Portfolio

Vers la mobilisation générale?

C'est reparti ! La colère sourd. La mobilisation générale a sonné pour vaincre ce mur et restaurer la volonté du peuple. Tous et toutes concerné.e.s. Vaincre cette offensive ultralibérale, ces croque-morts qui nous précipitent vers l'abîme, bien au-delà des retraites. Chacun.e a une responsabilité : le devoir d'agir. « Quand la cause est désespérée, le salut ne peut qu'arriver » Bertolt BRECHT
  1. Quatrième manifestation contre la réforme des retraites sur le même trajet Place du 1er mai à la place de Jaude. Des Gilets Jaunes se chauffent la voix.

    Slogan : " Les jeunes dans la galère, les travailleurs précaires, Les vieux dans la misère; On n'en veut pas de cette société-là !"

  2. C'est parti. Toujours en tête, les Gilets Jaunes précèdent le cortège.

    Slogan : " Retraite à point, retraités à poil, On n'en veut pas de cette société-là !"

  3. "Vivre et non survivre" clame ce carton tandis que le visage de cette femme GJ en porte la souffrance et l'exigence.

     Slogan : " La retraite avant l'arthrite ! "

  4. Serrées derrière la banderole, elles savent que cette retraite sur toute la carrière pèsent sur elles encore plus avec des débuts à temps partiels, à faible revenus, parfois avec des pointillés dans la carrière ; une carrière où les emplois les plus pénibles pèsent sur elles massivement par le nettoyage et l'aide aux soins.

    Slogan : " Public, privé, actifs; chômeurs et retraités, c'est tous ensemble que nous allons gagner ! "

  5. Davantage d'enfants dans cette manifestation que dans les précédentes. C'est eux qui devraient affronter la perspective d'une retraite insuffisante dans un avenir marqué par les conséquences du dérèglement climatique. A terme, c'est explosif.

     Slogan : " Retraite à point - Où ça ? - Dans ta gueule !"

  6. Nous en sommes loin avec ce pouvoir qui veut tout et fait tout pour les (très) riches en pressurant les autres.

    Slogan : " Qui sème la misère; récolte la colère ! "

  7. Le monde de l'éducation qui n'est pas celui des seuls enseignants se bat contre cette arnaque de passer des six derniers mois pour le calcul de la retraite à l'ensemble de la carrière et d'une revalorisation sortie du chapeau pour faire passer la pilule.

    Slogan : " Lutte des classes contre - les fossoyeurs - Luttes sociales contre - le capital ! "

  8. Les tambours improvisés - ô combien sonores - s'acharnent à donner du rythme...

    Dialogue : " Assez de cadeaux pour qui ? - La France d'en haut - Assez d'coups bas pour qui ? - La France d'en bas "

  9. ... tandis que ce sourire éclatant invite au café tout au long de la manif.

    Dialogue : " C'est à qui de faire la loi ? - C'est pas à Macron et ses oies - La vraie démocratie c'est quoi ? - C'est toi et moi - Et on fait quoi ? - On augmente les salaires, on réduit la misère, on donne un vrai emploi et du pouvoir."

  10. Avec la chaussée Claudius, la voie se resserre. En avant, le cortège est déjà bien long, avec sa tête qui approche de la place Delille tandis que sa fin est tout juste partie.

  11. Le porte-voix crache les slogans emmenés par la musique du trio accordéon-grosse caisse-flûte.

    Slogan : " Retraite pour vivre pas pour survivre ! "

  12. Foule compacte et serrée, le cortège coloré avance déterminé et grave.

    Dialogue : " Où c'est qu'on va ? - Tous au combat - Pour y faire quoi ? - Défendre nos droits ! - Quelle arme a-t-on ? - L'unité des travailleurs ! "

  13. Etre là, agir, même si la victoire est incertaine. Elle viendra si chacun repousse ses raisons de ne pas agir.

     Sur l'air du chant des partisans :

    "Manu entends-tu la colère dans la rue, dans les villes ?

    Manu et tes oies, y'en marre de vos lois pour les riches

    Ohé salariés, retraités et chômeurs c'est la lutte ..." La suite, en manif !

     

  14. Un drapeau isolé de la Confédération paysanne (ils sont plusieurs, disséminés, dans la manif) avant le cortège Sud/Solidaires

    Sur l'air du petit vin blanc :

    "Quand on a 60 ans et cotisé pour elles

    La retraite nous appelle à répondre présent  ..." La suite en manif !

  15. Tranches de manif où à deux ou à plusieurs. Fugaces, des moments de vie, selfies ou regards échangés.

    " Non rien de rien

    Non pas la retraite à point ! "

  16. La banderole ANV-COP21 appelle au soulèvement général " Retraites - climat - Justice sociale " Tout est dit, reste à faire.

  17. On est là, avec son enfant, visages tendus vers une possible et incertaine victoire que serait le retrait de ce projet de loi. Sur une seule photo, visages tendus ? me direz-vous. Certes sur celle-ci mais parcourant le cortège dans son entier plusieurs fois durant la manif, il est patent qu'avec les sourires toujours vivifiants rencontrés ici et là, s'allonge la longue liste des visages tendus, voire crispés devant l'incertitude du retrait mais aussi devant la gravité de la situation des futures retraites et un gravissime déficit de démocratie réduit aux acquêts que sont les élections - entre les deux, rien à dire - et quasiment à la seule élection présidentielle réduit à un affrontement entre ultralibéralisme macronien et extrême-droite-repoussoir.

  18. L'humour qui encore jusque là, pare la colère : "Les points c'est pour les coccinelles, pas pour nos retraites".

  19. Toujours compact, le cortège, organisation après organisation se dirige vers la place Delille des deux côtés du boulevard Georges Couthon, route et voie du tram.

  20. Boulevard Trudaine

    Sur l'air de "Oh when the Saints " :

    " Pour nos retraites, pour nos pensions,

    Rien ne vaut la répartition,

    sans oublier de taxer, tous les revenus financiers,

    Pour nos retraites, pour nos pensions

    Solidaires entre générations ..." La suite en manif !

     

     

  21. Deux militantes du MODEF (Mouvement de défense des exploitants familiaux) cours Sablon

  22. Cours Sablon, la marelle du projet Macron (d'âge en âge on arrive en fin de vie) dessinée de proche en proche tout au long du parcours par toute une famille. Ce père en est à son trente-cinquième jour de grève ! Tou.te.s aux caisses de solidarité !

  23. La gros camion-engin de la CGT-construction avec sa cabine élévatrice qui domine le cortège. Arrivé en place de Jaude, il déploie son calicot géant demandant le retrait du projet de réforme.

  24. Au bas du cours Sablon, longeant le jardin Lecoq, la tête du cortège s'engouffre dans le boulevard François-Mitterrand tandis que sa queue est encore en haut du cours. Quelques pétards surprennent ou irritent.

  25. A hauteur de la station 'Universités", le cortège s'étale sur la largeur du boulevard.

  26. Moment joyeux: la fillette frappe le tambour bien installée dans la caisse du vélo-triporteur. "Quand c'est NON, c'est NON !" et quand elle joue, elle joue.

  27. Boulevard Pasteur

  28. Faut le faire, s'affubler avec la tête du président ! Pas étonnant qu'il se trouve délaissé !

  29. Les cyclistes un moment se posent, regardent le cortège qui s'étire boulevard Duclaux. D'autres manifestants font une halte, assis sur le rond-point à droite (invisible sur la photo), fatigue qui commence à se faire sentir.

  30. Sandrine, aide-soignante : "Quand je suis entrée à l'hôpital en 91, je pouvais prétendre partir à la retraite à 57 ans étant en service actif. Aujourd'hui c'est 60 ans. Avec cette réforme, ce serait 64 ans avec la suppression du service actif ! Même la pénibilité n'est pas reconnue : le travail de nuit, le portage et les conséquences sur le dos, bien abimée."

    Le centre hospitalier Clémentel est un hôpital public, Centre spécialisé dans les soins de suite et réadaptation à Enval

     

  31. Les GJ toujours en tête arrivent place de Jaude déjà bien remplie par des manifestants qui ont pris un raccourci ou sont venus là directement.

  32. Vue de la place de Jaude vers le cortège embrumé dans la fumée des feux de Bengale rouges qui se déchaînent.

  33. Les manifestants entrent peu à peu sur la place non sans difficulté pour tourner vers le centre de celle-ci. Les véhicules se garent près de l'estrade dressée comme celle du 10 décembre.

  34. De l'estrade érigée pour les déclarations des leaders syndicaux, vue sur la foule et les banderoles alignées.

  35. Les jeunes avocates du barreau de Clermont-Ferrand ont rejoint la manifestation place Delille. Elles sont déterminées à refuser ce projet qui double leur cotisation-retraite et aligne l'âge de départ à la retraite à 64 ans.

  36. Avec la statue de Vercingétorix, deux symboles de la victoire à Gergovie et place de Jaude.

    "Et comment le faire sinon en arrêtant tout ? Partout. Toutes et tous ensemble." Lire ici

  37. Pour un baroud solo, les Gilets jaunes terminent sur les marches de la préfecture à deux pas des multiples camions de la Police nationale garés le long du boulevard Desaix. Cris et chansons sont scandés ou chantées à tue-tête.

     

    -------------

    Tous les slogans, tous les airs sont diffusés par la CGT 63.

    Caisses de solidarité pour grévistes :

    CGT : https://www.leetchi.com/c/solidarite-cgt-mobilisation

    Solidaires : https://solidaires.org/Caisses-de-greves

    UNSA : https://www.leetchi.com/c/solidarite-unsa-ferroviaire-lr

    Intersyndicale https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

    F.O. 63 : https://63.force-ouvriere.org/mise-en-place-d-un-fonds-de-solidarite

    Voir aussi les port-folio :

    - A Carcassonne - Jean-Pierre Favier

    - A Albi - vent d'Autan

    - A Paris - Jean-Pierre Anselme

    - A Annecy - Edmey

    - et d'autres à venir... signalez-vous.

     

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.