Lettre ouverte de la rougeole à Michèle Rivasi

Chère Madame Rivasi,


Je suis la rougeole, vous me connaissez, et je prends la plume pour vous écrire afin de vous remercier pour l’ensemble de votre action, et notamment pour les conséquences de celle-ci en ce qui me concerne.

En effet, Madame Rivasi, je ne suis peut-être plus grand-chose dans un pays comme celui dont vous êtes l’élue, mais je vous dois beaucoup.

Je sais  qu’en tant qu’écologiste vous avez l'ambition de protéger les espèces en voie de disparition et de favoriser la biodiversité, mais je dois avouer qu’a priori je ne m’attendais pas à ce que vous m’incluiez dans ce noble souci, qui vous conduit donc à protéger même la biodiversité des maladies contagieuses comme moi. Je suis d’autant plus surprise qu’on me dit que vous êtes scientifique de formation, ce que j’ai quand même un peu de mal à croire. Parce que, voyez-vous, au cours de ma longue histoire personnelle j’avais plutôt constaté que cette catégorie de la population en blouse blanche me voulait du mal, voire cherchait à purement et simplement me faire disparaître de la circulation en apprenant via la vaccination aux organismes à se défendre contre moi. Mais je le vois bien, Madame Rivasi, vous n’êtes pas comme eux, et vous savez aller jusqu’au bout de votre souci de préservation de la biodiversité, quitte à sacrifier au passage quelques représentants de votre propre espèce. Cet antispécisme très radical, qui va bien au-delà ce que proposent ceux qui se revendiquent de cette idéologie, vous honore.

Et m’arrange bien.

 Madame Rivasi, à y réfléchir  aujourd’hui alors que je m’épanouis à nouveau, c’est un peu comme si l’ensemble de votre action publique depuis ses débuts vous avait conduite à faire ce que vous avez fait en ma faveur.

Car dès votre premier combat, celui contre le nucléaire, vous avez su, à la tête de la Criiraad que vous avez créée, distiller dans la population  le doute à l’égard de ce que racontent les scientifiques en général, et les autorités compétentes en matière de protection des  populations en particulier. En effet, vous et vos amis êtes entre autres à l’origine de cette fameuse croyance très populaire selon laquelle en 1986 les autorités en charge de la radioprotection auraient menti et prétendu que le « nuage de Tchernobyl avait été arrête à la frontière »[1]. Premier coup d’essai et coup de maître : vous avez réussi à instiller ce faux souvenir même dans la tête de ceux qui ont vécu l’événement et qui ont pu voir les médias de l’époque leur expliquer en avril/mai 1986 que le « nuage » avait bien travers le pays. Vous avez en fait même sur la durée réussi à convaincre les médias en question qu’ils n’avaient pas fait ce qu’ils avaient pourtant fait[2]. Un tel pouvoir de persuasion est une bien belle arme, et je me satisfais d’avoir pu bénéficier au moins par la bande de ses effets en matière de (mauvaise) santé publique. Et dans foulée, avec un bel acharnement dont a notamment été victime le professeur Pellerin, vous avez su avec constance et sans jamais vous dédire défendre la thèse de l’augmentation des cancers de la thyroïde suite au passage du « nuage », et ce alors même qu’aucune donnée ne vient étayer cette hypothèse[3]. Déjà, à l’encontre des études scientifiques, vous semiez le doute et alertiez sur des problèmes inexistants au lieu de vous concentrer sur ceux qui existent.

Ce qui m’arrange bien.

 C’était là votre votre premier CRII, comme une naissance.
Et depuis, vous les multipliez, les CRII  en tous genre, véritables marchands de doute qui inondent les médias de leurs fausses alertes sanitaires dès que quelque chose d’un peu technologique est en jeu, et qui, parce que la peur fait vendre, se sont imposées comme références médiatiques principales en lieu et place des agences sanitaires compétentes. Et cela, Madame Rivasi, je vous en serai éternellement reconnaissante, parce que cette condition-là était indispensable à mon come-back : il fallait d’abord que les gens n’aient plus confiance dans les autorités de santé. Avec le CRIIGEN contre les OGM puis le CRIREM contre les Ondes Electro-Magnétiques, vous avez élargi la surface de votre action, mais toujours dans la même direction, celle qui m’arrange. C’est peut-être avec ce dernier CRII que vous avez poussé le bouchon suffisamment loin pour que votre supposé précautionnisme se retourne en son contraire et devienne un danger pour certains. Ainsi, en ce qui concerne les dits « électro-hyper sensibles », vous avez fait beaucoup pour la cause de mes cousines éloignées, les maladies psychologiques de type phobie, en enfonçant ces gens dans la croyance à l’origine de leurs souffrances.  Il y a même eu dans le département où vous avez d’abord été élue, la Drôme, un jeune lycéen qui est mort sous une avalanche alors  qu'il n’avait pas allumé sa balise de sécurité parce qu’il craignait les effets des ondes émises par celle-ci[4]. Certes, il semble qu’il soit mort sur le coup et qu’il n’aurait donc pas été sauvé par sa balise, mais on voit bien que ça commence à prendre, à force….

Et on en arrive donc logiquement à mon cas personnel. Là aussi, vous avez bien œuvré, en distillant régulièrement le doute vis-à-vis de la vaccination, de son efficacité et de son innocuité. Et vous l’avez fait avec un tel engagement et une telle radicalité que vous avez même fini par être désavouée par vos propres amis écologistes. En effet, poussée par le sens du devoir alors que je ne vous avais pourtant rien demandé, vous avez fait ce que je n’aurais jamais osé espérer : vous avez invité Andrew Wakefield à venir parler dans l’enceinte du Parlement Européen pour y présenter son dernier film à mon service!

 

Affiche ancienne version Affiche ancienne version

 

Oui Madame, inviter en ce lieu et pour ça l’ex médecin déchu et corrompu qui avec son étude frauduleuse avait lancé la campagne de refus de la vaccination ROR directement à l’origine de  mon retour actuel, je n’aurais jamais osé l’espérer. Et quand vous vous êtes déballonnée et que vous avez expliqué qu’en fait vous aviez invité mon cher Wakefield sans savoir qui il était[5], avec mes collègues les oreillons et la rubéole, on s’est bien marrés et on ne vous en a même pas voulu. Rassurez-vous, tout va bien entre nous, car je sais tout ce que je vous dois, et s'il y a bien un seul être à la santé duquel vous avez jamais œuvré, c’est moi.

Car ces jours-ci, avec l’espace laissé libre par le recul de la couverture vaccinale, je reprends des couleurs et me porte de mieux en mieux :

 

Capture d'écran du site de Sciences et Avenir, 14 mars 2018 Capture d'écran du site de Sciences et Avenir, 14 mars 2018

 

 Oh, je sais, les mauvaises langues diront que je ne suis pas si dangereuse que ça et me qualifieront même de « bénigne ». Mais attendez de voir de quel bois je me chauffe ! J’ai quand même déjà emporté 21 personnes en France depuis 2008, c’est pas si mal, non ?

L’OMS, elle,  sait reconnaître ma vraie valeur[6] :

« La rougeole est une maladie virale grave extrêmement contagieuse. Avant que la vaccination ne soit introduite en 1963 et qu'elle ne se généralise, on enregistrait tous les 2/3 ans d'importantes épidémies qui pouvaient causer environ 2,6 millions de décès par an.

La rougeole reste l'une des causes importantes de décès du jeune enfant, alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace. On estime que 89 780 personnes, dont une majorité d’enfants de moins de 5 ans, sont mortes de la rougeole en 2016. »

Vous savez, Madame Rivasi, je pense bien fort à vous quand je lis sur le site de l’OMS qu’en 2016 près de 85% des enfants du monde étaient vaccinés contre moi, et que je vois qu’en France cette couverture vaccinale recule et ne concerne plus que 79% des nourrissons eu lieu des 95% nécessaires[7].

Du coup, je commence à me faire un peu remarquer, et je dois avouer avoir un peu pris peur en voyant que le gouvernement m’avait mis sur la liste des nouveaux vaccins obligatoires. Mais heureusement, encore une fois, vous étiez là pour moi et vous êtes montée au créneau pour protester contre cette décision criminelle en vous égosillant  contre la « vaccination forcée »[8]. Et l’on sait la force de votre action et votre capacité à faire douter des recommandations des agences sanitaires, on l’a vu. Je vous le dis du fond du cœur : nous comptons très fort sur vous et sur vos amis les médecins homéopathes, dont un certain nombre sont capables de délivrer des certificats de complaisance aux parents opposés à la vaccination. Que Dieu vous  protège et protège tous ces braves gens !

Car nous, les maladies contre  lesquelles il existe un vaccin, nous avons besoin de soutien pour tenir le coup et continuer à œuvrer.

Dans un certain nombre de pays où règne le chaos et la dictature religieuse, nous savons pouvoir compter sur l’action résolue et définitive de gens comme nos amis les Talibans du Pakistan, qui eux aussi refusent la vaccination et en plus assassinent les médecins qui la pratiquent[9]. Mais dans les pays comme le vôtre, Madame Rivasi, il faut savoir être plus subtile qu’un Taliban,  et vous le faites à merveille. J’en parlais encore récemment avec l’Hépatite B, et on se disait que nous admirions tout particulièrement la manière dont vous travaillez pour nous tout en prétendant ne pas être opposée à la vaccination, tout comme le fait votre confrère Henri Joyeux (qui lui travaille aussi beaucoup avec le mouvement anti-IVG au retour de la mortalité des femmes en contexte d’avortements clandestins, il est multitâches).

Je connais un peu les milieux de droite extrême, qui agissent autant pour moi que ne le font vos propres milieux d’écologistes adeptes de l’alterscience. Ainsi, l’immense Donald Trump est tout aussi antivaccination que vous, et a lui aussi invité Wakefield pour l’aider à propager ses idées[10]. Vous le savez, ces milieux d’extrême droite ont depuis longtemps réussi dans beaucoup d’endroits du monde à grandement populariser le racisme sous la forme désormais classique du  : « je ne suis pas raciste mais…. » - le « mais » précédant un discours invariablement et profondément raciste. Pour votre part, Madame Rivasi, vous avez, avec d’autres bien entendu, réussi à populariser le « je ne suis pas antivaccins mais…. », qui lui aussi précède le plus souvent un discours profondément antivaccination qui va à l’encontre des recommandations des agences de santé. Cette manière de prétendre défendre la vaccination tout en sapant profondément sa crédibilité est vraiment de la belle ouvrage, et me rappelle la manière dont les gouvernements qui démolissent les services publics ou les systèmes de retraite le font tout en prétendant agir pour les « sauver ».

 C’est le triomphe la novlangue et de la logique « 1984 », et vous y avez apporté plus que votre part en ce qui concerne ma plus grande ennemie, la vaccination.

 C’est pourquoi je voulais en personne vous dire toute mon admiration et toute ma gratitude à travers cette lettre.


Veuillez donc agréer, Madame, l’expression de mes plus vifs remerciements

Signé : La rougeole


[Transcription : Yann Kindo]

 

[1] https://www.lci.fr/politique/30-ans-de-tchernobyl-comment-a-t-on-pu-affirmer-que-le-nuage-radioactif-ne-passerait-pas-la-frontiere-1508979.html

« Pour Michèle Rivasi, députée européenne EELV, fondatrice de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Crii-rad) dans les mois qui ont suivi Tchernobyl, c’est le fruit de "plusieurs ingrédients". "Il y avait une impréparation à la catastrophe mais surtout la volonté de ne pas donner l’information", déplore l’élue écologiste, »

[2] https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/040511/tchernobyl-ce-que-le-figaro-disait-en-1986

[3] http://sciences.blogs.liberation.fr/2011/09/07/cancers-de-la-thyroide-et-tchernobyl/

« Pourquoi des responsables politiques (la candidate à l’élection présidentielle Eva Joly, l’eurodéputée Michele Rivasi), et non seulement des militants opposés à l’énergie nucléaire, nient-ils cet état des connaissances et affirment ainsi que le non lieu prononcé est un «déni de justice» car cette dernière aurait eu «la preuve» - affirme Michele Rivasi - du crime de Pierre Pellerin ? Cette attitude consiste à dire «la médecine a raison», lorsqu’elle affirme que les milliers de cancers des enfants russes, ukrainiens et biélorusses sont dûs à l’iode radioactive de Tchernobyl, puis «la médecine a tort» lorsque, par les mêmes outils - épidémiologie, connaissances de l’effet biologique des rayonnements - elle affirme ne pas trouver de trace d’une telle relation en France. Les juges ont été plus logiques et cohérents. »

[4] http://www.leparisien.fr/grenoble-38000/mort-dans-une-avalanche-le-lyceen-ne-portait-jamais-de-balise-de-detection-29-01-2015-4489617.php

[5] https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/030217/anti-vaccination-au-parlement-europeen-michele-rivasi-desavouee

[6] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs286/fr/

[7] https://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Augmentation-du-nombre-de-cas-de-rougeole-en-France-la-vaccination-est-la-seule-protection

[8] http://www.michele-rivasi.eu/a-la-une/11-vaccins-obligatoires-dans-linteret-de-qui-non-a-la-vaccination-forcee/

[9] http://www.lemonde.fr/international/article/2016/03/08/les-talibans-pakistanais-repartent-en-guerre-contre-les-vaccins_4878818_3210.html

 

[10] https://www.thesun.co.uk/living/2876703/andrew-wakefield-mmr-vaxxed-autism-donald-trump/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.