Courrier d'une lectrice en colère

En mars, le chroniqueur (RMC, Front populaire, LCI) Maxime Lledo publiait «Génération fracassée», un essai qui lui valait une couverture médiatique assez surprenante. Ses attaques contre la génération de Mai 68 semblaient séduire journaux, télés et radios. Après avoir répondu sur mon blog à ce «soixante-ignare», une lectrice m'a envoyé un témoignage que je publie avec son accord. Bonne lecture.

Courrier reçu après la publication de mon texte "Lettre ouverte à un jeune "soixante-ignare" 

Bonsoir Sylvain

Je n'ai découvert le livre de Maxime Lledo "Génération fracassée " que la semaine dernière.  Lorsque je l'ai vu à la médiathèque de ma ville je me suis dit : « Toi qui as 69 ans, intéresse-toi et vois comment la jeunesse actuelle vit ces périodes difficiles depuis que la Covid19 est entrée dans nos vies, les bouleversant ». 

Je voulais savoir et comprendre. Quels ne sont pas mes déceptions et dégoûts de lire que tout est de la faute des vieux, ringards, soixante-huitards, grincheux, retraités vivant de retraites trop importantes, coupables de laisser un monde pourri, pollué, aux actuelles générations. 

En 1968 j'avais 14 ans. Enfant de la DASS, actuellement appelée ASE, je me suis battue pour être ce que je suis maintenant : retraitée avec une retraite ne faisant pas de moi ni une riche ni une pauvre. 

La génération de Maxime Lledo sait elle, à l'heure actuelle, ce qu'elle prépare pour ses enfants, petits-enfants ? Probablement davantage que nous qui n'avions pas les moyens de communication de maintenant. Nous, nous ne savions pas, nous n'étions pas suffisamment informés des dégâts occasionnés à la nature, aux hommes, la faune, la flore. 

Tout comme la jeunesse de maintenant qui est informée nous le sommes si nous portons intérêt et voulons que nos enfants, petits-enfants vivent dans un monde vivable. Nous faisons les efforts nécessaires, à notre niveau, pour trier, acheter responsable, respecter le bien-être animal.  

Je n'ai pas le niveau d'études de Maxime Lledo, mais je suis bien consciente de ce qui se passe et ce depuis de nombreuses années. Oui moi la ringarde la vieille, la profiteuse d'une retraite gagnée au bout d'une vie de travail, je me sens maltraitée, mal traitée. Je me sens insultée, je regrette d'avoir pris ce livre, de l'avoir lu, d'avoir pensé qu'à 69 ans il fallait que je sache ce que vivent les jeunes. J'aurais préféré ne pas le lire que d'apprendre par cette homme jeune que tout ce qui arrive est de la faute de ma génération.

J'ai un fils de 45 ans, et je me pose la question si ce n'est pas cette génération qui n'a certes pas à être incriminée sauf à penser quand même qu'elle a été et est toujours passive, sauf à pester elle aussi contre les vieux, à envier nos retraites. Puis il y a eu quelques rébellions des gilets jaunes, je me suis dit enfin !!!! 

Merci d'avoir écrit ce message qui en dit long sur ce que vous pensez de votre confrère d'études qui nous insulte à longueur de pages. Merci d'être là pour me réconforter, voire me consoler et me dire que des jeunes gens comme vous ne pensent pas tous comme lui. 

Je vous assure, cet homme me fait souffrir tout en me donnant une grande envie c'est de le baffer oui parce qu'il manque de culture, de nuances effectivement.  Il faut nous dire qu'on peut jouer aux jeux vidéo et être intelligent, je ne le trouve pas intelligent mais agressif, et il faut qu'il s'en prenne à quelqu'un et c'est lui qui nous baffe. 

Il est bien évident que j'ai conscience que les jeunes adultes, voire certains adolescents, n'ont pas la vie qu'ils devraient avoir si la Covid n'était pas passée par là (et est toujours là). Beaucoup d'entre nous leur sont venus en aide par divers moyens mais pour la santé psychique c'est plus difficile d'aider que matériellement. 

Je vais me permettre de vous dire que je souffre de ce que j'entends à nos propos, pas que par lui : nous avons fait notre temps, nous pouvons mourir, c'est normal. Ont-elles conscience ces générations qu'elles parlent de leurs parents ou grands-parents ? On a tenté de protéger les vieux en premier car vulnérables, n'est-ce pas normal ? On les a laissés aussi mourir seuls, sans voir leur famille, sans une main qui caresse, qui ferme des yeux. 

J'ai 69 ans. Il me reste normalement quelques années de vie je n'ai pas envie de mourir maintenant ni du Covid ni d'une autre maladie, pourquoi devrais-je partir ? Pour soulager les plus jeunes qui nous font tant de reproches ? alors que pour certains ils ont encore besoin de nous. 

Merci de votre message, je ne l'avais pas vu car je n'avais pas lu le livre, si j'avais su !!!

Pardon pour les hors-sujets, peut être aussi un texte décousu, mais je suis malheureuse et ai peur d'un nouvel abandon après celui que j'ai vécu quand j'étais toute petite.  Et le contenu de ce livre me fait peur et je crains que d'autres comme lui pensent comme lui, il y en a. J'en connais. Ils nous abandonneront parce qu'ils nous en veulent. 

Bien cordialement 

Christine 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.