49.3 LARME FATALE

29 février 2020 : 49.3 - Gros titre à la une de tous les journaux. La vision du déshonneur depuis l’œil du cyclone, un pas en avant, deux pas en arrière. La Macronie, paralysé par l’action, se tire une balle dans le pied, achevant son quinquennat à la va vite.

2020-02-29-23-24-47-49-3-jpg-image-webp-960-399-pixels

L’orage n’éclate pas dans un ciel serein, sommé de ne pas perdre la face, le gouvernement courroucé dégaine l’arme nucléaire, véritable doigt d’honneur à la cause de tout son peuple opposé à une telle casse sociale. La vitrine ne fait plus rêver, les murs se lézardent de toutes parts et le bateau prend l’eau, c’est la fin qui se précipite en lambeaux. Dernier et ultime recours d’une politique aux abois, le drapeau en berne sur les cendres de l’idéal républicain.

Après un douloureux et chaotique chemin de croix parsemé d’insolubles contradictions et d’apories schizophréniques, au prix d’interminables mises en garde aboyées à la Une, dans le plus grand dénuement d’une assemblée quelque peu clairsemée, profitant à outrance de l’aveuglement médiatique, obnubilé tout azimut par un virus à la Corona, conduisant l’humanité à une mise en bière carabinée, le grand tonton flingueur à la barbe dégarnie dégaine l’arme fatale, calibre 49.3 …. Laisse aller c’est une VALLS !! Manu quand tu nous tiens…..

On aurait très bien pu croire à une rocambolesque bévue de l’éphémère journal satirique belge ne paraissant que les seuls 29 février. Que nenni, l’offense est bien plus grave qu’une entourloupe ficelée de gros fil. "La Bougie du Sapeur" en eut fait ses choux gras, certainement un prochain article à paraitre dans le numéro de la future année  bissextile à venir !

Juppéiste confirmé  jusqu’au bout de ses intimes convictions revendiquées, le grand échalas étriqué dans son costume de circonstance, droit dans ses bottes, harangue l’hémicycle national, rejetant la sournoise responsabilité sur une opposition accusée d’entrave aux débats parlementaire, clouant au pilori l'Insoumis qui, haut et fort, clame cette dénonciation antisociale, aussi cinglante que honteusement faussée, biaisée de force. Une onde de choc, véritable secousse sismique faisant trembler les fondements de la République. Marianne, un genou à terre, a perdu de sa superbe, l’écharpe tricolore souillée de cette pestilentielle odeur de poudre !

Cette image de chaos improvisé n’est que le reflet d’un profond et terrible désaveu de ce gouvernement de jeunes premiers, embourbé dans ses miasmes d’autocratie dictatoriale contraint de passer en force pour imposer sa vison d’apocalypse, au grand dam de l’important mouvement de contestation, des sondages en chute libre, de la défection de ses économistes conseillers de la toute première heure et du profond désaveu du Conseil d'Etat.

La démocratie en débâcle et le peuple tout entier bafoué, renvoyé à ses pénates, condamné au silence forcé et à l’obéissance aveugle. Mais la partie n’est pas encore jouée, ce peuple si fier, si résistant, si irréductible a encore un atout dans la main,un JOKER de dernier recours, une carte maitresse à jouer : un minuscule bout de papier nommé bulletin de vote. Le pouvoir des urnes est une arme terrible, à double tranchant.

La Macronie et sa cour des miracles aura fini par casser tous les plus beaux jouets que Marianne lui avait si aimablement confiée, gosses de riches. Cinq années de gâchées... La V° est en lambeaux,décomposée, en déconfiture. La démocratie n’est plus qu'un leurre, en même temps et En Marche, arrière toute !!!! Qui abus boira, jusqu'à la lie du mauvais vin.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.