Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

414 Billets

3 Éditions

Billet de blog 9 nov. 2019

Le 9 novembre 1989, j'ai compris que je ne serais jamais de ce monde

Je suis allé en RDA. L'Allemagne de l'Est était certes fliquée mais penser que la France ne l'est pas est d'une stupidité folle. La République démocratique allemande avait des acquis, son peuple fut bafoué et piétiné dans sa volonté de construire un vrai socialisme. C'est ce dont il faut se rappeler. C'est un bien triste anniversaire que ces 30 ans.

Yvan Najiels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai comme souvenir du 9 novembre 1989 que, le lendemain matin, je suis en train d'avaler mon petit déjeuner et que j'entends, sur France Inter aux anges, que, dans la nuit ou très tard la veille, le Mur (i.e. le mur de Berlin) est tombé.

Autant le dire d'emblée : du haut de mes presque 16 ans et quelques mois après un séjour de 3 semaines en RDA, je suis catastrophé. Parfaitement conscient (c'était bien plus lourd que la pression pro-Charlie en janvier 2015) que je vais être à rebours de la grande fête des nouveaux marchands du temple (capitaliste), marchands qui sont en train de triompher du bloc qui a entravé leur volonté politique de tout soumettre à la loi du profit maximal.

La question de la "liberté", de la "démocratie" me fait doucement rigoler mais aussi pleurer. Tout est clair : aussi détestables que furent les régimes socialistes bureaucratiques de l'Est, ils valaient mieux que les démocraties capitalistes de l'Ouest. En RDA, on mettait en valeur les ouvriers, le prolétariat, l'amitié prolétarienne internationale tandis qu'en France, on avait eu droit, via la gauche (signifiant politique en vérité foncièrement anticommuniste), au "Vive la crise" du renégat débile Yves Montand et à Talbot, épisode fondateur de l'islamophobie d'Etat contemporaine et consensuelle.

Si le bloc socialiste s'effondrait, alors ce ne serait pas un "désastre obscur" comme l'écrirait Badiou après la chute de l'Union soviétique (à mes yeux, la catastrophe absolue) mais un désastre tout court.

J'ai plus de respect pour Honecker que pour Kohl, de l'admiration pour Krasucki et non pour Walesa.

La chute du Mur était décisive pour l'expansion de la liberté libérale, i.e. celle du renard dans un poulailler. Cette date est sinistre, il n'y a rien à fêter. Juste à pleurer. Ah, certes, les Allemands de l'Est sont libres de circuler... Mais vu le taux de chômage de feu la RDA, combien sont-ils à pouvoir quitter Neubrandenbourg ou Francfort sur l'Oder ? Liberté capitaliste, liberté bien vaine sinon pour les ploutocrates.

Il fallait donc défendre, sur une ligne critique évidemment, la RDA et ses acquis réels. Qui sait, à cette aune, que l'école de musique de Berlin-Est a phagocyté celle de Berlin-Ouest ? C'était aussi ça, l'Est et ses soi-disants régimes gris, dictatoriaux : la culture, l'art et l'instruction pour tous. Ce n'était pas l'école Blanquer ni Parcoursup.

Je remarque aussi, comme souvent dans les profondes - irréversibles ? - défaites historiques, les visages pleins d'humanité mais qu'on ne verra plus, qui se montrent une dernière fois. À la place, on a l'AfD à Leipzig ou le lepénisme à Hénin-Beaumont. Le Capital a accompli sa mission, que ce soit contre l'Italie cathocommuniste de Pasolini, avec Mitterrand en Mai 1981 ou dans la destruction, avec la complicité des dirigeants gorbatchéviens stipendiés de l'Union soviétique, du camp socialiste.

Opiniâtrement, envers et contre tout, je salue la mémoire de la République Démocratique Allemande !
https://blogs.mediapart.fr/yvan-najiels/blog/011109/vingt-ans-apres-la-chute-du-mur-salut-celles-et-ceux-qui-ne-se-sont-pas-ecroules (Sur l'effondrement des états socialistes, il y a 10 ans).

Leninallee (OstBerlin)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica