"Îlot de Tison : Transformation et mémoire d'une friche industrielle" (2)

Un point sur la géographie et la topographie de Poitiers pour mieux situer l'Îlot de Tison. J'en profite aussi pour lancer un appel à témoins/archives.

Dans mon premier article j'écrivais que j'ai un attrait pour les lieux "en dehors de la ville" pour être plus précis il s'agirait plutôt de lieux ambigus : à la fois dans et en dehors de l'espace urbain. L'Îlot de Tison rempli ces caractéristiques puisque cette friche industrielle est/était en plein cœur de la ville en bordure du Clain, l'une des deux rivières traversant Poitiers. Tout au plus, à pied, nous sommes à 15 minutes de marche de l'hyper centre-ville.

Localisation de l'Îlot de Tison Localisation de l'Îlot de Tison
  Cependant ce plan ne rend pas compte de la topographie de la ville. Le centre-ville s'étend sur un plateau qui surplombe la vallée du Clain en contrebas. Mais en c'est plus certainement son accès difficile, une seule rue permet de descendre jusqu'à l'îlot, qui a fait qu'au fur et à mesure du temps le lieu est devenu une friche après la fin de l'activité de scierie de l'entreprise "Les Petits Fils de P.W Mörch" en 1985.

Un temps il y a eu une activité commerciale : "Le Moulin des Affaire", une sorte de Foirefouille. Il y a toujours aujourd'hui une activité de club/discothèque. D'ailleurs je profite de ce blog pour lancer un appel à témoin/archives.

Façade du Moulin des Affaires pendant sa démolition (juin 2016) © Thomas Regdosz Façade du Moulin des Affaires pendant sa démolition (juin 2016) © Thomas Regdosz
Je recherche :
- d'anciens employés de l'entreprise "Mörch" à Poitiers (j'en ai retrouvé un seul pour l'instant)
- des héritiers de la famille Mörch
- d'anciens employés et des informations concernant "le Moulin des Affaires"

Si vous avez des éléments à me transmettre concernant un ou plusieurs des points ci-dessus pouvez me contacter via les commentaires du blog ou par mail.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.