Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2019

«Un toit, une école, des papiers»

Depuis le 15 mai dernier, une mobilisation exemplaire se construit à Orléans autour de l’action et des revendications des jeunes étranger·es isolé·es dont 150 sont menacé·es d’expulsion de leurs hébergements au 31 août. De rassemblements en manifestations, la détermination des jeunes et de leurs soutiens reste intacte : un toit, une école, des papiers.

Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils et elles se retrouvent presque chaque lundi pour décider des prochaines initiatives. Et ce depuis plus de trois mois maintenant.

Tournoi de foot solidaire, concert de soutien, pièce de théâtre, rassemblements devant le Conseil départemental – garant normalement de leurs hébergements, manifestations jusqu’à la Préfecture pour exiger des titres de séjours qui leur permettent pleinement de vivre, étudier et travailler ici… Les rendez-vous se multiplient pour que les droits des jeunes étranger·es isolé·es du Loiret soient garantis, arrachés de haute lutte puisqu’il le faut.

Et ce sont bien elles et eux qui décident toujours et des revendications et des formes d’action !

C’est aussi le fruit d’un travail de longue haleine bâtit patiemment depuis des années par les militant·es de l’Asti, de la Cimade, de RESF, des syndicalistes de SUD, de la CGT, de la FSU… qui se retrouvent toutes et tous au sein du COJIE, le Collectif de soutien aux jeunes isolé·es étranger·es.

Chaque manifestation rassemble entre 150 et 200 manifestant·es. Le 21 août dernier, c’était la cinquième depuis le 15 mai.

Avec des codes et des symboles désormais bien installés : les tentes toujours de sortie depuis juin, pour rappeler que nous camperons contre les expulsions, les djembés, les sonnettes de vélo…

Avec les slogans, scandés à tue-tête : « un toit, une école, des papiers, c’est un droit », « Préfecture, on arrive ! Préfecture, on est là ! ».

Avec surtout toujours autant de détermination et de colère intacte. Quand les autorités administratives ne voient que des dossiers à traiter, des corps à caser à un moment, à expulser plus tard, ces jeunes parlent et se battent pour leurs vies.

Les réponses du département et de la Préfecture sont aujourd’hui dilatoires.

Ce 26 août, un nouveau Préfet entrera en fonction, un rassemblement est appelé par le COJIE pour « l’accueillir ».

Nous serons à quelques jours de la date du 31 août, pour laquelle le Conseil départemental a annoncé à 150 jeunes isolé·es, au prétexte de leur majorité tout juste acquise, qu’il ne prendrait plus en charge leur hébergement.

C’était une gageure de franchir l’été pour cette lutte. C’est pourtant ce qui a été réussi. Les soutiens, les jeunes étaient bel et bien au rendez-vous. La Préfecture et le Conseil départemental doivent maintenant répondre aux revendications.

Parce que la mobilisation ne s’arrêtera pas, elle s’invitera dans les établissements scolaires, continuera de battre le pavé, et inventera toutes les formes nécessaires pour assurer et obtenir un toit, une école, des papiers pour toutes et tous.


Manifestation des jeunes étranger·es isolé·es le 21 août, à Orléans © T. R.

Quelques articles :

- « Le Loiret veut se débarrasser des jeunes étrangers isolés » dans L’Humanité du 8 août.

- « À Orléans, 140 jeunes migrants remis à la rue » dans La Croix du 19 août.

- « On dirait un piège : à Orléans, le dilemme des jeunes migrants majeurs entre l'école et le travail » sur Europe 1.

- « Je reviens à la case départ : À Orléans, 140 jeunes de 18 ans risquent de se retrouver à la rue » sur Infomigrants.net.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal
Un archipel anti-guerre russe s’invite à Bures-sur-Yvette
À l’Institut des hautes études scientifiques (IHES) de Bures-sur-Yvette, des mathématiciens ont organisé un symposium en solidarité avec Azat Miftakhov, prisonnier de Poutine. Ce fut l’occasion d’entendre s’élever des voix démocrates russes.
par Antoine Perraud
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
Lâché par ses ministres pour un mensonge de trop, Boris Johnson sur le départ
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique est confronté à une vague de démissions dans son gouvernement et parmi les parlementaires conservateurs. Malgré les appels à partir, Boris Johnson affirme vouloir « continuer ».
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter