Simon Rötig
Blogueur
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2020

A propos du prix Valery-Larbaud

Quelques notes à propos de ce prix littéraire, qu’on remet chaque année à Vichy et que tout le monde s’accorde à dire «prestigieux».

Simon Rötig
Blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Introduction. Je n’avais jamais porté grande attention au prix Valery-Larbaud, avant d’être contraint de m’intéresser au parcours de l’un de ses anciens lauréats et actuels jurés, Christian Giudicelli [1]. En consultant les pages qui s’y rapportent sur les sites de la mairie et de la médiathèque de Vichy, ainsi que plusieurs ouvrages, j’ai fait différents constats, que je me décide à rapporter ici.

Le jeune Valery, Vichyssois malgré lui. © Wikipedia

Origine : « En décembre 1959, Maria Nebbia-Larbaud a cédé Valbois [2] à la Ville de Vichy et fait de celle-ci par testament l’ayant droit de l’œuvre de Valery Larbaud (1881-1957), avec pour mission de créer un prix littéraire éponyme, ce qui sera fait en 1967, destiné à récompenser un livre que “Larbaud aurait aimé lire” [3]. »

Le site de la Ville précise que « ce prix est décerné chaque année "à un écrivain ayant publié une œuvre qu'aurait aimée Valery Larbaud, ou dont l'esprit, le sens et la pensée rejoignent celle de Larbaud", et qu’il a été créé en 1967 par l'Association internationale des amis de Valery Larbaud [4] et la Ville de Vichy ».

Dotation. « Le prix est doté par une fondation qui accorde [au lauréat] de quoi subsister pendant l’écriture de son prochain roman », a déclaré l’an passé le président de l’Association et du jury du prix, Jean-Marie Laclavetine (la vidéo de la cérémonie est ici). J’ai lu quelque part que ladite dotation était de 6 000 euros ; d’après Livres Hebdo, elle s’élève à 7 622 euros. Je n’ai pas trouvé d’informations sur l’origine des fonds, ni donc sur le montant de la contribution de la Ville de Vichy.

Cérémonie. Jusqu’à 2018, le prix était remis dans l'enceinte de la médiathèque Valery-Larbaud de Vichy lors du dernier week-end de mai [5]. Depuis l'édition 2019, la remise du prix a été intégrée à la programmation des « Grandes Rencontres » [6], concoctée chaque année par Philippe Lapousterle [7]. Je doute fort que cette nouvelle mise en scène soit de nature à donner « plus d’éclat » au prix ‒ mais sait-on jamais ?

2020. Le prix sera remis le 7 mars prochain à Jacques Drillon, pour Cadence, « essai autobiographique » paru en novembre 2018 dans la collection Blanche de Gallimard. L’auteur a publié 11 livres chez cet éditeur. C’est la 5e année consécutive que le prix est décerné à un auteur – pour un livre paru chez – Gallimard, et la 25e fois en 54 éditions (d’après mes calculs, qui ne tiennent pas compte des 4 années où le Mercure de France, qui est une filiale de Gallimard, l’a emporté).

Remise du prix Valery-Larbaud 2018 (de g. à dr.) : Marc Kopylov, Jean-Marie Laclavetine, Frédéric Aguilera (maire de Vichy), Maud Simonnot (lauréate du prix cette année-là), Charlotte Benoît (1ère adjointe au maire), Paule Moron, Christian Giudicelli, Isabelle Minard (directrice de la médiathèque Valery-Larbaud), Hédi Kaddour, Olivier Germain-Thomas. © Médiathèque Valery-Larbaud

Le jury du prix compte, me semble-t-il, 12 membres. Je n’ai pas trouvé d’informations sur le mode de nomination/cooptation des juré·es. Il est fréquent que d’anciens lauréat·es deviennent juré·es. Ils·Elles se nomment actuellement : Jean-Marie Laclavetine (président), Paule Constant, Laurence Cossé, Olivier Germain-Thomas, Christian Giudicelli, Hédi Kaddour, Marc Kopylov, Thierry Laget, Isabelle Minard (directrice de la médiathèque), Paule Moron, Laurence Plazenet, Bertrand Visage. [8]

Gallimard. Je fais maintenant suivre les noms des juré·e·s du nombre de livres qu’ils ont publiés (ou préfacés, ou présentés, ou auxquels ils ont contribué) chez Gallimard [9 et 10] : Jean-Marie Laclavetine (54), Thierry Laget (29), Paule Constant (27), Laurence Cossé (22), Hédi Kaddour (19), Christian Giudicelli (16), Olivier Germain-Thomas (6), Laurence Plazenet (4), Bertrand Visage (4), Marc Kopylov (1), Paule Moron (1), Isabelle Minard (0).

  • MM. Laclavetine [11] et Giudicelli sont membres du comité de lecture des éditions Gallimard, où ils sont aussi éditeurs et auteurs.
  • Le(s) nombre(s) d’ouvrages indiqué(s) ci-dessus di(sen)t les liens qui unissent Mmes Constant et Cossé et MM. Kaddour et Laget à cette maison d’édition.
  • Mme Moron a établi l’édition du Journal de Larbaud et M. Kopylov [12] a contribué à celle de la correspondance Larbaud-Paulhan, paru·es l’un·e et l’autre (en 2009 et 2010) chez Gallimard.
  • Dans Le Monde, je lis que MM. Laclavetine et Visage (qui a dirigé la NRF par le passé) sont « amis » depuis « la fac de lettres à Tours ».
  • Dans ses livres [13], M. Giudicelli évoque M. Germain-Thomas comme « [son] camarade de la Sorbonne » et un « inséparable » ami.

Question. Sur le site de la médiathèque, je lis que l’objectif du prix Valery-Larbaud est de « promouvoir la connaissance de l’œuvre » de l’écrivain. Peut-on aujourd’hui considérer que le prix promeut effectivement la connaissance de l’œuvre de Valery Larbaud ?

Dans le programme « Vichy passionnément » porté ces jours-ci par le maire de Vichy, je constate que « patrimoine » et « culture » sont abordés sous l’angle unique de « l’attractivité de la ville ». On peut dès lors imaginer que Larbaud et son œuvre [14] seront vus par M. Aguilera et ses colistier·es comme une « source de développement » et un « outil » à leur disposition « pour faire gagner Vichy ».


Notes :

Christian Giudicelli au micro de RCJ, le 11 juin 2019.

[1] Cf. mon billet « Moi j’ai rien à voir / avec cette histoire » (20.02.2020), dans lequel sont mentionnés plusieurs articles parus dans Le Monde, le New York Times et Mediapart. Lire aussi « Immersion dans la logique pédocriminelle de Gabriel Matzneff », par Antoine Perraud (Mediapart, 21.02.2020). Extrait : « Christian Giudicelli, membre du comité de lecture de Gallimard, dont le bureau, chaque mardi après-midi, permettait jusqu’à l’automne dernier à son ami et complice Gabriel [Matzneff] de faire salon dans la grande maison. Un éditeur du cru osa un jour questionner Giudicellli sur ses virées pédocriminelles en Asie : “Tu ne peux pas comprendre, les enfants, là-bas, ont un autre statut, une autre fonction, d’autres désirs moins inassouvis qu’en Occident”, répondit Giudicelli à son interlocuteur, effaré par un tel tropisme raciste justifiant l’injustifiable. »

[2] Propriété familiale située sur la commune de Cesset-Breuilly, près de Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), à laquelle l’écrivain était très attaché et où il a continué à séjourner après l’attaque qui l’a laissé aphasique en 1935 (jusqu’à son décès en 1957, sa résidence principale fut le rez-de-chaussée du 26 avenue Victoria, à Vichy). Une vue de « Valbois », ainsi qu’une vingtaine de photographies issues du fonds Valery-Larbaud ont été mises en ligne sur le blog des Fonds patrimoniaux de la médiathèque de Vichy.

[3] Marie-Paule Caire-Jabinet, « Une vie pour la littérature », in Allen (« réédition illustrée et commentée »), éd. Bleu autour, 2016, p. 135.

[4] L’Association publie des Cahiers, a priori chaque année (désormais chez « Classiques Garnier »).

[5] Cérémonie évoquée comme suit par l’ancien député de Vichy (1981-1993) Jean-Michel Belorgey (in Scènes de la vie publique française, éd. Duboiris, 2015, p. 249-250) : « Le climat de cette rencontre entre les vestales parisiennes de la création littéraire (Roger Grenier, Marcel Arland, Yves Berger) et les élus locaux se voulant, tant bien que mal, garants de l’héritage d’un des grands hommes du cru, a toujours eu quelque chose d’étrange. » Il semble toutefois que, depuis Claude Malhuret (1989-2017), le maire de la ville ne prononce plus de discours lors de la remise du prix.

[6] Appelées « Le Grand Débat » jusqu’à… Macron. Au fil des années se sont succédé au Palais des Congrès des personnalités telles que Laure Adler, Nicolas Baverez, Raphaël Enthoven, Franz-Olivier Giesbert ou Raphaël Glucksmann.

[7] Depuis l’accession de son ami François Bayrou à la mairie en 2014 (il est même son « confident »), M. Lapousterle propose à la communauté d’agglomération de Pau la même prestation qu’à Vichy : dans le Béarn, la manifestation s’appelle « Les idées mènent le monde ».

[8] Membres décédés : Michel Déon et Roger Grenier (anciens présidents) ; Jean Blot, Georges-Emmanuel Clancier, Monique Kuntz, André Chamson, Roger Caillois, Théophile Alajouanine, Max-Pol Fouchet, Pierre Emmanuel, Marcel Arland, Jacques de Bourbon-Busset, Roger Vrigny, Yves Berger, Bernard Delvaille.

[9] « Recherche avancée » dans le catalogue des éditions Gallimard.

[10] Valery Larbaud eut un temps avec Gallimard un contrat d’exclusivité ; son œuvre fut publiée en Pléiade quelques mois après son décès (fin 1957) ; on peut consulter ici les œuvres de l’écrivain figurant au catalogue de la maison de l’ex-rue Sébastien-Bottin.

[11] Dont je lis avec plaisir les chroniques dans Siné-Mensuel.

[12] Le catalogue des Editions des Cendres qu’il dirige « s’est construit à son commencement autour de la figure de Valery Larbaud ».

[13] Cf. Juvenilia, Bleu autour, 2018, p.9, et La Planète Nemausa, Gallimard, 2016, p.73. MM. Germain-Thomas et Giudicelli sont les co-auteurs d’un livre consacré au peintre Claude Verdier (1932-1997), qui fut le compagnon du second (Nature vive, éd. Privat, 2007). M. Germain-Thomas a reçu en 2007 le prix Renaudot essai (dans le jury duquel figurait déjà M. Giudicelli) pour un livre (Le Bénarès-Kyôto) paru dans la collection « La fantaisie du voyageur » que dirigeait alors... M. Giudicelli.

[14] A noter que la sépulture de l’écrivain et de sa famille, dans le carré 3 du cimetière de Vichy, a été récemment entièrement restaurée : elle avait été longtemps laissée sans soin. Par le passé, il semble aussi que la fameuse « Thébaïde », située à l’emplacement de l’actuel n°18 de la rue Nicolas-Larbaud et qui accueillit jusqu’au début des années 1930 la bibliothèque de l’écrivain, ait été laissée pendant plusieurs décennies à l’abandon, avant d’être finalement démolie dans les années 1970 ou 1980. (Des photos récentes de la sépulture, ainsi que du dernier domicile de l'écrivain, situé à proximité des actuelles rues Nicolas-Larbaud et Valery-Larbaud, sont rassemblées au fil de ce thread.)

Dans le cimetière de Vichy. © SR

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com