L'école privée grande gagnante de la grève du 27 septembre

Tout le monde, notamment le Monde, a titré "la journée qui réconcilie le privé et le public" pour évoquer la journée de grève du 27 septembre. A l'annonce du nouveau budget, ce mercredi 28 septembre, et des suppressions de postes pour 2012, on peut affirmer que la mobilisation n'a pas été inutile pour les écoles privées. Les syndicats enseignants ont été, une fois de plus, bien roulés dans la farine...

Tout le monde, notamment le Monde, a titré "la journée qui réconcilie le privé et le public" pour évoquer la journée de grève du 27 septembre. A l'annonce du nouveau budget, ce mercredi 28 septembre, et des suppressions de postes pour 2012, on peut affirmer que la mobilisation n'a pas été inutile pour les écoles privées. Les syndicats enseignants ont été, une fois de plus, bien roulés dans la farine...

Pas de grands discours, des chiffres et une simple règle de trois (que les ministres de l'Education ne savent manier qu'au moment de calculer les suppressions de postes) : source vounousils/AFP

14 000 suppressions de postes :

  • 12 250 dans le public (87,5% des postes supprimés)
  • 400 dans l'administration (2,9 % des postes supprimés)
  • 1 350 dans le privé (9,6 % des postes supprimés)

Pour rappel une diminution équitable aurait était de 20 % étant donné que les élèves du privé représentent 20 % des effectifs...

Le privé semble être le grand gagnant de la journée de mardi. On peut presque penser que l'on a eu droit a une jolie opération de com pour masquer les privilèges accordés par la majorité aux écoles privées ces dernières années.
1578588_3_27c8_les-enseignants-du-prive-pourtant-peu-enclins.jpg
Photo de l'article du Monde sensée illustrer "l'unité" public / privé.

Sur ce sujet voir aussi le billet de Claude Lelièvre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.