Seraya Maouche
Bioinformaticienne, ingénieure en informatique,entrepreneuse "Life-Sciences" et co-fondatrice de l'association Ethique & Intégrité.
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2016

Fraude scientifique : Kathrin Mädler lourdement sanctionnée par la DFG

Selon un communiqué publié hier sur son site, la Fondation allemande pour la recherche a annoncé une sanction très lourde pour fraude scientifique contre Kathrin Mädler, professeure et chercheuse en diabétologie à l’université de Brême, au nord-ouest de l'Allemagne.

Seraya Maouche
Bioinformaticienne, ingénieure en informatique,entrepreneuse "Life-Sciences" et co-fondatrice de l'association Ethique & Intégrité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Selon le communiqué, la Fondation allemande pour la recherche (en allemand Deutsche Forschungsgemeinschaft; DFG), qui constitue la plus grande organisation de promotion et de financement de la recherche scientifique en Allemagne, a pris des décisions concernant deux cas qui étaient en cours d'investigation, lors de sa réunion du 8 décembre à Bonn.
Une décision a été prise dans l'affaire de la chercheuse Kathrin Mädler, que nous avions discuté dans notre article du 31 octobre 2016. Nous traduisons, ci-après, une partie de ce communiqué, qui a été publié en langue allemande.

Le Dr Kathrin Mädler (reproduite avec l'aimable autorisation d'IDW; https://idw-online.de/de/image145026)) © IDW

Le communiqué précise que la DFG a suivi les recommandations de son Comité d'enquête sur les allégations d'inconduite scientifique. Il précise également que dans le premier cas, le Comité, a reconnu que la pharmacologiste Kathrin Mädler est coupable d'inconduite scientifique. Cette dernière a obtenu, en 2014, une chaire "Professorat Heisenberg" (en allemand Heisenberg-Professur), qui a été approuvée par la DFG.

"Une enquête a été lancée en mars 2015 après que des allégations d'inconduite scientifique sont apparus concernant un certain nombre de ses publications. Étant donné que ces allégations étaient examinées par l'université de Brême, le processus de la DFG a été initialement suspendu.
De même, la procédure de nomination à l'université de Brême, qui est associée à l'approbation du programme "Heisenberg-Professur", a été suspendue par ce dernier. Après que la commission d'enquête de l'université de Brême a pris fin, en septembre 2016,  et que le recteur de l'université a reconnu que Mädler est coupable de négligence et de violation de ses obligations de diligence, le processus DFG a été poursuivi par la commission d'enquête sur les allégations d'inconduite scientifique.

Après examen approfondi des allégations et sur la base de plusieurs avis, le rapport d'enquête de l'université de Brême et l'audience de Mädler,  le Comité est parvenu - comme pour l'université de Brême - à la constatation, que six publications basées sur un financement DFG, contenaient des informations incorrectes. Ainsi, les résultats ont été représentés par des figures qui ne correspondent pas à description donnée. Outre, les figures qui ont été utilisées sont issues de publications anciennes, qui ont été générées dans un contexte différent, qui n'a rien à voir avec les expériences décrites dans les publications en question.

Le Comité d'enquête de la DFG a reconnu que Mädler est resposnable pour ces informations fausses, en raison de son travail en tant que chef du groupe de recherche et pour son rôle en tant qu'auteur correspondant des publications."

Le Comité a considéré qu'il n'y a aucune indication sur l'implication directe de Mädler dans ces informations fausses. Il note plutôt que d'autres auteurs, qui étaient membres du groupe de recherche de cette chercheuse, étaient responsables pour la réutilisation des images, une responsabilité que Mädler n'a pas nié lors de son audition.

Toutefois, le Comité est arrivé à la conclusion que Mädler a négligé, d'une manière flagrante, son rôle de supervision de ces employés, ce qui a  abouti à une responsabilité commune et à une inconduite scientifique selon le règlement procédural de la DFG.

Le communiqué ajoute qu'en accord avec le règlement procédural de la DFG, il a été convenu, comme mesure appropriée et adaptée, par le Comité d'enquête de retirer la chaire "Professorat Heisenberg" à Mädler. Cette décision a été suivie par le Comité principal.

Par sa décision, la Fondation allemande pour la recherche a montré encore une fois son attachement au respect des règles de bonne conduite scientifique.

"Fin de la période de grâce" [Ende der Schonzeit], a écrit Astrid Viciano dans la Süddeutsche Zeitung (Journal de l'Allemagne du Sud), qui ajoute :

"Il n'est pas facile de distinguer les scientifiques honnêtes des fraudeurs. Il faut donc avoir le courage et la détermination des institutions de recherche pour combattre les potentiels charlatans."

"Leçon de l'affaire K. Mädler : comme pour Vionnet les universités sont faibles mais les organismes de financement réagissent correctement. Affaire classée !", a commenté Philippe Froguel, diabétologue, généticien et professeur à l'Imperial College de Londres et à l'Université Lille 2, qui a déjà demandé à l'éditeur de la revue Human Molecual Genetics de rétracter une publication commune avec Mädler.

Après l'affaire du biologiste français Olivier Voinnet, membre de l'Académie des Sciences, l'affaire Mädler constitue une autre démonstration de l'intérêt des plateformes de discussions post-publication par les pairs tel que PubPeer, qui offre la possibilité d’effectuer des signalements d’irrégularités et de fraude dans les publications scientifiques. Ce site a récemment remportée, en appel, sa procédure judiciaire contre le Dr Fazlul H. Sarkar (pathologiste à l'université de Wayne State). Ce dernier a engagé une procédure judiciaire en diffamation contre PubPeer pour la publication en ligne de commentaires qui lui aurait coûté une offre d'emploi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro