques, économiques ou médiatiques qui auront réellement engagés la transition écologique et se seront clairement opposés au productivisme et aux mécanismes financiers de la spéculation au service d’intérêts privés pourront espérer éviter d’être suspectés de collaboration.

La constitutionnalisation de l’écocide, l’instauration d’une loi de transition écologique suivie au même rang que la loi de finances, la systématisation d’étude d’impact écologique pour toute loi ou texte d’application, l’interdiction de loi ou d’amendement induisant des charges sur le climat ou la biodiversité et un véritable contrôle des lobbys afin de garantir une loi au strict service de l’intérêt général seraient des avancées indispensables pour faire face aux enjeux à venir dans le système représentatif actuel.

Donner de vrais pouvoirs aux citoyens

Néanmoins pour avoir dans les décennies qui viennent un pays résilient face aux chocs à venir, vous devez absolument tout faire pour favoriser la responsabilisation des citoyens dans la gestion des communs. C’est la seule issue pour réussir la mobilisation et la cohésion nécessaire pour collectivement y faire face.

L’examen des articles 1, 3 et 11 étant derrière vous, et malgré l’opposition de l’exécutif (voir à ce sujet ce qui s’est passé sur le vote blanc ou sur les référendum d’initiative citoyenne ), il est en votre pouvoir de créer cette responsabilisation.

  • au niveau national en donnant de vrais pouvoirs au successeur du CESE aux articles 69 à 71,
  • au niveau local en modifiant profondément la démocratie locale au travers de l’article 72
  • au niveau constitutionnel en redonnant les pouvoirs au peuple à l’article 89.

Pour le successeur du CESE, que vous vous inspiriez des travaux de la FNH sur la chambre du futur ou d’une chambre composée uniquement de citoyens tirés au sort comme par exemple le projet de Sénat Citoyen, dans tous les cas il faudra donner à cette troisième assemblée des vrais pouvoirs de contrôle et de véto (comme la capacité à déclencher des référendums) permettant de s’immiscer dans l’agenda politique du parlement et du gouvernement. Vous pourriez aussi avoir une réflexion globale sur les autorités administratives indépendantes et les mettre sous l’autorité de cette assemblée en charge du temps long et du bien commun. Dans le cas contraire vous recréeriez un instrument impuissant comme l’est aujourd’hui le CESE

En matière de démocratie locale il est indispensable de constitutionaliser le droit imprescriptible des collectivités à privilégier leur autonomie énergétique et alimentaire face aux intérêts privés. Pour responsabiliser les citoyens sur ces enjeux il doit être possible d’expérimenter massivement des dispositifs de démocratie directe ou semi-directe avec des assemblées locales en charge du contrôle de la gestion des biens communs, des budgets participatifs ou des referendums d’initiative citoyenne. Ces dispositifs doivent notamment être déployés au niveau des intercommunalités. En effet ces structures sont aujourd’hui des lieux antidémocratiques où les citoyens n’ont aucune prise sur les décisions qui engagent leur quotidien immédiat.

Enfin en matière de révision constitutionnelle il est nécessaire de redonner la parole aux citoyens comme par exemple dans le projet « osons le big bang démocratique » et, a minima, faire approuver toute modification de la constitution par référendum.

En espérant que ces réflexions vous permettront de mieux préparer vos travaux constitutionnels de janvier prochain.

Démocratiquement

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart