Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 21 mai 2010

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Blogueurs, vos papiers

Le 3 mai, Jean-Louis Masson, sénateur non inscrit de Moselle (UMP jusqu'en 2004), a déposé une proposition de loi tendant à interdire l'anonymat des blogueurs.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Le 3 mai, Jean-Louis Masson, sénateur non inscrit de Moselle (UMP jusqu'en 2004), a déposé une proposition de loi tendant à interdire l'anonymat des blogueurs.

Il s'agit d'un article unique modifiant la loi sur la confiance dans l'économie numérique de 2004 imposant à toute personne s'exprimant sur Internet les obligations des éditeurs professionnels, à savoir la communication aux lecteurs des nom, prénoms, adresse et numéro de téléphone de l'auteur du blog, alors que le blogueur n'est tenu aujourd'hui que de faire connaître le contact de son hébergeur qui, lui, est censé pouvoir l'identifier et le contacter. Désormais, le blogueur serait assimilé au directeur de la publication d'un journal et responsable au civil comme au pénal de ce qui est publié sur son blog, qu'il en soit ou non l'auteur (en particulier pour les commentaires).

«Il convient de mieux protéger les éventuelles victimes de propos inexacts, mensongers ou diffamations qui sont, hélas, de plus en plus souvent colportés sur la toile, explique l'auteur du texte. Chacun s'accorde à considérer qu'un particulier qui édite un blog est à la fois éditeur et directeur de la publication. Cependant, la distinction entre le non professionnel et le professionnel est malaisée car une personne peut être considérée comme professionnelle ou pas selon la nature du sujet sur lequel elle s'exprime. En outre, compte tenu de la multiplication des sites et des propos litigieux qu'ils peuvent contenir, il apparaît de plus en plus nécessaire de faciliter l'exercice concret du droit de réponse des personnes nommément mises en cause par des auteurs anonymes.»

Ce n'est, certes, qu'une proposition de loi, non soutenue par la gouvernement ni par un groupe parlementaire. Mais elle se réclame de la mise en œuvre des recommandations du rapport Giazzi et, plus important, la commission de la culture a désigné une rapporteure, Marie-Thérèse Bruguière, indiquant ainsi sa volonté de prendre l'affaire au sérieux.

Il faut rapprocher cette tentative du décret italien visant à soumettre ceux qui postent des vidéos sur le Net au régime d'autorisation d'émettre des télévisions. Ou de cet amendement du député UMP Frédéric Lefebvre visant à faire labelliser les sites Web par le CSA: «Faudra-t-il attendre qu’il y ait des dégâts irréparables pour que le monde se décide à réguler Internet?L’absence de régulation financière a provoqué des faillites. L’absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes! Combien faudra-t-il de jeunes filles violées pour que les autorités réagissent? Combien faudra-t-il de morts suite à l’absorption de faux médicaments? Combien faudra-t-il d’adolescents manipulés? Combien faudra-t-il de bombes artisanales explosant aux quatre coins du monde? Combien faudra-t-il de créateurs ruinés par le pillage de leurs œuvres? Il est temps, mes chers collègues, que se réunisse un G20 du Net qui décide de réguler ce mode de communication moderne envahi par toutes les mafias du monde», expliquait-il alors.

On peut aussi y voir une suite au décret d'application de la loi Hadopi qui prévoyait dans une première version d'imposer à l'éditeur de sites web d'information d'«éviter la mise en ligne de contenus illicites» (donc de trier a priori les billets de blogs et les commentaires publiables ou non) puis avait été complété par la mention «ou de les retirer promptement» (c'est-à-dire de les «dépublier» dans la journée suivant la réception du courrier d'avertissement circonstancié).

En rendant le blogueur entièrement comptable devant la loi de ce qu'il publie ou laisse publier, en lui imposant de fournir largement son identité complète et ses coordonnées, en envisageant qu'un blogueur amateur ne dispose probablement pas de conseils juridiques lui permetant d'apprécier la réalité du caractère condamnable des propos tenus, un tel texte modifierait considérablement la nature de la participation des internautes. Et c'est bien l'objectif: en finir avec l'Internet où, disait Frédéric Lefebvre, «les psychopathes, les violeurs, les racistes et les voleurs ont fait leur nid.»

[Mise à jour] Un des blogueurs de Mediapart, Rimbus, a reçu une mise en demeure de l'avocat d'Alexandre Djourhi pour la mise en ligne d'un billet concernant l'affaire Karachi. L'article, mis en réserve sur Mediapart, est toujours lisible, en version amendée sur l'autre blog de Rimbus. Il propose également de le republier sur Mediapart en matérialisant avec des tirets (---) les passages caviardés à la demande de l'avocat.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin