Aisdpk Kanaky
L’Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – défend la liberté de ce peuple colonisé à s’autodéterminer
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 déc. 2021

Référendum du 12 décembre 2021 : une parodie de démocratie

Nous écrivions il y a peu « Existe-t-il une démocratie en contexte colonial ? ». Il n'en est rien. L'État colonial français souhaite garder ses dernières colonies et n'ira pas au bout d'une décolonisation négociée mise en avant par l'accord de Nouméa.

Aisdpk Kanaky
L’Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – défend la liberté de ce peuple colonisé à s’autodéterminer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est 2h15 et les bureaux de vote en Nouvelle-Calédonie ont ouvert dans un contexte de déni de démocratie.

Le résultat en est connu puisque les indépendantistes ont appelé à ne pas y participer en raison de la pandémie qui a empêché toute campagne électorale et pour respecter le temps du deuil, un an de deuil kanak décrété par le sénat coutumier.

Le 13 décembre, l’entêtement du gouvernement français qui, une fois de plus, n’a pas respecté sa parole (voir la déclaration du Premier ministre en 2019), trente ans de construction dans la paix de la Kanaky-Nouvelle-Calédonie sont réduits à néant (voir un précédent billet).

Le conseil d’État a rejeté mardi 7 décembre la demande d’un collectif de citoyens, constitué de 146 électeurs et de trois associations, de report de ce scrutin en s’appuyant sur le contexte sanitaire contraire à l’exercice d’une saine démocratie par une requête en référé-liberté. Ils arguent aussi du fait que « jusqu’à 2 000 électeurs » des communes de Bélep, de l’île des Pins et des îles Loyauté n’ont pas pu s’inscrire dans les bureaux de vote décentralisés à Nouméa.

Selon conseil d’État, « Les mesures de protection sanitaire encore maintenues ne font pas obstacle au déroulement de la campagne référendaire » (ordonnance la juridiction).

L’argument du respect du deuil kanak et « des pratiques coutumières » n’a pas plus retenu l’attention du conseil d’État qui juge que « cette circonstance ne saurait caractériser, par elle-même, une atteinte à une liberté fondamentale de nature à justifier » le report du référendum du 12 décembre.

Les prises de position des personnalités et anticolonialistes de tout bord n'a pas eu plus de succès (voir le meeting organisé le 9 décembre à Paris)

Alors, demain, que regardera-t-on ? Le taux de participation ou plutôt le taux d’abstention et la localisation des abstentions.

L’histoire se répète malheureusement dans ce pays, entre promesse non tenue des gouvernements français et les scrutins sans tenir compte des indépendantistes.

Quelle pourra être la valeur d’une telle consultation ? Comment les instances internationales vont-elles appréhender les résultats de ce référendum sans la participation du peuple colonisé et de tous ses alliés souhaitant eux aussi l’indépendance du pays ? Voir l'analyse faite par Raph Mapou, docteur en droit.

Les contre-vérités de la propagande des Loyalistes et de l'État français © R. Mapou (pdf, 173.6 kB)

Trois représentants du FLNKS – le président du congrès, Roch Wamytan, un membre du gouvernement collégial, Mickaël Forrest, et un collaborateur, Charles Wea – sont partis à l’assemblée générale de l’ONU qui se tient le 9 décembre à New York. Leur but, défendre le point de vue indépendantiste sur la tenue coûte que coûte de ce référendum. La France, dit-on, met une pression sans précédant depuis une dizaine d’année pour contrecarrer la mission indépendantiste. Et l’on sait d’expérience qu’elle a des moyens de pression auprès de nombre d’États. Espérons que cette instance qui a inscrit la Nouvelle-Calédonie sur la liste des territoires à décoloniser condamnera l’État français de tenir la dernière consultation prévue par l’accord de Nouméa au mépris de toute démocratie et sans le peuple premier.

Merci de nous avoir lu

à suivre

Isabelle Leblic

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ! L'appel des déserteuses d'AgroParisTech
Le constat est clair : ce système est un monstre à bout de souffle. Retrouvons-nous samedi midi, devant la mairie de la ville la plus proche, pour partager un repas, des idées, du concret, pour nous donner les moyens de quitter nos boulots nuisibles, construire notre autonomie matérielle localement, sans les multinationales, sans les Gafams, créer des espaces communs – fermes, ateliers, cafés... –. Et faire ce premier pas vers de nouvelles façons de vivre.
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique