Sur les traces de Rosa Luxemburg, Violette rêve de Silésie ...

Le voyage sur les traces de Rosa Luxemburg, Violette rêve de Silésie, ce sont des enfants qu'elle voit. Pourquoi font-ils irrésistiblement penser aux enfants d'Irlande du Nord. Pauvreté dans leurs yeux, dans leurs gestes, dans leurs mises? Les travailleurs, des paysages ouvriers, les maisons atteintes. La voix de Violette qui s'élève, le chant mis en musique par Morton. Inoubliable. Inoublié.

Les enfants de Silésie - Sur les traces de Rosa Luxemburg © Valérie Gaudissart
Dans son voyage sur les traces de Rosa Luxemburg, Violette est en Silésie. La dernière région où vécut Rosa Luxemburg - à Breslau, la prison de Breslau - avant son retour à Berlin, la révolution et son assassinat. Violette rêve de la Silésie, et ce sont des enfants qu'elle voit - Pourquoi font-ils irrésistiblement penser aux enfants d'Irlande du Nord, à Ken Loach. La pauvreté dans leurs yeux, dans leurs gestes, dans leurs mises. Des travailleurs, des paysages ouvriers, les maisons atteintes. Et la voix de Violette qui s'élève, le chant mis en musique par Morton Patsh. Inoubliable. Inoublié. Les mots, les regards, la voix, les paysages gravés depuis le 1er jour. Le film de Valérie Gaudissart "Ich bin eine Terroristin" peut être vu dans son entier sur sa chaine Vimeo ainsi que ses autres travaux. https://vimeo.com/121620116


Une association d’idées en cherchant la Silésie sur le net :

Je relis le poème Die schlesischen Weber (Les tisserands silésiens) de Heinrich Heine paru pour la première fois le 10 juillet 1844 sous le titre Die armen Weber (Les pauvres tisserands) dans le journal Vorwärts!, édité notamment par Karl Marx. https://www.cyberpoetique.org/pauvres-tisserands/

Les Tisserants silésiens - Vorwärts de 1844 Les Tisserants silésiens - Vorwärts de 1844

Dans l’œil sombre ne tombe aucun sanglot,
Face à leur métier, ils montrent les crocs :
Allemagne, nous tissons ton sindon,
Y tissons la triple malédiction —
Nous tissons, nous tissons !

Malédiction sur le dieu que louèrent
Nos prières dans la faim et l’hiver ;
En vain, nous avons attendu et cru,
Il nous a moqués, dupés et perdus —
Nous tissons, nous tissons !

Malédiction sur le roi, roi des riches,
Dur qui avec notre misère triche,
Qui nous ravit jusqu’à nos derniers biens,
Et nous fait abattre comme des chiens —
Nous tissons, nous tissons !

Malédiction sur la fausse patrie,
Où seules croissent honte et infamie,
Où chaque fleur si vite touche terre,
Où l’ordure et l’infect gorgent le ver —
Nous tissons, nous tissons !

Le métier craque, la navette vole,
Et jour et nuit, nous tissons sans paroles —
Vieille Allemagne, nous tissons ton sindon,
Y tissons la triple malédiction —
Nous tissons, nous tissons !

Et je pense, autre association d'idées que c’est l’époque en France des Canuts :

Pour chanter Veni Creator, il faut une chasuble d'or

Pour chanter Veni Creator il faut une chasuble d'or

Nous en tissons pour vous, grands de l'église

Et nous, pauvres canuts, n'avons pas de chemise…

https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=le+chant+des+canuts

Le drapeau des Canuts Le drapeau des Canuts

Et une autre encore, Rosa Luxemburg, le 1er mai 1909. "La lutte des classes ... Elle s’inscrivait en lettres noires sur la bannière des canuts de Lyon, les révoltés de la faim qui, en 1834, jetèrent le cri : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ! »

"La lutte de classes, génératrice de ces crises qui déchirent la société bourgeoise et qui, fatalement, causera sa perte, fait comme une trainée rouge à travers toute l’histoire d’un siècle. Elle se dessinait confusément dans la grande tourmente de la Révolution française. Elle s’inscrivait en lettres noires sur la bannière des canuts de Lyon, les révoltés de la faim qui, en 1834, jetèrent le cri : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ! Elle alimentait le feu rouge des torches allumées par les chartistes anglais de 1830 et de 1840. Elle se levait comme une colonne de flammes du terrible massacre de juin 1848 à Paris. Elle jetait son éclat de pourpre dans la capitale de la France, sur le mouvement de 1871, lorsque la canaille bourgeoise victorieuse se vengeait sur les héros de la Commune par le feu meurtrier des mitrailleuses ... ." 

https://blogs.mediapart.fr/villaeys-poirre/blog/160321/rosa-luxemburg-et-la-commune-un-eclat-de-pourpre


En postant aujourd'hui cette vidéo rêvée, je n'en oublie pas, loin de là, le combat d'aujourd'hui en Palestine. Mes pensées sont à Gaza, en Cisjordanie, à Jerusalem.

Si tu n'es pas pluie, mon amour,
Sois arbre
Fécond... Sois arbre.
Et si tu n'es pas arbre, mon amour,
Sois pierre
Humide... Sois pierre.
Et si tu n'es pas pierre, mon amour,
Sois lune
Dans le songe de l'aimée... Sois lune.
Ainsi parla une femme
A son fils qu'on enterrait. 

Mahmoud Darwish

le mort n° 18

L'oliveraie était verte autrefois.
Etait... Et le ciel,
Une forêt bleue...Etait, mon amour.
Qu'est ce qui l'a ainsi changée ce soir ?

Ils ont stoppé le camion des ouvriers à un tournant.

Mahmoud Darwish

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.