Jeu.
17
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Un roman du réseau

Dès le vendredi 1er juillet, et tous les vendredis jusqu'au 26 août 2011, Mediapart publie Un roman du réseau de Véronique  Taquin à la manière d'un feuilleton littéraire, en neuf «livraisons». Chaque livraison est accompagnée d'une illustration créée par l'artiste Béatrice Turquand d'Auzay.
L'édition participative est aussi une invitation à commenter, imaginer, interpréter Un roman du réseau. Véronique Taquin, son auteure, est interviewée ici.

À partir du 3 septembre, tandis que de nouveaux lecteurs peuvent commenter le feuilleton, celles et ceux qui ont lu toutes les livraisons sont invités à rédiger un article sur l'ensemble du roman (voir l'appel à contribution ici). L'expérience d'interprétation collective se poursuit.

Article d'édition

Quelques mots en introduction à la lecture d'«Un roman du réseau»

«Odds», c'est le nom qui s'impose à Névo pour baptiser son site sur Internet : à ses interlocuteurs, il propose sesservices de biographe et de faussaire pour fabriquer des vies de rechange.

Article d'édition

Le premier grand roman réticulaire et alterréaliste du 21e siècle

© Béatrice Turquand d'Auzay

Un roman du réseau de Véronique Taquin vient d'être diffusé et commenté sur Mediapart durant l'été 2011 : un premier acte de naissance qui sort de l'ordinaire, pour un texte lui aussi hors normes.

Article d'édition

L'érotisme caché ou comment l'image donne corps aux personnages

© Béatrice Turquand d'Auzay

À propos de l'image du jeu de taquin aux neuf cases remplies de Béatrice Turquand d'Auzay. En hommage à Roland Barthes

Article d'édition

Idès après Ida

© Béatrice Turquand d'Auzay

Clac.

Il fait chaud dans ce taxi de début de soirée de début d'été, chaud lourd et triste à la fois et la colère qui sourd douloureusement plus bas, au bas du ventre, comme une marée pas encore décidée.

Article d'édition

L’invention de l’alterréalisme par la génération littéraire du Web

© Béatrice Turquand d'Auzay

Un style particulier des années 2010. Pour une phénoménologie du roman

Albert Thibaudet, à mes yeux le plus grand critique littéraire français, avec Roland Barthes, s'est penché sur la notion de génération en histoire de la littérature.

Article d'édition

La perte de soi en une respiration spirituelle

© Béatrice Turquand d'Auzay

Voix off

À la vitesse du feu, la tonalité résiste au mieux à une scission. La loi qu'Ida met en œuvre correspond à une considération sur la mécanique quantique. La manie thérapeutique pose des problèmes aux joueurs de carte.

Article d'édition

Au sortir du labyrinthe : Lessen, entre tendresse et dénonciation

© Béatrice Turquand d'Auzay

Ainsi donc s'achève ce Roman du réseau qui aura tenu ses lecteurs en haleine durant un trop bref été. Et voici venu le temps où chacun d'entre eux, au sortir d'un texte savamment labyrinthique, réfléchit, s'interroge.

De tous ces fils enchevêtrés, quelles images, quels visages, quelles histoires émergent et pourquoi ?

Article d'édition

Commentaires diagrammatiques

© Béatrice Turquand d'Auzay

Tour de passe-passe

Dormez-vous ? Je sais qu’Eve se tait à l’heure de psalmodier. Car les feux de la rampe durent pendant que l’art forme des idéologues de mails bien envoyés. Le drapeau efface le don ? Eve accentue la loi d’un âge déjà mort.s'échange

Article d'édition

Le bouquet final : appel à interpréter à plusieurs l'ensemble d'Un roman du réseau

© Béatrice Turquand d'Auzay

Chers lectrices et lecteurs d'Un roman du réseau, la diffusion des neuf livraisons du roman-feuilleton vient de s'achever. Pour conclure cette expérience littéraire et interprétative, je vous propose de clore le feuilleton de nos lectures par un bouquet final.

Article d'édition

Pour mémoire

 

© Béatrice Turquand d'Auzay

Neuvième et dernière livraison. Où deux compagnons d'Odds s'efforcent d'achever le récit de Lessen.

Rencontre littéraire autour d’«Un roman du réseau»

Samedi 2 mars 2013, une table ronde réunissait à Paris, à l'Ecole normale supérieure, Véronique Taquin, auteure du Roman du réseau, Pierre Chartier, Olivier Douville et Laurent Loty, ponctuée de lectures par Christine Goémé, et d’interprétations par l’image de Béatrice Turquand d'Auzay.

Newsletter