Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

638 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 nov. 2019

George Christensen souhaite rencontrer Julian Assange, fondateur de WikiLeaks

George Christensen, élu du Queensland du Nord (Australie), se bat pour rapatrier Julian Assange et demandera au gouvernement britannique la permission de rencontrer le fondateur controversé de WikiLeaks avant son audience d'extradition complète au début de l'année prochaine.

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

29 OCTOBRE 2019 - PAR SAMUEL DAVIS ET ADAM STEPHEN (ABCNews)

Les points clés :

  • George Christensen demande au gouvernement britannique la permission de voir le fondateur de Wikileaks détenu
  • Le député du Queensland espère que l'Australien sera rapatrié et veut vérifier les rapports selon lesquels son état de santé se détériore
  • M. Christensen dit que c'est une "situation insensée" que M. Assange soit accusé en vertu des lois américaines lorsqu'il n'est ni citoyen ni résident américain

"Il s'agit du principe de quelqu'un qui a publié des informations sur Internet et a enfreint des lois[dans un pays] dont il n'est pas citoyen, dans lequel il ne s'est en fait pas rendu", a déclaré M. Christensen.

"Vous devez vous demander comment c'est possible. C'est une situation folle avec laquelle la plupart des Australiens ne seraient pas d'accord."

Photo : Le député libéral national du Queensland, George Christensen, affirme qu'Assange est dans une "situation insensée". (ABC News : Marco Catalano)

Le député de Dawson, basé à Mackay, est coprésident d'un groupe de travail parlementaire multipartite, un rôle partagé avec le député indépendant Andrew Wilkie, qui se demande pourquoi le citoyen australien devrait être forcé de répondre à des accusations d'espionnage aux États-Unis.

S'il est reconnu coupable aux États-Unis, M. Assange risque une peine maximale de 175 ans de prison.

Mais M. Christensen a déclaré que WikiLeaks avait agi dans l'intérêt public lorsqu'il a publié des informations classifiées, y compris des câbles diplomatiques divulgués par l'analyste du renseignement américain Chelsea Manning en 2010.

"Il a publié des informations qui étaient peut-être sensibles aux États-Unis, mais il n'était pas aux États-Unis lorsqu'il les a publiées, et il n'est pas non plus un citoyen des États-Unis ", a déclaré M. Christensen.

"Alors, je me demande comment quelqu'un peut enfreindre la loi quand il n'est pas citoyen ou résident de ce pays."

Déterminé à " voir et parler " avec Assange

M. Christensen a déclaré que le groupe de travail demanderait la permission de rendre visite à M. Assange afin de déterminer le soutien qu'ils peuvent apporter.

Ses membres ont franchi les clivages politiques, le chef des Verts Richard Di Natale, Adam Bandt et Peter Whish-Wilson se joignant à Rebekha Sharkie et Rex Patrick, députés de Centre Alliance, et à Zali Steggall, députée indépendante.

Elle intervient après que l'ancien vice-premier ministre Barnaby Joyce ait également demandé ce mois-ci au gouvernement fédéral d'intervenir et d'essayer d'empêcher l'extradition de l'Australien du Royaume-Uni vers les États-Unis pour espionnage.

"Je pense qu'il est juste que les députés intéressés du pays d'origine de Julian Assange puissent le voir et discuter avec lui", a déclaré M. Christensen.

"Je vais certainement soumettre cette demande au gouvernement britannique.

"Ce que j'aimerais savoir, c'est si un mauvais traitement[a pu affecter] son mauvais état de santé et[comment] les circonstances de son emprisonnement ont eu un impact sur cela.

"J'aimerais savoir cela en le regardant et en lui parlant moi-même."


'Sa santé mentale est terriblement affectée.'

Photo : Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est vu dans un fourgon de police après avoir été arrêté par la police britannique devant l'ambassade de l'Equateur à Londres. (Reuters : Henry Nicholls)

Cela fait suite à une période difficile pour M. Assange et son équipe juridique, dont la demande de report d'audience a été rejetée par la juge Vanessa Baraitser à Londres au début du mois.

Louise Bennet, porte-parole du groupe de pression Bring Assange Home, a déclaré que la santé du lanceur d'alerte s'était considérablement détériorée depuis son arrestation il y a sept mois à l'ambassade de l'Équateur à Londres.

"Il se trouve dans une situation vraiment horrible où sa santé mentale est terriblement affectée", a dit Mme Bennet.

"J'ai cru comprendre qu'il est en isolement cellulaire. Il n'a le droit de parler à personne et il est dans cette situation 23 heures par jour.

"Beaucoup de gens qui ont travaillé avec lui ont dit qu'ils ne sont pas sûrs qu'il survivra au procès s'il se prolonge trop longtemps, encore moins s'il va aux États-Unis, qui est une condamnation à mort pour lui."

M. Christensen a dit que son message à M. Assange était simple.

"J'aimerais qu'il sache qu'il y a des gens qui se battent pour lui en Australie et qui se battent pour les principes de liberté qui sous-tendent son cas. J'espère qu'il sera renvoyé en Australie ", a-t-il dit.

Vidéo : Le Premier ministre Scott Morrison a dit que Julian Assange n'aura pas de "traitement de faveur". (ABCNews)

"Avant la création de ce groupe de travail, j'avais pris contact avec des membres de mon gouvernement et du gouvernement britannique à ce sujet.

"Ils n'allaient pas forcément m'écouter - un petit, vieil élu d'arrière-ban du nord du Queensland - mais je voulais que ce soit dit que je pensais qu'il se passait quelque chose d'incroyable."

La prochaine audience de gestion de cas aura lieu le 17 décembre.

SOURCE:>>https://www.abc.net.au/news/2019-10-29/nq-politician-seeks-meeting-with-wikileaks-founder/11649266

Selon Barnaby Joyce, le gouvernement devrait protéger Julian Assange contre l'extradition vers les États-Unis

Le gouvernement australien n'a pas fait assez pour protéger le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, de l'extradition vers les États-Unis, selon l'ancien vice-premier ministre Barnaby Joyce.

14 OCTOBRE 2019 - ABCNews

Photo : Jusqu'à présent, l'intervention de Barnaby Joyce n'a pas réussi à convaincre les hauts dirigeants du gouvernement. (AAP : Mick Tsikas)

Les points clés :

  • M. Joyce a déclaré qu'Assange n'était pas sur le sol américain lorsqu'il a commencé à divulguer des informations classifiées et qu'il devrait être protégé
  • Le premier ministre Scott Morrison a déjà dit que M. Assange ne recevrait pas de traitement spécial, mais qu'il recevrait un soutien consulaire pendant son incarcération
  • Assange a déjà demandé l'asile à l'ambassade de l'Équateur à Londres, craignant d'être extradé vers les États-Unis

M. Joyce a demandé au gouvernement fédéral d'intervenir et d'essayer d'empêcher l'extradition d'Assange du Royaume-Uni vers les États-Unis pour espionnage.

Assange est actuellement derrière les barreaux à Londres après avoir vécu sept ans à l'ambassade de l'Équateur.

M. Joyce a déclaré que M. Assange n'était pas sur le sol américain lorsqu'il a commencé à divulguer des informations classifiées et qu'il devrait être protégé.

"La souveraineté n'est pas seulement pour les gens que vous aimez ou avec lesquels vous avez une relation philosophique, elle est également pour quelqu'un que vous détestez ou que vous trouvez complètement odieux", a déclaré M. Joyce.

" Peu importe, s'ils sont citoyens de cette nation, ils devraient se voir accorder les droits d'un citoyen."

Un juge à Londres en avril a déclaré le fondateur de WikiLeaks coupable d'avoir violé sa caution.

Assange a fait face à des allégations d'agression sexuelle en Suède lorsqu'il a demandé l'asile à l'ambassade équatorienne à Londres en 2012, craignant l'extradition vers les États-Unis.

Les relations entre l'Australien et ses hôtes équatoriens se sont détériorées dans les derniers mois de son séjour à l'ambassade.

Cela s'est finalement terminé lorsque la police britannique, à l'invitation des Équatoriens, est entrée dans l'ambassade et l'a arrêté de façon dramatique. Depuis, l'Équateur a révoqué sa citoyenneté.

Le premier ministre Scott Morrison a déjà dit qu'Assange ne recevrait pas de traitement spécial, mais qu'il recevrait un soutien consulaire pendant son séjour en prison.

"Qu'une personne vous plaise ou non, elle devrait bénéficier des droits et protections appropriés et du recours à la justice, tels que déterminés par un parlement australien, et non par le parlement d'une autre nation", a déclaré M. Joyce.

"S'ils étaient dans cette autre nation quand c'est arrivé, bien sûr. Mais s'ils étaient dans notre pays, ils sont couverts par nos lois."

L'intervention de M. Joyce n'a pas réussi à convaincre les hauts responsables de son gouvernement.

Le trésorier Josh Frydenberg a déclaré qu'Assange recevait l'appui des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.

"En fin de compte, il sera traduit en justice pour ce qu'il est présumé avoir fait, mais c'est un processus juridique qui suivra son cours", a déclaré le chef libéral adjoint.

"Mais nous continuerons, en tant que gouvernement, à lui fournir les services consulaires appropriés."

SOURCE:>>https://www.abc.net.au/news/2019-10-14/barnaby-joyce-calls-on-government-to-prevent-assange-extradition/11599664

Articles liés sur ce blog :

Les députés australiens unissent leurs forces pour rapatrier Julian Assange - 20 oct. 2019

Jennifer Robinson : l'affaire Assange "crée un précédent terrifiant" - 27 oct. 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Europe
Royaume-Uni : un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal