Wolf Wagner
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2019

Acte 25 : La police écartée. Gendarmerie et GJ marchent côte à côte avec respect

Le 4 mai, pour l'acte 25 des Gilets Jaunes, aucun incident n'a été recensé. Pas un coup échangé du côté des manifestants, comme de celui des forces de l'ordre. Pas de projectile, ni de tir de gaz lacrymogène. Les Gilets jaunes ne seraient-ils subitement plus une "foule haineuse"? Ou le choix de la seule gendarmerie au détriment de la police pour encadrer les manifestants en serait-il à l'origine ?

Wolf Wagner
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© avenir-gendarmerie.org


Si Christophe Castaner a fait son mea culpa concernant son mensonge sur la vraie fausse attaque de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière par des manifestants... en réalité effrayés par sa police, il n'a pas pour autant complètement décidé d'arrêter de mentir. Ce samedi 4 mai, c'est 1460 manifestants qui ont été dénombrés à Paris par son Ministère de l'intérieur qui n'en fini donc plus de tenter de décrédibiliser ce mouvement.
Fly Rider, alias Maxime Nicolle, a réalisé un court live sur facebook où l'on distingue plusieurs milliers de personnes. Ces seules images suffisent à contredire le chiffre officiel, quel que soit celui sur lequel on s'accordera au final.
Moi-même, ayant participé à cette manifestation, j'estime qu'il y avait, selon les moments, au minimum entre 3000 et 5000 personnes sur le cortège principal (auxquelles il faut ajouter les centaines supplémentaires issues des autres points de rassemblement parisiens). C'est moins que les semaines précédentes, mais compte tenu de la manifestation du 1er mai éprouvante, trois jours plus tôt, cela reste une bonne mobilisation après 25 semaines et 3 manifestations en 8 jours.

POLICE DISCRÈTE. ABSENCE DE VIOLENCE

Fait assez rare pour le noter : aucune violence, sous quelle que forme que ce soit, n'a été enregistrée ce samedi. Alors même que le ministre de l'intérieur assurait qu'il ne restait plus qu'une minorité radicalisée d'ultras jaunes encore mobilisée, ce constat est étonnant.
Comment cette minorité radicalisée et violente a-t-elle fait pour marcher plusieurs heures sans provoquer le moindre heurt ?
Il y a là quelque chose de contradictoire qui saute aux yeux vis à vis des actes passés. Qu'est-ce qui pourrait être à l'origine d'un tel regain de calme ?
Une maîtrise parfaite de l'ordre du ministère de l'intérieur ?
L'idée pourrait paraître séduisante, mais il a été démontré que, qu'importe la méthodologie employée, il y a toujours eu a minima des moments de tension lors des précédents actes, même les moins fournis en terme de manifestants.
Et pourtant, rien a changé dans la façon d'encadrer la manifestation aujourd'hui. On a repris la formule déjà usée à plusieurs reprises, à savoir un cordon de force de l'ordre en tête, en queue, et sur les côtés du cortège.
Dès lors, c'est bien que l'absence de violence vient d'un fait nouveau. Quelque chose de différent qui a permis de trouver un climat serein, calme et bon enfant.

La gendarmerie aujourd'hui assurait seule le contour du cortège des gilets jaunes. La police ne se trouvait qu'à chaque intersection de rues où les gilets jaunes devaient changer de direction, mais elle ne suivait pas la manifestation.

Vous pouvez le remarquer en revoyant ce live de Civicio, média indépendant qui couvre toutes les manifestations des gilets jaunes sur Paris.

GILETS JAUNES ET GENDARMES SYMPATHISENT

Le résultat fut immédiat. Les Gendarmes ont avancé non-casqués tout le long des 10kms du parcours, provoquant la sympathie d'une large partie du cortège. Cette longue marche a vu de nombreux gilets jaunes et gendarmes discuter et fraterniser, sourires aux lèvres. Jusqu'au bout l'ambiance a été bon enfant et bienveillante entre la Gendarmerie Nationale et les Gilets Jaunes.
Des chants habituels hostiles à la police étaient entendus dès que des unités de celle-ci étaient croisées, mais ils disparaissaient dans le même instant qu'elles. S'ensuivait alors un nouveau chant déjà quelque fois entonné auparavant, mais bien plus repris cette fois-ci que toutes les autres : "Les gendarmes détestent la police"... et force est de constater que les gendarmes ont continué à discuter et à garder le sourire jusqu'au bout !
Comment ne pas faire de lien entre l'épisode médiatique négatif pour le pouvoir concernant l'hôpital de la pitié salpêtrière et l'absence de présence policière aujourd'hui ?
Comment ne pas faire de lien entre l'absence de police et l'absence de violence ?
Christophe Castaner, qui annonçait encore à la veille du 1er Mai que toutes les manifestations autres que celles des Gilets Jaunes se déroulaient sans heurts, au contraire de celles de ce mouvement radicalisé, doit maintenant se demander ce qui a tant pu changer en si peu de temps chez les Gilets Jaunes pour arriver à ce résultat diamétralement opposé au constat qu'il pouvait tenir il y a encore quelques jours.
Où sont ces hordes de dégénérés, cette foule haineuse, ces ultras jaunes radicalisés ?
Du côté des Gilets Jaunes, on voit davantage dans l'absence de la police aujourd'hui la raison du retour au pacifisme viscéral qui les anime. Personne n'a eu peur de prendre des tirs de LBD aujourd'hui, ni même de respirer du gaz. Tout comme les gendarmes se savaient sereins sans casque.
Voilà ce qui aurait pu advenir dès les premiers jours de ce mouvement si le pouvoir avait décidé de ne pas retourner ses forces de l'ordre contre sa population. Voilà également le sentiment qui grandit de plus en plus au sein des gilets jaunes concernant la différence nette dans le traitement de l'ordre entre Gendarmerie et Police.
Personnellement, c'est factuellement le deuxième rapprochement clair et marqué auquel j'ai assisté entre Gilets Jaunes et Gendarmerie Nationale à Paris. Le premier l'avait été lors du rassemblement à République le 13 avril, lors de l'acte 22. Là aussi la scène avait particulièrement marqué les Gilets Jaunes présents, puisque la place, qui était alors intégralement entourée de forces de l'ordre, voyait se tenir côte à côte une unité de police casquée, boucliers sortis, et une unité de gendarmerie, sans casque et boucliers baissés. Tous les gilets jaunes faisant face à ce cordon avaient alors applaudi la gendarmerie et des discussions avaient là aussi été entamées.
Après la condamnation des violences policières par le Colonel de Gendarmerie, Michaël DiMeo, assiste-t-on petit à petit au refus de ce corps des forces de l'ordre de faire un usage démesuré de la force pour le seul bon vouloir de répression d'un pouvoir de plus en plus acculé ?
Par Wolf Wagner.

Tous les contenus signés de mes pseudos : Wolf Wagner (facebook, blog médiapart et GJ-mag) et Skwalito (twitter) sont entièrement libres de droits. Sinon la source est toujours mentionnée.



Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils