Manifester à Lyon contre l’extrême droite? Interdit!

Ce samedi, nous devions manifester à Lyon en soutien à la Plume noire, libraire de l'Union communiste libertaire (UCL) à Lyon, attaquée par un commando fasciste le 20 mars. L'appel avait rallié un très large soutien. Mais la Préfecture du Rhône a fait le choix d'interdire la manifestation assurant l'impunité de la violence d'extrême droite et portant atteinte aux libertés démocratiques.

Suite à l’attaque du 20 mars par l’extrême droite contre la librairie de la Plume noire à Lyon, une manifestation , large et démocratique, était appelée ce samedi 3 avril par un grand nombre d’organisations progressistes. Nous avons appris son interdiction par la préfecture le mercredi 1er avril.

La veille, mercredi 31 mars, l’UCL Lyon, en réunion avec la Préfecture, avait accepté à la demande de cette dernière de modifier le parcours de la manifestation.

L’État laisse donc un commando d’une cinquantaine de fascistes se rassembler dans le but d’attaquer des militant·es, les laisse ensuite repartir ensemble et traverser la ville mais empêche les rassemblements unitaires légalement déposés en préfecture. L’atteinte au droit de manifester est caractérisée.

Mais plus encore, par cette interdiction, le message de l’État est clair : il protège les fascistes et légitime leur violence ! Si nous nous réjouissons de la dissolution de Génération identitaire, nous ne sommes pas dupes de l’hypocrisie de ce gouvernement qui par ses actes et sa politique ne fait que renforcer le camp de la réaction.

Notre seule réponse, ne peut-être qu’unitaire, face à une extrême droite toujours plus présente dans les médias, dans les urnes et dans la rue. Face au fascisme, organisons nos solidarités !

Union communiste libertaire, le 2 avril 2020

manif-lyon-interdite


Communiqué de l’UCL Lyon :

Décision de L’Union Communiste Libertaire par rapport à la manifestation du samedi 3 avril

Dans un premier temps, nous souhaitons remercier toutes les personnes/associations/collectifs/syndicats/organisations politiques qui nous soutiennent depuis l’attaque du 20 mars et qui continuent à le faire depuis l’interdiction de la manifestation par la Préfecture.

Nous avons tenté, malgré le délai très court laissé par la Préfecture, de déposer un référé-liberté pour contrer leur décision et leurs 2 arrêtés pris le jeudi 1er avril.

Ce sera chose faite en fin de journée mais nous n’aurons très certainement pas la réponse avant demain après-midi et le départ de la manifestation; la Préfecture ayant évidement tout mis en place pour ne laisser aucune place à la contestation en temps et en heures.

Elle suit ainsi la politique actuelle de l'État qui fait feu de tout bois pour faire taire les militant·e·s antifascistes et antiracistes.

Nous avons longuement réfléchi aux possibilités restantes :

  • Maintenir un évènement de rue local mais sans tous nos soutiens hors Lyon et sans toutes les personnes ne souhaitant ou ne pouvant pas participer à un évènement interdit.
  • Reporter à une prochaine fois une mobilisation d’ampleur nationale en s’armant juridiquement pour riposter plus rapidement en cas de problème.

Notre antifascisme est un antifascisme large et populaire, porté au quotidien par tou.tes ceux et celles qui tous les jours par leur action ou leur militantisme font reculer la haine fasciste. Malgré la colère qui nous anime depuis l'attaque et ne cesse de se renforcer depuis les manipulations de la Préfecture, nous ne souhaitons pas réduire cette manifestation au seul milieu militant.

Cette manifestation, reprendre la rue, c'est l'affaire de toutes et tous.

Nous respectons la diversité des tactiques et moyens d'action face à l'extrême droite : à nos yeux, tous contribuent à la faire reculer. Néanmoins, face à la répression policière massive qui se prépare suite à l'interdiction du Préfet, nous ne serions pas en mesure d'assurer la sécurité des manifestant.es qui répondraient à l'appel de la manifestation non déclarée.

C'est pourquoi nous n'appelons pas au maintien de la manifestation samedi 3 avril à la Manufacture des Tabacs.

Nous savons que ce choix est critiquable et ne répondra pas aux attentes de toutes et tous. Néanmoins, au vue la montée en puissance de la violence des fascistes, comme de celle de la police d'ailleurs, nous faisons le douloureux choix du report.

Nous vous donnerons rendez vous très vite pour que cette manifestation se tienne.

Nous communiquerons également plus longuement en 2 temps sur les évènements de ces 15 derniers jours :

  • avec le collectif fermons les locaux fascistes lors d’une conférence de presse samedi 3 avril à 14h devant l'Opéra (Hôtel de Ville);
  • en tant qu’UCL Lyon sur les réseaux sociaux dans les jours qui viennent;
  • sur les suites judiciaires du référé déposé contre l'interdiction du préfet

Sachez que ces deux dernière semaines ont été épuisantes mais que nous continuerons inlassablement à lutter contre l’extrême-droite et tous les systèmes de domination/oppression.

Union Communiste Libertaire Lyon

À très vite dans les luttes. À très vite dans la rue.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.