Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 nov. 2019

Dreyfus, Polanski et Picquart

On reproche, non sans quelque apparence de raison, à Polanski ou tout au moins aux responsables de la promotion du film d'avoir suggéré un parallèle entre Dreyfus et Polanski. Pourtant la figure centrale du film est bien plutôt celle du colonel Picquart que celle de Dreyfus. Or le rapprochement entre Picquart et Polanski pourrait se révéler bien plus intéressant.

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le colonel Picquart est peut-être le protagoniste le plus méconnu de l'affaire Dreyfus et, ne serait-ce que de ce point de vue, le choix qu'a fait Polanski de centrer son film sur lui mérite d'être salué. Or le personnage de Picquart est plus complexe et plus ambigu que l'image pieuse qu'en ont proposée les Dreyfusards.

Selon Philippe Oriol (auteur de la somme la plus complète sur l'affaire Dreyfus), Picquart est beaucoup plus intéressé par sa carrière et par l'honneur de l'armée que par l'innocence du capitaine Dreyfus, ce qui n'est pas forcément déshonorant : après tout, c'est bien cela qui a donné tant de force au témoignage du colonel Picquart. Plus surprenant sans doute, Picquart se révèle dans sa correspondance tout à fait de son époque : c'est-à-dire que, lorsqu'on est officier né en Alsace d'une vieille famille catholique, on est antisémite, assez naturellement pourrait-on dire. (Tout cela est très clairement exposé dans cette pastille de France Culture.)

Mon propos n'est pas de revenir sur les éventuels mérites ou les possibles turpitudes de Picquart. Ce qui m'intéresse, c'est que Polanski ait choisi ce personnage-là, et pas Zola (après tout, le titre du film se réfère directement à lui), Clemenceau, Reinach ou n'importe quel autre dreyfusard moins problématique.

Dans la mémoire collective de l'affaire Dreyfus (pour autant qu'elle existe), Picquart est l'officier intègre par qui la justice triomphera et l'innocence de Dreyfus sera reconnue. Quoiqu'il soit accessible facilement, cet antisémitisme de Picquart demeure un secret bien caché, un peu comme le secret de famille des Dreyfusards. Je me rappelle que, lorsque j'avais lu la somme d'Oriol à sa parution en 2014, la révélation de l'antisémitisme de Picquart m'avait tout de même bien secoué et que j'avais été pas qu'un peu surpris par le silence complet sur cet aspect de sa personnalité.

Encore aujourd'hui, dans le flot d'émissions de radio ou d'articles que j'écoute ou lis sur le film de Polanski, rien n'est dit là-dessus. On sait pourtant l'humeur française assez chatouilleuse sur le chapitre, non sans raisons du reste. N'ayant pas (encore) vu le film de Polanski, j'ignore s'il en fait mention ou non, et j'ignore plus encore si Polanski connaît cet antisémitisme de Picquart ou pas.

Mais tout de même...

L'affaire californienne qui lui vaut d'être durablement poursuivi par la justice étasunienne est connue depuis longtemps, ses détails peut-être moins, et passablement ignorée la parole de Geimer demandant qu'on cesse d'y revenir (y compris, ironiquement, par celles et ceux qui revendiquent très légitimement qu'on écoute la parole des femmes).

Reste cinq autres accusations, en comptant la dernière qui vient d'être portée par Monnier. Sans s'ériger en juge ou en procureur, il faut bien admettre qu'il y a là quelque chose de troublant.

Et c'est là que le choix de Picquart par Polanski me trouble lui aussi : le choix d'un personnage secondaire quoique essentiel mais dont on laisse  (par ignorance ou par choix, la question reste ouverte) dans l'ombre un trait singulier franchement pas à son avantage, tout particulièrement quand on sait (et comment l'ignorer) ce que Polanski "doit" à l'antisémitisme.

Quand Zola publie son J'accuse, on sait très bien qui est accusé : c'est écrit dans le texte. Mais quand Polanski filme son J'accuse, qui au juste est accusé ? Polanski n'est pas Dreyfus, c'est entendu ; mais ne serait-il pas un peu Picquart, avec son "misérable petit tas de secrets" ?

Je n'ai que cette question, je n'ai pas de réponse. À chacun sa vérité sans doute.

Ajout : J'apprends la publication d'un livre de Philippe Oriol, Le faux ami du capitaine Dreyfus - Picquart, l'Affaire et ses mythes, chez Grasset. Je ne l'ai pas encore lu.

=====

(Pour celles et ceux que ça intéresse, Gilles Manceron avait publié en 2015 un billet de blog intitulé Actualité du dreyfusisme dans lequel on lira un passage sur le livre de Philippe Oriol.)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes