Nouveaux programmes : le véritable avis des enseignants

Ce jeudi 15 mai, les enseignants des écoles maternelles et primaires sont contraints d’organiser une grève pour dénoncer le recul pédagogique que constituent les nouveaux programmes de Xavier Darcos. Le Ministre a déclaré [1] que les enseignants sont favorables aux nouveaux programmes. Ils apprécieraient aussi la simplification opérée...

Ce jeudi 15 mai, les enseignants des écoles maternelles et primaires sont contraints d’organiser une grève pour dénoncer le recul pédagogique que constituent les nouveaux programmes de Xavier Darcos. Le Ministre a déclaré [1] que les enseignants sont favorables aux nouveaux programmes. Ils apprécieraient aussi la simplification opérée...

 

Ainsi, dès le 29 avril, un mouvement spontané des écoles de l’Hérault nous a conduit à réaliser par mail un questionnaire auprès des enseignants des écoles pour vérifier les paroles de Monsieur le Ministre. Plus de 136 écoles ont répondu, ce qui correspond à plus de 950 enseignants, soit près du double des 500 parents d’élèves interrogés dans un sondage commandé par le ministère sur la perception des nouveaux programmes.

 

Le résultat est sans appel :

A la question, comment qualifieriez-vous l'avis que vous avez rendu lors de la journée de consultation sur les nouveaux programmes ? 91 % des enseignants ont un avis défavorable sur ces nouveaux programmes (36 % défavorable, 55 % très défavorable). Seul 8 % ont un avis nuancé. Il n’y a eu qu’une réponse favorable. Le ministère reste toujours aussi sûr de lui.

 

A la question, est-ce que ces programmes sont plus simples ? 43 % pensent qu’ils sont plus simples contre 57 %. Mais sur les 43 % estimant que les programmes sont plus simples, 88 % n’apprécient pas cette simplification (certains utilisent le terme de « simplistes » ou « réducteurs »).

 

Enfin, 81 % des enseignants estiment que les programmes ne permettront pas l’amélioration des résultats des élèves, voire les aggraveront. 15 % pensent qu’ils seront sans aucune influence et 4 % sont sans opinion. Aucun enseignant n’estime qu’ils permettront aux élèves de progresser.

 

Au-delà des divergences de vues sur ce que doit être l’école de demain, ce que nous ne tolérons pas c’est que le Ministre mène une campagne de désinformation en affirmant que les enseignants ont validé le projet.

 

Cette désinformation est organisée puisqu’il a été déclaré que ces nouveaux programmes sont l’occasion « d’un recentrage sur le français et les mathématiques ». Rien n’est plus faux quand on sait qu’une heure de français a été retirée au CP, que pas une minute de plus n’a été attribuée en français et en mathématiques pour les CE1 et que les CE2, CM1 et CM2 feront 8h de français (contre 7h30 pour les programmes 2002) et 5h en mathématiques (contre 5h30 en 2002).

 

S’il est juste de dire que c’est aux élus de la nation de choisir ce que doivent apprendre nos enfants, aucune réforme ne peut se faire contre ceux qui devront appliquer cette réforme. Le Ministère nous a demandé notre avis, mais il n’en tient pas compte.

 

Ce texte s’adresse aux citoyens qui souhaitent connaître la réalité dans les écoles. Il a pour but de les alerter et d’expliquer les raisons pour lesquelles nous sommes en grève ce jeudi 15 mai.

 

 

Le collectif des écoles de l’Hérault ayant répondu au questionnaire.

 

 

 

note

 

[1] Au cours de l'émission Ripostes diffusée sur France 5 le dimanche 20 avril,

le Ministre de l'Education, Xavier Darcos, a déclaré que les nouveaux

programmes étaient approuvés par unemajorité d'enseignants. Ils

apprécieraient principalement la simplification opérée (aux environs de la

40ième mn). Le 29 avril, il a confirmé ces propos lors de la présentation officielle des

nouveaux programmes.

 


 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.