Réponse aux hispanistes. L'indépendance du Tribunal Supremo espagnol

Des sommités de l'hispanisme ont voulu critiquer les sénateurs qui réclamaient le respect des droits fondamentaux en Catalogne. Intoxiqués par leurs propres certitudes, ils réclament des sénateurs la reconnaissance de l'indépendance du Tribunal Supremo. Ils auraient mieux fait d'effectuer quelques recherches...

Chers collègues,

Votre adresse au sénateurs français qui ont appelé au respect des droits fondamentaux en Catalogne est une instrumentalisation de vos fonctions au service d'une cause politique.

Je manque de temps pour démontrer cette affirmation en commentant l'ensemble de votre texte. Je me contenterai de quelques considérations au sujet de votre prétention de faire reconnaître par les sénateurs l'indépendance du Tribunal Supremo espagnol. Cette prétention suffit, à mon estime, à vous discréditer complètement et me dispense, par conséquent, de consacrer un temps excessif à votre texte.

Voici quelques explications rapides, que je numérote à des fins pédagogiques.

1. Le Tribunal Supremo est nommé par le Consejo General del Poder Judicial, ainsi que le stipule l'article 123, §2 de la Constitution espagnole.

2. Le Consejo General del Poder Judicial n'est pas indépendant. Il suffit d'avoir lu un peu la presse espagnole ces derniers temps pour le savoir. Elle donne les détails de la négociation entre PP et PSOE qui a permis de conclure sa grand-guignolesque1 rénovation. Voir, par exemple : La Justicia española afronta su semana decisiva en medio de una tormenta perfecta.

3. Le Conseil de l'Europe s'est inquiété à plusieurs reprises de la faible indépendance du pouvoir judiciaire espagnol et a dû déplorer que l'Espagne refuse de suivre ses recommandations.

4. Ces articles d'EL PAÍS évoquent la question :

El Consejo de Europa reprueba la politización del sistema para elegir el Poder Judicial

10 octobre 2016.

España desoye las advertencias anticorrupción del Consejo de Europa

3 janvier 2018.

El Consejo de Europa acusa a España de no cumplir sus recomendaciones contra la corrupción

3 mai 2018.

5. Vous pouvez approfondir votre connaissance du problème en lisant le rapport, en français, du GRECO, le Groupe d'États contre la corruption, disponible ici.

6. De rapides recherches vous auraient et nous auraient épargné le ridicule de cette adresse.

7. Corrigez, je vous prie, votre communiqué ou, mieux, retirez-le.

8. Il serait opportun aussi que vous songiez à vous excuser d'avoir donné la pire image qui soit d'une discipline, l'hispanisme, qui n'est pas toujours aussi chauvine, aussi intoxiqué par ses certitudes et aussi paresseuse que votre texte le donne à penser.

Bien à vous,

Sebastián Nowenstein,

professeur agrégé.

1Guignolesque... : on se souvient qu'après la fin des négociations, le porte-parole du PP s'était vanté de contrôler le Tribunal Supremo, desde atrás, par la personne de son président, Manuel Marchena. Voir, par exemple : http://www.rtve.es/noticias/20181119/cosido-dice-se-interpretado-mal-su-whatsapp-sobre-cgpj-decia-controlaremos-sala-segunda-desde-detras/1840593.shtml

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.