En quoi la stigmatisation des pauvres est un calcul payant pour les politiques

(sources infographie: rapport de la Cour de comptes 2014 sur la fraude sociale et Alternatives Economiques. Infographie: S.Escalé) 

 

Le rôle de bouc emissaire des pauvres et des immigrés (souvent les mêmes) est hélas récurrent en période de crise. Cette stigmatisation est plus payante électoralement que  l'évocation des sommes considérables soustraites au fisc par les ménages riches et les entreprises (surtout celles du CAC 40). Ou encore la fraude méconnue dite de "Carrousel de TVA" (opérations illégales sur la TVA intra-communautaire), soit 30 milliards d'euros ! Ces fraudes énormes n'évoquent rien au commun des mortels qui ne sait pas se représenter de très grands nombres . En revanche, il est beaucoup plus efficace pour certains medias et les politiques de gauche et de droite, de suggérer que votre voisin, l'immigré, le pauvre en général, pille les caisses de la nation pendant que vous trimez. Beaucoup d'allocataires potentiels renoncent à l'aide sociale, trop complexe voire trop stigmatisante. Pour le seul RSA, le rapport officiel d'évaluation, chiffrait en 2012 à 5,4 milliards d'€ les sommes non demandées

De la difficulté à se representer des sommes au delà de 500.000 euros ...

La réalité c'est qu'environ 100 Milliards d'€ ne tombent pas dans les caisses de l'Etat par escroquerie, évasion ou optimisation fiscales. Il s'agit d'une toute autre echelle qui échappe à la compréhension. Au mieux vous savez ce que representent 500.000 €, le prix d'une maison ou d'un appartement mais se représenter 1, 10 ou 100 milliards d'euros est impossible sauf à un spécialiste du budget. C'est la difficulté à appréhender les très grands nombres qui permet de manipuler l'opinion publique voire de nombreux médias, en s'adressant à l'électeur dans les dimensions numéraires qu'il maitrise. Dans l'infographie ci-dessus, j'ai été obligé d'ajouter une étiquette pour représenter la différence colossale entre la fraude des entreprises et celle des particuliers.

On peut douter de la volonté de l'Etat de poursuivre ces fraudes. Sait t-on que la Belgique, par ailleurs paradis fiscal notoire, se distingue cependant par sa lutte réussie en 10 ans contre les carrosels de TVA . J'ai relaté dans ce billet que plus de 10 milliards sont ainsi dérobés chaque année au fisc français et le détail des mesures efficaces de l'Etat belge. L'administration fiscale française, le Ministère du budget connait parfaitement l'existence de cette arnaque et pourrait sans problèmes la juguler. Un reportage de l'emission Envoyé spécial en a parlé il y 3 ou 4 ans, mais la faible coopération des services du budget, de l'economie, des douanes et l'absence de volonté politique laisse cette gigantesque fraude impunie. La récente enquête de Médiapart sur l'affaire Kerviel, sur la responsabilité de la direction de la Sociiété Générale, jette la lumière sur les faibles moyens de la Brigade nationale de répression de la délinquance financière, réduits sous la présidence Sarlozy, et montrant bien que la lutte contre la délinquance en col blanc est loin d'être la priorité.

 Les gros fraudeurs continuent leurs arnaques et les multinationales a exploiter toutes les failles du droit fiscal.

A l'heure ou les chômeurs et les allocataires de la CMU-C vont être passés au crible, ce billet sur le club de Mediapart  de Daniel Cauvin montre bien la stigmatisation et la culpabilisation des classes les plus pauvres.


Aller plus loin:

 


 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.