Et ils sont où les apôtres de la laïcité ?

Grande fiesta populaire aux Invalides en l'honneur de Chirac et hommage de la République lundi à Saint-Sulpice. Hein ? À Saint-Sulpice ??? L'hommage de la République ??? Il paraît que le pince-fesses internationalo-élyséen se déroulera à la mosquée Saint-Sulpice parce que la synagogue Notre-Dame n'était pas libre pour cause d'incendie, ce qui au fond ne change rien à l'affaire.

Qu'on m'entende bien : mon propos n'est pas de discuter des mérites Chirac ou de l'opportunité de rendre hommage à un repris de justice (et de justesse), et de lui rendre un hommage national et républicain. Après tout, voilà un bel exemple de réhabilitation des condamnés et si on pouvait s'en inspirer pour les autres (notamment les vivants) je me dirais sans doute que la mort de Chirac n'aura pas été tout à fait inutile.

Ce qui me chiffonne, c'est cette manie "républicaine" de vouloir à toute force rendre hommage à ses présidents cassés dans des lieux de culte (quel que soit le culte, même si n'importe qui peut observer une préférence marquée pour le catholicisme). Qu'on se rappelle Mitterrand à Notre-Dame ou Giscard d'Estaing... oups, non, pas Giscard. Tout de même, ça n'est pas comme si la République était à l'étroit dans son parc immobilier, et ce n'est pas non plus comme si ce parc immobilier républicain manquait d'adresses qui se la pètent un bon peu pour éclabousser de leur prestige le cadavre honoré tout en en mettant plein les mirettes des têtes couronnées qui viendront prendre un air de circonstance.

Bon, j'en était là de mes récriminations in petto quand je me suis avisé d'une curiosité. Je suis allé regarder la première page du site de Marianne (la première page seulement, je ne suis pas abonné). J'ai musardé sur celles de Charlie-Hebdo ou de Causeur (pareil, je ne suis pas abonné). J'ai cherché une réaction de Valls. J'ai effleuré le blog de Caroline Fourest ou celui de Philippe Val (je déconne : Philippe Val n'a pas de blog).

En désespoir de cause, je me suis rendu sur le blog de Printemps républicain, qui s'est révélé en état de mort cérébrale depuis mars 2018 (j'avoue que ça ne m'a pas plus attristé que cela). Riposte laïque alors ? Non, toujours rien.

Pas un seul de ces défenseurs intransigeants, rigoureux, sourcilleux même, de la laïcité ne semble avoir éprouvé la moindre gêne devant le fait que la République rende hommage à un de ses anciens présidents dans un lieu de culte.

Bande de tartufes...

 

Rajout, le 29/09 : je viens de découvrir l'excellent billet de Luc Bentz, dont je déplore qu'il n'ait pas eu les honneurs de la Une.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.