L'Union européenne, un système criminel : explosion de la mortalité infantile en Grèce

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/tough-austerity-measures-in-greece-leave-nearly-a-million-people-with-no-access-to-healthcare-leading-to-soaring-infant-mortality-hiv-infection-and-suicide-9142274.html

Non contente de prélever la portion de la part la plus éduquée de la population, poussée à émigrer, généralement pour aller travailler en Allemagne, l'Union européenne, via le mémorandum de la Troika, oblige la Grèce à détruire son système de santé. Lundi 17 février était le jour de fermeture des centres de consultation de la Sécurité sociale. Ses employés étaient invités à quitter les lieux, purement et simplement.

Il ne s'agit que d'un épisode parmi tant d'autres des politiques criminelles qui sont menées par l'Union européenne. L'essentiel réside dans la politique de réduction des dépenses publiques, qui a d'ores et déjà des effets spectaculaires. Une étude britannique révèle notamment que la mortalité infantile a bondi de 43% entre 2008 et 2011. 

Prevention and treatment programmes for illicit drug users faced major cuts, with a third of street work programmes halted in 2009-10, the first year of austerity. Reductions in the numbers of syringes and condoms distributed to known drug users has led directly to a spike in the rate of HIV infections in this community, the report said – from just 15 in 2009 to 484 in 2012.

Although reliable data on the health impact on the wider population will take several years to emerge, the Greek National School of Public Health reported a 21 per cent rise in stillbirths between 2008 and 2011, which was attributed to reduced access to prenatal services, and infant mortality also rose by 43 per cent between 2008 and 2010.

The suicide rate has gone up from around 400 in 2008 to nearly 500 in 2011.

 Nous nous souviendrons de ceux qui ont soutenu jusqu'au bout le système de l'Union européenne ainsi que l'euro.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.