Juste une mise au point

Lettre à mes amis abonnés et à quelques autres.

Comme certains d’entre vous l’ont remarqué, mon précédent billet a été effacé. Il portait un regard critique sur le traitement de la crise syrienne par Mediapart et plus globalement par les médias français. Ayant reçu beaucoup de messages m’interrogeant sur les raisons de la disparition soudaine de ce papier, je me sens obligé de préciser certaines choses : 

1/ Mon article a bien été supprimé par Mediapart, sans même que j’en sois averti. J’en ignore donc la raison exacte. Je l’interprète comme un acte de censure au sein d’un espace, censé être de « libre expression ». Ironiquement, lorsque je découvrais au réveil que mon article avait disparu, je recevais dans le même temps la newsletter de Noël de Mediapart dans ma boîte de messagerie : « Offrez l’indépendance ». Sans commentaires.

2/ Quelques heures avant d’être effacé, mon article était relayé sur la page Facebook de Jean-Luc Mélenchon. Faut-il y voir un rapport de cause à effet ? Je l’ignore. Tout comme j’ignore l’état des relations entre l’équipe de Mélenchon et la rédaction de Mediapart (j’imagine simplement qu’elles ne sont pas au beau fixe). Ce n’est pas mon problème. J’écris mes billets de blog en toute indépendance et je ne suis pas le porte-parole de qui que ce soit. Ce que je publie est une modeste contribution au débat citoyen et chacun est libre de s’en emparer comme il le souhaite.

A la colère a succédé la tristesse. J’avais encore une croyance naïve dans la possibilité d’une presse libre, indépendante, critique, ouverte au dialogue et au débat. Cette illusion a disparue. Les Français ont une fâcheuse tendance à donner des leçons à tout le monde mais il faudrait pourtant avoir l’honnêteté de regarder notre pays tel qu’il est : cadenassé par des chiens de garde où il est de plus en plus difficile de débattre des choses fondamentales. Les citoyens français, qui ont durement été frappés par des attaques terroristes l’an passé, ont toute légitimité pour exiger une plus grande transparence de notre politique étrangère et en particulier de nos alliances stratégiques. La question du terrorisme n’est pas uniquement une question sécuritaire. C’est également un enjeu social et géopolitique. Il serait bien utile de s’en rappeler à quelques mois de l’élection présidentielle. J'ai personnellement été marqué par l'attaque du Bataclan car j'y ai perdu des connaissances et des amis proches ont failli y passer. J'y ai même consacré un papier, le plus triste que je n'ai jamais eu à écrire. Le terrorisme - et par conséquent la manière dont nous le combattons - n'est pas un sujet de plaisanterie pour moi.

Je ne vais pas réécrire mon article censuré. Mais je maintiens les points de désaccord avec la rédaction de Mediapart au sujet de la crise syrienne. J’en dénombre trois, essentiels :

1/ Un désaccord sur la situation actuelle en Syrie et notamment sur les forces en présence et leur composition. Je conteste la vision manichéenne d’une guerre qui opposerait l’armée d’un méchant dictateur et de gentils révolutionnaires démocrates. Ce n’est plus du tout la réalité du terrain.

2/ Un désaccord sur la manière de résoudre le conflit. Je m’oppose à l’ingérence occidentale, à des alliances douteuses et encore davantage à une intervention armée qui ne provoquerait qu’une dangereuse escalade du conflit. Je défends une résolution diplomatique de la guerre avec des discussions entre ses différents acteurs. J’estime que cela aurait du être fait depuis 3 ou 4 ans.

3/ Enfin, je propose une lecture géopolitique qui semble absente des analyses médiatiques de ce conflit. Les intérêts géopolitiques, aussi bien des Occidentaux que des Russes et de leurs alliés respectifs, y jouent pourtant un rôle fondamental. C’est bien le rôle de la presse que de les analyser.

Pour résumer, mon article n’était en aucun cas une ode à Poutine (qui défend une vision idéologique qui n’est pas la mienne). Encore moins une ode à Bachar Al-Assad (le dernier paragraphe de mon article était, faut-il le rappeler, sans aucune ambiguïté à ce propos). C’était une ode à la paix, à la raison et à la politique. Et une dénonciation de l’hypocrisie et de la propagande de l’émotion.

Je n’avais jamais envisagé de résilier mon abonnement à Mediapart. J’estime qu’il est normal et même sain d’avoir des sujets de désaccord et de débat avec la rédaction. Je continue de penser que Mediapart est un bon journal en ligne, doté de journalistes de qualité. Mais cette fois-ci, une ligne rouge a été franchie. Je ne peux décemment pas continuer à payer l’abonnement d’un organe de presse qui censure mes billets de blog. Je constate - et je ne pense pas être le seul - que l’approche des élections présidentielles entraine un durcissement de la ligne éditoriale du journal. Ce n’est pas la première fois que je publie un article en rupture avec la pensée dominante. Au printemps 2015, je m'étais fendu d'un billet en défense d’Emmanuel Todd - qui se faisait littéralement carboniser dans les médias avec son livre « Qui est Charlie ? ». J’y développais un point de vue sensiblement différent de celui d’Hubert Huertas de Mediapart. Cela n’avait pas empêché Edwy Plenel de tweeter mon article. The Times They’re A-Changin.

J'ai la conviction profonde que Mediapart, en voulant fermer le débat, se trompe de stratégie. C’est par la confrontation d'idées et le dialogue, aussi dur soit-il, que nous vaincrons l’obscurantisme, le populisme, le complotisme, le racisme et toutes ces saloperies que nous combattons quasiment tous ici. Pour l’heure, je ne souhaite pas alimenter ce débat sans fin. A vrai dire, tout cela me dépasse déjà. Je suis un pacifiste qui aspire à une vie tranquille et paisible. Si Mediapart ne souhaite pas que des points de vue contradictoires à sa ligne soient publiés dans son Club alors tant pis. Il est temps pour moi de quitter le navire et de vous souhaiter à tous bon vent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.