Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

1571 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2021

²ires-Connaissez vous l'IRES? Non? Alors, je vous le présente.

L'Assemblée générale de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) se compose de neuf syndicalistes, quatre représentants du Premier ministre et neuf personnalités scientifiques. Le Bureau de l’IRES se compose de six syndicalistes, un par organisation constitutive. Président: Eric PERES, FO Trésorier: Fabrice COQUELIN, Unsa Education Secrétaire: Franck LOUREIRO, CFDT etc...

Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

             *PRÉSIDENTIELLE 2022*

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LE FONCTIONNEMENT DE L'ÉCONOMIE FRANÇAISE.

Lettre ouverte adressée à tous les membres de l'IRES ainsi qu'à tous les Français, dont le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, le Premier Ministre, Monsieur Jean Castex, tous les Ministres, tous les députés, tous les sénateurs, tous les Présidents de Régions et de Départements, les 36 000 Maires de France, et, bien entendu, tous les partenaires sociaux et toutes les organisations syndicales de France.

Bonjour Mesdames et Messieurs les menbres de l'IRES.

Bonjour Mesdames et Messieurs,

Je viens de découvrir l'existence de l'IRES, ce qui me donne l'occasion de venir vous dire "Bonjour" et de vous informer de la manière dont fonctionne l'économie française c'est à dire le fonctionnement par la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises.

Je vais être franc et direct avec vous, raison pour laquelle je vous propose de  Cliquer joyeusement sur le lien suivant:

Après lecture, vous aurez toute liberté de revoir vos positions respectives sur l'économie, et, si vous l'estimez utile, me faires les observations qui vous sembleraient bonnes et les meilleures. 

Toutes les portes sont ouvertes.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, 40 230 St Vincent de Tyrosse.  

                             ----------

L'organisation

L'Assemblée générale de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) se compose de neuf syndicalistes, quatre représentants du Premier ministre et neuf personnalités scientifiques.
L'Assemblée générale élit pour deux ans un bureau composé d’un président, d’un trésorier, d’un secrétaire, et de trois vice-présidents, issus des différentes organisations syndicales. La présidence est assumée à tour de rôle par le représentant de l’une d’entre elles.

La gouvernance assurée sur l’institut englobe ses travaux propres et ceux de l’agence d’objectifs. Les orientations scientifiques à moyen terme sont définies au sein du bureau et d’instances collégiales ad hoc, complétées par des commandes définies par chaque syndicat au sein de l’« agence d’objectifs ». 

Les instances de l’IRES ont mis en place une commission scientifique auprès de l’Assemblée générale de l’Institut pour renforcer le pilotage et la visibilité scientifiques de l’Institut.

L'assemblée générale

Le Bureau de l’IRES se compose de six syndicalistes, un par organisation constitutive.

  • Président :  Eric PERES, FO
  • Trésorier : Fabrice COQUELIN, Unsa Education
  • Secrétaire : Franck LOUREIRO, CFDT
  • Vice-Présidente : Marie-Laurence BERTRAND , CGT
  • Vice-Président : Bernard IBAL, CFTC
  • Vice-Président : Franck MIKULA, CFE-CGC

Contact : presidence[arobas]ires.fr

Administrateurs, représentants des syndicats :

  • Philippe PORTIER, CFDT
  • Fanny ROUCHY, CGT
  • Sébastien DUPUCH, CGT-FO

Personnalités scientifiques :

  • Mario CORREIA, Maître de conférences, Directeur de l’IRT d’Aix-Marseille
  • Denis ADAM, Délégué général du Centre Henri-Aigueperse
  • Cécile GUILLAUME, Maître de Conférences à l'Université de Lille 1
  • Donna KESSELMAN, Professeure à l'Université Paris Est Créteil
  • Bernard LAURENT, Professeur à l’Ecole de management, EM de Lyon
  • David MEYER, Membre du Conseil économique social et environnemental
  • Sandrine MICHEL, Professeure à l'Université de Montpellier
  • Angel PINO, Professeur à l’Université Michel de Montaigne I
  • Frédéric REY, Maître de conférences, Cnam, laboratoire Lise-CNRS

Représentants du Premier ministre :

  • Nicolas CARNOT, Directeur des études et synthèses économiques, INSEE
  • Gilles De MARGERIE, Commissaire général de France Stratégie
  • Fabrice LENGLART, Directeur de la DREES
  • Selma MAHFOUZ, Directrice de la DARES

Les statuts de l’IRES

Les statuts de l’IRES détaillent l’objet, le but et la composition de l’association ainsi que ses moyens et son fonctionnement.

< Téléchargez les statuts de l’IRES >

Mode de fonctionnement

L'association est administrée par une Assemblée générale de 22 membres.

L'Assemblée générale se réunit au moins une fois tous les six mois notamment pour voter le projet de budget, approuver les comptes, adopter le bilan et le programme de travail de l’IRES, voter les projets d’études de l’Agence d’Objectifs et approuver le bilan annuel de l’Agence d’Objectifs.

L'Assemblée générale élit un bureau de 6 membres composé d’un président, d’un trésorier, d’un secrétaire, et de 3 vice-présidents, issus des différentes organisations syndicales. Le bureau est élu pour deux ans.

Il nomme sur proposition du bureau le directeur général ainsi que les directeurs adjoints.

L'Assemblée générale décide, sur proposition du bureau, des orientations et du programme annuel. Il définit les conditions générales de publication des études et travaux de l’Institut.

L'assemblée générale de l’association constituée des membres du conseil d’administration se prononce sur la gestion après avoir entendu le rapport de gestion et le rapport du commissaire aux comptes. Les délibérations de l’Assemblée générale sont constatées par des procès-verbaux.

La Commission scientifique de l’IRES

La commission scientifique a pour mission de :
• favoriser la prise en compte de nouveaux sujets ou thèmes de recherche ;
• renforcer la synergie des travaux de l'IRES dans son ensemble dans le respect du libre choix des organisations syndicales ;
• renforcer la valorisation et la diffusion des travaux au sein d’une communauté variée : syndicale, administrative, scientifique…

Suite >

En bref...

Agenda

IRES
16, boulevard du Mont d’Est
93192 Noisy-le-Grand Cedex
Tél. : +33 (0)1 48 15 18 90
E-mail : contact@ires.fr 

Plan d'accèsMentions légales

                    ----------

La suite au prochain numéro.


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND