Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juin 2020

Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

Appartenez-vous à votre agence Pôle emploi ?

Lorsque vous êtes inscrit·e à Pôle emploi, êtes-vous la "chose" de votre agence de proximité, voire de votre conseiller référent ? Etes-vous tributaire d'un petit nombre d'individus, même s'ils ne sont pas fiables ?

Yann GAUDIN
Lanceur d'alertes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si vous êtes inscrit·e à Pôle emploi, votre interlocuteur privilégié est votre conseiller référent. Il s'agit d'une personne qui travaille dans l'agence la plus proche de votre domicile et qui est formée sur le champ de l'emploi et de la formation, son nom et son adresse e-mail de contact figurent dans la rubrique "Mes échanges avec Pôle emploi" puis "Mes contacts en agence" dans votre espace personnel sur pole-emploi.fr.

Si vous posez une question à votre conseiller référent sur votre indemnisation, il peut vous renseigner s'il est sûr de la réponse, cela relève de ce qu'on appelle la "gestion globale" de votre dossier. Naturellement il dispose de ressources documentaires internes et externes s'il a un doute mais il dispose aussi de collègues formé·es spécifiquement sur le champ de l'indemnisation donc il peut décider de relayer par exemple votre message à une autre personne, dans ce cas il est probable qu'il y ait un petit délai supplémentaire de réponse lié au transfert.

Source : pole-emploi.org

Votre conseiller référent peut aussi prendre en charge des actes simples sur votre dossier concernant votre indemnisation, comme par exemple changer vos coordonnées bancaires si vous lui transmettez un nouveau RIB. Sa fiche de poste l'y autorise et il n'y a pas de liste précise distinguant une question ou un acte simple d'une requête plus complexe, le principe est que le conseiller doit être sûr du service qu'il rend mais comme un conseiller emploi n'est pas formé sur l'indemnisation, il est bien souvent préférable qu'il délègue la réponse à une personne plus qualifiée si la question est complexe.

Mais êtes-vous contraint·e de ne vous adresser qu'à cette personne référente de votre dossier ?

Pas du tout, aucun texte ne vous y limite et pour cause : si vous appelez au 39 49 pour une question liée à l'emploi ou la formation, vous tomberez sur une autre personne de votre région qui travaille dans un bureau peut-être très loin de chez vous ; si un conseiller vous appelle pour vous proposer une offre d'emploi, il s'agira fréquemment d'une personne différente de votre conseiller référent et qui travaille peut-être dans une autre région que la vôtre ; si vous participez à un atelier ou une réunion thématique, vous aurez aussi à faire en général à une autre personne, qui peut ne pas travailler dans la même agence que votre conseiller référent ; si vous êtes en déplacement professionnel ou en vacances (puisque vous avez le droit à 35 jours, par année civile, d'indisponibilité pour convenance personnelle), vous pouvez vous rendre dans n'importe quelle agence - même à l'autre bout de la France - et les personnes à l'accueil ont l'obligation de vous renseigner ou, à défaut, de vous orienter.

Vous devez vous adresser prioritairement à votre conseiller référent mais pas exclusivement, nuance. Dès lors, que faire si vous n'êtes pas satisfait·e des services de cette personne ? Par exemple si ses délais de réponse à vos mails dépassent souvent les 3 jours ouvrés prévus par Pôle emploi (5 jours pour une réclamation) ? Si ses réponses à vos questions ne vous paraissent pas très fiables (encore faut-il s'en assurer) ? Ou simplement si vous n'êtes pas à l'aise dans la relation avec cette personne ?  Et bien vous pouvez parfaitement demander à changer de conseiller référent en vous déplaçant dans une agence ou en appelant au 39 49.

Le cas des intermittents du spectacle est lui très singulier : en effet lorsque vous ouvrez des droits aux "annexes VIII ou X", autrement dit sous le régime de l'intermittence du spectacle, le système informatique efface automatiquement le conseiller référent qui était en charge de votre dossier. Pour beaucoup d'intermittents du spectacle, leur indemnisation est gérée par une entité spécifique, Pôle emploi services, dont les bureaux non-ouverts au public se situent en Île de France donc potentiellement très loin de votre domicile, l'usage étant que Pôle emploi services - alias PES - vous attribue en général un conseiller référent pour votre indemnisation mais cette personne, pour le coup, n'est pas formé·e au conseil à l'emploi et refusera très probablement et légitimement de répondre à vos questions sur ce champ. A noter par ailleurs que, contrairement à l'indemnisation des allocataires au régime général, PES a l'exclusivité de certains actes sur votre dossier en matière d'indemnisation, toutefois les agences Pôle emploi de proximité sont parfaitement autorisées à vous renseigner sur votre indemnisation. Mais à qui vous adresser si vous êtes intermittent·e et que vous avez une question liée à l'emploi ou à la formation ? Il est techniquement possible, pour votre agence de proximité, de vous attribuer un conseiller référent mais voilà : le secteur du spectacle est tellement spécifique que cette personne ne pourra probablement pas honorer les obligations de Pôle emploi sur ce champ, faute d'avoir été formé·e à toutes les particularités du secteur. La délivrance de services en la matière est très protéiforme selon les régions voire les départements, il existe des agences régionales spécialisées pour le spectacle mais il existe aussi des régions où il n'y a aucun interlocuteur compétent mais ça, c'est un autre problème abordé dans cet autre article...

Donc non, rassurez-vous : vous ne faites pas partie d'un "cheptel" qui appartiendrait à un conseiller ou à une agence ! Votre liberté de communiquer avec les agents de Pôle emploi n'est pas verrouillée.

***

♥ Pour soutenir l'auteur : https://fr.tipeee.com/alertes-pole-emploi

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens