Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2012

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Nicolas I…. antisocial jusqu’en fin de règne !

Le projet de la TVA " sociale " du gouvernement consisterait en un relèvement de la TVA de 1 à 2 points en compensation d’une baisse des taux de cotisations sociales patronales, afin de fiscaliser un peu plus le financement de protection sociale, permettant alors de réduire le coût du travail et donc d’améliorer la compétitivité de nos entreprises, voilà pour le discours officiel.

Yves Besançon
Economiste, professeur de sciences économiques et sociales, et ancien Attaché de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le projet de la TVA " sociale " du gouvernement consisterait en un relèvement de la TVA de 1 à 2 points en compensation d’une baisse des taux de cotisations sociales patronales, afin de fiscaliser un peu plus le financement de protection sociale, permettant alors de réduire le coût du travail et donc d’améliorer la compétitivité de nos entreprises, voilà pour le discours officiel. En réalité, cette reprise de la proposition phare du Medef par la majorité UMP, est non seulement une nouvelle offensive néolibérale contre la justice sociale, mais de surcroît devrait se révéler inefficace, voire dangereuse économiquement. 

La TVA, impôt indirect, supporté uniquement par les consommateurs, et de la même manière quel que soit le montant de leurs revenus, est l’impôt le plus injuste qui soit sur le plan social, au contraire d’une fiscalité directe introduisant une progressivité des taux d’imposition (i.e. des taux croissant avec l’assiette fiscale), comme l’impôt sur le revenu (sans niches fiscales bien sûr !). De ce point de vue là, le système fiscal français est déjà bien marqué par une forte iniquité fiscale puisque la TVA représente près de la moitié des recettes fiscales et sa part dans le budget de l‘État ne cesse d‘augmenter (hausse de plus de 4 points entre 1996 et 2011 de la part de la TVA dans l‘ensemble des recettes fiscales). Dans la mesure où la propension à consommer (part des revenus consacrés à la consommation) est d’autant plus élevée que les revenus sont faibles, les ménages les plus modestes seront donc mis relativement plus à contribution que les plus fortunés dans cette opération de relèvement du taux de TVA et de financement de la sécurité sociale. Nous allons donc toujours un peu plus loin avec Nicolas I vers la " redistribution à l’envers " !

Par ailleurs, la mesure passe totalement à côté de l’objectif gouvernemental affiché, celui d’améliorer la compétitivité des entreprises. En effet, comme le montre les études macro et microéconomiques, le manque de compétitivité des entreprises françaises est, avant tout et essentiellement, un problème de compétitivité structurelle, et non de compétitivité-prix, lié à la fois, à l’insuffisance de l’investissement productif dans les secteurs à forte valeur ajoutée et à la faiblesse des dépenses en recherche-développement (à ce sujet lire aussi : En route pour un déficit commercial abyssal en 2011.....). Mettre en avant un discours selon lequel nos entreprises ne sont pas assez concurrentielles vis-à-vis de l’étranger, essentiellement parce qu’elles ont un coût de travail trop élevé nuisant à leur compétitivité, relève donc de la propagande mensongère au service du patronat. Sur le seul terrain de la compétitivité-prix, les statistiques combinant coût du travail horaire et productivité du travail horaire, montrent même des résultats honorables en termes de coût salarial unitaire ( rapport entre le coût du travail horaire et la productivité horaire du travail) comparés aux autres économies développées qui, faut-il le rappeler, occupent la plus grande part dans nos échanges extérieurs.

 Enfin, il est fort à craindre que les entreprises adoptent un comportement de marge ne répercutant pas, sinon partiellement, la baisse des charges patronales sur les prix, de telle sorte que le surplus d’inflation se traduise par une nouvelle baisse du pouvoir d’achat des ménages. La consommation des ménages qui est le principal moteur de la croissance économique (une contribution à la croissance de 53,3 % en 2010 !) s’en trouvera donc d’autant plus freinée, d’où une accentuation du cercle vicieux récessif dans lequel l’économie française est en train de s’enfoncer avec les plans d‘austérité successifs récemment adoptés : baisse de la demande, de la production et de l’emploi…….et nouvelle aggravation du chômage et des inégalités.

En final, avec ce projet de TVA antisociale, Nicolas Sarkozy, le président des privilèges, de la baisse du pouvoir d'achat et de la hausse spectaculaire du chômage, ne pouvait pas mieux honorer la double signature qui a caractérisé son mandat du début jusqu'à la fin, celle de l'injustice sociale et de l'inefficacité économique. Et, s'il vous plaît, généreusement rémunéré avec nos impôts à 20 fois le SMIC.....!

------------------------

ACTUALISATION (le 30 janvier 2012)

Au cours de son "hold-up médiatique" du dimanche 30 janvier 2012 (pas moins de huit chaînes réquisitionnées !), le chef de l’État, face à des journalistes dociles qu'il aura lui-même choisis, a précisé les termes de son projet de TVA "sociale". Le taux normal passerait de 19,6 % à 21,2 % et, en compensation, les charges patronales baisseraient de 13 milliards d’euros à compter du mois d’octobre 2012, dans le cas seulement d'une victoire de Nicolas I aux prochaines élections présidentielles, sachant que tous les autres candidats à la présidentielle sont contre cette mesure ! Entendez finalement par cette mesure, que tous les ménages, et proportionnellement plus les classes laborieuses et moyennes, supporteront donc le transfert de ces 13 milliards d'euros, à travers une nouvelle ponction sur leur pouvoir d’achat ! Bref, la confirmation d'un nouveau plan d’austérité déguisé, injuste socialement et ruinant économiquement......

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod