mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart lun. 8 févr. 2016 8/2/2016 Édition de la mi-journée

Trucage des résultats aux évaluations CM2?

Le ministère, via une pression sur les recteurs et les inspecteurs d'académies, inciterait à « transformer » les résultats. Cette accusation extrêmement grave est portée par le syndicat national des personnels d'inspection membre de la FSU (SNPI-FSU) sur son site. Xavier Darcos doit y répondre rapidement car c'est la crédibilité de son action qui est mise en cause.

Le ministère, via une pression sur les recteurs et les inspecteurs d'académies, inciterait à « transformer » les résultats. Cette accusation extrêmement grave est portée par le syndicat national des personnels d'inspection membre de la FSU (SNPI-FSU) sur son site. Xavier Darcos doit y répondre rapidement car c'est la crédibilité de son action qui est mise en cause.

Voici le communiqué :

 

« Des témoignages nous parviennent de toute la France faisant état de pressions directes ou indirectes des IA-DSDEN sur les IEN CCPD pour gonfler les statistiques des remontées des évaluations CM2. La plupart des instructions données l’ont été oralement, mais certaines instructions écrites nous sont parvenues et confirment les alertes qui nous ont été lancées.

Ces instructions consistent à demander aux IEN CCPD de transformer les fichiers des résultats renseignés par les directeurs d’école, notamment ceux qui ont intégré un code 2 validant des compétences partielles, ou bien à transformer les codes A en 0 ou en 1 pour faire remonter les scores.

Le SNPI-fsu appelle les inspecteurs à ne pas compromettre leur indispensable légitimité professionnelle au sein de leur circonscription, ainsi que la valeur de leur expertise institutionnelle nationale dans des opérations de manipulation des informations qu’ils ont à valider et à transmettre.

Ce genre de pratique déroge à l’évidence à la déontologie la plus élémentaire. Elle met à mal la neutralité du service public et la confiance des citoyens envers la fonction publique. Dans certains cas, les instructions délivrées par les IA-DSDEN s’apparentent à une demande de production de faux en écriture publique dénoncée par le Code de procédure publique et le Code pénal. Dans d’autres cas, les instructions sont accompagnées de menaces sur la carrière, voire sur la réussite au prochain oral d’un concours national de recrutement. Là encore, ce genre de pratique est dénoncée par la morale et les lois et il est susceptible de poursuites judiciaires.

Dans la plupart des cas qui nous ont été communiqués, la même légitimation de l’opération revient, comme l’expression d’une manipulation grossière : « l’académie (ou le département, selon les cas) est classée dernière dans la remontée des résultats des évaluations ; il faut absolument atteindre le niveau national, sinon les sanctions vont tomber (sous-entendu pour le recteur, l’IA-DSDEN, voire les IEN CCPD) ». Stupéfiante course à l’échalote !

Cette information doit être croisée avec les témoignages de plus en plus nombreux qui nous parviennent sur la gestion autoritaire et ouvertement menaçante par le ministère et l’administration centrale à l’encontre des recteurs et des IA-DSDEN. Le limogeage spectaculaire de l’IA-DSDEN du Rhône a été à cet égard l’élément de trop dans cette gestion archaïque, irrespectueuse et contraire aux valeurs de notre république et de la démocratie. Désormais, tous les IA-DSDEN craignent de se voir renvoyés à tout moment. Une rumeur, plus ou moins fondée, nous est très récemment parvenue faisant état d’une « prochaine charrette » (sic). Dès lors, on ne peut s’étonner que certains IA-DSDEN perdent leur sang-froid et se livrent à des pratiques inadmissibles.

Tout cela est le fruit d’une politique éducative inspirée par le culte absurde du résultat avec des chiffres manipulés, par l’autoritarisme et la personnalisation dans la gestion de la fonction publique, une politique qui vise à l’atomisation du service public national dont les relais territoriaux sont mis en concurrence sur le modèle des entreprises privées à but lucratif.

Le SNPI-fsu soutiendra avec force tous les IEN CCPD qui défendront la dignité de leur fonction et celle du service public en refusant de se conformer à des instructions manifestement illégales et de nature à compromettre gravement un intérêt public. De même, conformément à ses statuts, il soutiendra tous les IA-DSDEN qui se verraient menacés ou sanctionnés pour avoir défendu avec courage et lucidité les valeurs du service public. »

 

le-tricheur-a-las-de-carreau-le-louvre-g

 

Si ces faits sont vrais, nous aurions là une preuve tangible de la destruction du service public français. Ici, point de libéralisme ou de mise en concurrence des écoles et d'ouverture du marché de l'éducation; non, c'est bien plus grave. C'est la crédibilité de l'action de l'Etat qui est directement mise en cause. Si Xavier Darcos ne dément pas ces accusations, quel citoyen pourra croire à l'impartialité de l'Etat ? Comment être certain que ses droits seront respectés à l'avenir ? Par quels moyens les fonctionnaires pourront juger de leurs actions comme juste, si la "justice" n'a de critère que le caprice du Prince ? Seront-ils vraiment plus efficaces une fois tenues par la crainte ?

Enfin, du point de vu de l'école, comment croire que le niveau, mesuré par ces évaluations, est bas ou haut ? Comment croire que ce sera par l'action des réformes de Xavier Darcos que les résultats auront miraculeusement remonté dans deux ans ? Est-ce ainsi que l'on divisera par trois le nombre d'élèves en difficulté à l'entrée en sixième ?

.

Le moment est grave. Xavier Darcos doit répondre rapidement de ces accusions, fermement les démentir et porter plainte contre le syndicat des Inspecteurs ou il doit démissionner. La crédibilité à venir de l'Etat en dépend. Il faut savoir prendre ses responsabilités car nous avons besoin de croire en l'action impartiale de l'Etat.

.

.

.

PS : Il ne serait pas inutile que des journalistes de Mediapart interrogent le Ministère sur ce sujet.

.

.

.

 

Auto-promo :

N'oubliez pas lire, si ce n'est déjà fait

L'école primaire : terrain d'un conflit asymétrique (1/4)

Pratique d'un conflit asymétrique (2/4)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Louise Fessard m'a signalé que Jean-Louis Nembrini a répondu à ces accusations dans le figaro : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/03/13/01016-20090313ARTFIG00539-evaluations-des-cm2-les-resultats-publies-fin-mars-.php Elle avait essayé de prendre contact toute la journée de vendredi. Le directeur général devait la rappeler mais il a préféré Le Figaro... Ce qui ne l'a pas empêché de faire un bon papier...http://www.mediapart.fr/journal/france/160309/evaluations-de-cm2-petits-arrangements-avec-les-statistiques

Soutenez Mediapart !

Soutien

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert
ABONNEZ-VOUS

L'auteur

Sebastien Rome

directeur d'école élémentaire quartier prioritaire - élu local en charge de la Politique de la Ville
Lodève - Lodève