Pas plus de maîtres que de classes

Pour conclure l'année, je vais partager avec ceux qui voudront bien le lire, un projet pédagogique pour la future année scolaire : le dispositif « plus de maîtres que de classes ». Vous pourrez voir ainsi comment le travail d'enseignants s'élabore en équipe. Cela permettra aussi, peut-être, d'avoir des avis extérieurs, des débats, alors que l'administration n'en a fourni aucun.

Pour conclure l'année, je vais partager avec ceux qui voudront bien le lire, un projet pédagogique pour la future année scolaire : le dispositif « plus de maîtres que de classes ». Vous pourrez voir ainsi comment le travail d'enseignants s'élabore en équipe. Cela permettra aussi, peut-être, d'avoir des avis extérieurs, des débats, alors que l'administration n'en a fourni aucun.

Lorsque l'idée a été lancée par le Ministre de l'Education nationale de la mise en place d'un dispositif « plus de maîtres que de classes », mon équipe s'est sentie concernée. Nous avions subi la suppression du poste de CP renforcé (entre autres suppressions) qui fonctionnait très bien. Comme la circulaire le prévoit, « le projet rédigé par l'équipe pédagogique sous l'autorité du directeur d'école est validé par l'inspecteur de l'éducation nationale (IEN) chargé de la circonscription », ceci afin d'éviter que des moyens supplémentaires « tombent » dans des lieux où aucune réflexion n'a été produite.

Nous avons donc entamé un travail puisqu’aucune information ne nous parvenait de nos supérieurs. Nous avons été bien inspiré puisque l'IEN nous « proposa » de rédiger avec nous un projet. « Proposa » est entre guillemets puisque « le projet [doit être] rédigé par l'équipe pédagogique sous l'autorité du directeur d'école ». En échange de ce poste (pour deux écoles), mon école devait accepter une fermeture de classe.

Cela ne paraissait pas très raisonnable au vu du nombre d'élèves prévu l'année suivante et de la situation de l'école. La fermeture de classe n'a donc pas été effective, mais le poste « plus de maîtres que de classes » a été « retiré ». « Retiré » est entre guillemets puisque « le projet rédigé par l'équipe pédagogique sous l'autorité du directeur d'école est validé par l'inspecteur de l'éducation nationale (IEN) chargée de la circonscription ». Pourtant, la première réflexion de l'institution était qu'il y avait là des besoins. Ces besoins avaient donc dû disparaître entre temps.

Le travail de l'équipe a continué, mais sans aucune information, ni échéancier, la bise fut vite venue et nous prit au dépourvu. Connaissant ses écoles, la Municipalité fut très étonnée d'apprendre en Commission départementale de l'Éducation nationale qu'aucune école lodévoise n'avait fait montre de volonté de demander la mise en place du dispositif. Elle s'empressa donc de rectifier cette information inexacte, volonté existait ; la demande n'avait visiblement pas suivi son cours. Ainsi, il fut promis que si une demande sérieuse parvenait à la Direction académique des services de l'Éducation nationale, la Direction l'étudierait.

Comme nous n’avons eu aucun retour, ni de « non, ce projet n'est pas bon », ni « ce projet est perfectible », ni « ce projet est bon, mais ce n'est pas possible parce que... », ni rien d'autre, je vous propose de nous faire un retour et d'en débattre. Alors estimez-vous ce projet sérieux ?

Il était temps aujourd'hui d'être en vacances...

(cliquez sur le fichier pdf ci-dessous)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.