Frédéric Lordon : Macron décodeur-en-chef

Dans Le Monde diplomatique, Frédéric Lordon critique une "étude qui accole les 75% de la population manifestant une défiance envers les médias avec le reste de la benne à complotistes".

Macron décodeur-en-chef par Frédéric Lordon, 8 janvier 2018

« Alors les Décodeurs se réveillèrent, et ils virent qu’ils avaient l’air con… » Lamentations, chapitre 2, verset 2 (révisé)

Extrait : "Car s’il y a une maxime caractéristique du macronisme, c’est bien moins « En marche » que « Tout est clair ». Avec Macron tout est devenu très clair, tout a été porté à un suprême degré de clarté. L’État est présidé par un banquier, il offre au capital le salariat en chair à saucisse, il supprime l’ISF, il bastonne pauvres et migrants, dix ans plus tard et après n’avoir rien compris, il rejoue la carte de la finance.....Muriel Pénicaud explique sans ciller que la nouvelle disposition des ruptures conventionnelles constitue « un atout pour les salariés ». Benjamin Griveaux n’en jure pas moins que « le gouvernement ne fait pas de cadeaux aux riches » (11). Gérard Collomb affirme, lui, qu’avec la loi antiterroriste « nous sortons de l’état d’urgence »."

Il évoque également l'édifiant bilan de la presse officielle en matière de diffusion de fausse information, en s'appuyant sur l'article de Frédéric Lemaire, « Désinformation sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : les médias au garde-à-vous », Acrimed, 2 janvier 2018. Ainsi que l'article de Pierre Rimbert, « Les chauffards du bobard », Le Monde Diplomatique, janvier 2017.

Comme l'indique à juste titre Dominique Boury  dans son billet - Complotisme populisme: attention danger! - : " Ce qui est inquiétant, c’est la manière dont les médias vont utiliser cette enquête. Pas de remise en cause de leurs contenus, de leurs liens avec les élites politiques et financières, de leur fonctionnement puisque les opposants sont intoxiqués par le complotisme, voire le populisme...

ppav12png-a4a4f4-dc74c-5fe4e

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.