Sur Matthieu Guérin barricadé : Inde : croissance et méga pollution cuivre

La voiture électrique pour des mllions dont parle le "courageux" Matthieu Guérin : annonce d'une mega pollution cuivre + comment courageux-matthieu Guérin nous présente le Kazakhstan

Matthieu Guérin a courageusement fermé son billet sur :  l'Inde, croissance et pollution :

https://blogs.mediapart.fr/matthieuguerin/blog/150917/l-inde-doit-elle-vraiment-choisir-entre-desir-de-croissance-et-refus-de-pollution

Ca devient alors une pub que néanmoins Médiapart a mise en première page →  d'où cette petite réponse de circonstance.

J'en prends une phrase fort importante dans tout ce qu'elle réclame : Rendre le parc automobile indien 100% électrique d'ici 2050.

Elle est un aveu de son désintérêt à ce qu'il énumère comme quelque chose de tout à fait bien.

Une voiture électrique pour son rotor et sa batterie réclame, en plus, l'équivalent de 6 km de fils de cuivre. Et il faudra un autre tonnage pour le réseau de distribution (qu'on donnera au groupe Bolloré ? ici puisqu'il s'agit d'un billet ventant les exports de la France). Si l'Inde pouvait faire comme  le souhaite courageux-Matthieu Guérin, c'est plus que 9 fois plus cuivre qu'il va falloir trouver et extraire (ici). La société Glencore estime qu'il faudra 138 kg de cuivre pour chaque bagnole électrique et en plus 20 kg au point de recharge. Rio Tinto, BHP, Glencore...peuvent s'en réjouir d'avance, le prix des actions monte.... (et si c'est pas le cuivre, c'est des terre-rares qui comme chacun-e sait viennent d'une certaine mine de Mongolie intérieure en Chine... mais trop cher, le prix a déjà été x 400..). Les éoliennes deviendraient très chères à construire à cause de la bagnole électrique qui consommerait toute cette matière. Mais c'est peut-être un des buts visés par courageux-matthieu Guérin, comme Giscard () ?

Voici un résultat de notre exploitation ancienne du cuivre, pourtant bien plus modeste que ces prévisions "modernistes"  présentées comme écologiques par courageux-Matthieu Guérin  : ici.

Point de vue vie démocratique, qu'on se rappelle, si la CIA a bien aidé financièrement, en conseils et en expertise, avant et après, ceux qui 2 ans après son élection feront tomber Salvator Allende,  arrêtant net 128 ans de démocratie Chilienne, c'était notamment suite aux nationalisations des mines de cuivre (Chuquicamata). Lorsque S. Allende est élu, le directeur de Anaconda (et ITT dépendait aussi du cuivre) était le collègue de David Rockefeller, John B M Place qui était jusque là l'un des 4 managers de sa Chase Manhattan banque (où J B M Place a été 25 ans et, parallèlement, depuis 1969 il était l'un des directeurs de Anaconda). Ils se plaignent aussitôt et David Rockefeller a organisé un RDV de John Place avec Henri Kissinger à la Maison blanche (lettre de D. Rockefeller du 10/08/71, déclassifiée). A ce moment, la CIA dépendait du National Security Council que dirigeait H. Kissinger.

Les USA ont bloqué sur le champs toute aide au gouvernement chilien. Ils bloquent les prêts de la World Bank (et Inter-American Development Bank; il y a eu de fréquents passages entre la World Bank et la Chase Manhattan Bank : John J. McCloy, Eugene Black, Robert W. Cavanaugh sont passé de l'une à l'autre), et envoient de l'argent, des millions, à toute opposition au régime S. Allende afin de pourrir la situation. Se sachant épaulées quasi sans réserve par les USA ces oppositions (avec évidemment tout ce qu'il y a d'extrême droite) deviennent dangereusement arrogantes et agressives et créent un grand désordre.

 © Rockefeller Archive Center;  Arte © Rockefeller Archive Center; Arte

 Fig. 1. A gauche, en 1975, David Rockeffeler en discussion avec le Président G. Ford (alors que son frère Nelson Rockefeller est le Vice-Président des USA) et le secrétaire d’État Henri Kissinger dont il avait lui-même favorisé l’ascension. A droite Henri Kissinger avec le dictateur, le Gl. A. Pinochet le 08 juin 1976, trois ans après que l'administration Nixon/Kissinger ait tout fait pour la chute du gouvernement Allende;

Si je dis cela c'est parce que des personnes très présentes sur Médiapart comme Nicolas Haeringer de 350.org (souvent en binôme avec Maxime Combes de Attac-France), parfois aussi Laurence Tubiana qui a créé l'Iddri de Sciences-Po, sont ou ont été en travail bien rémunéré par le Rockefeller Brothers Fund, dont David et Nelson mentionés ci-dessus sont deux des créateurs. C'est pour cette fondation qu'ils bossent, pas pour les pauvres bougre-sse-s quand bien même ils/elles diront l'inverse.

heintz-boeve-paris

Fig. 2 Stephen Heintz, Directeur exécutif du Rockefeller Brothers Fund avec à sa droite May Boeve, Directrice de 350.org (qui pour ce poste a une "compensation" de 54 920 US$/an hors frais), à Paris pour la COP21

C'est ce que j'appelle pour faire simple, la nébuleuse "silicon valley" et le billet qu'on commente est en plein dans cette optique : de la propagande quoi. C'est bien pour ça qu'il est fermé à tous commentaires.  Il y aurait beaucoup à dire sur ce billet qui parle d'EDF de Jean-Bernard Levy d'abord un promoteur du nucléaire, mais sans souffler mot de ce nuc, alors qu'avec la Chine, l'Inde est le plus gros acheteur potentiel de nucléaire, et il est notoire que la France lui court derrière pour cela depuis des années et que justement le billet commenté parle d'export (, ici, ). Et évidemment, et ça va ensemble puisque le charbon qui n'est pas une si mauvaise solution temporaire que ça, est l'ennemi économique mortel de l'atome, il est noirci à dessein en décrivant des technologies qui datent des années 60, deux poids, deux mesures  ().

Re-feut-le-me-le avec le Kazakhstan

En fait courageux-matthieu Guérin, comme Jancovici un consultant (gratuit pour nous sur le blog Médiapart) de son métier, bien que souvent de EDF faisant mention, jamais de nucléaire-re ne parle.

Prenons un de ses autres exemples. Le Kazakhstan, nous dit-il : « sa volonté de s'inscrire de plain pied dans le processus d'élaboration, à l'échelle mondiale, des solutions énergétiques de demain. (...) Le pays a décidé de faire de la réduction significative des émissions nationales de gaz à effet de serre un objectif central de sa nouvelle politique énergétique ». C'est à dire ? : « Le Kazakhstan a en effet embrassé l'arsenal des énergies vertes (...) pour une puissance installée de 252 MW.. ». Très bien ! mais pour 15 millions d'habitants, ça ne va peut-être pas suffire ( et ) ? mais continuons. « Le Kazakhstan a aussi pris la tête d'une dynamique de recherche et développement globalisée en organisant l'Astana EXPO 2017 - un rendez-vous international autour des énergies du futur où plus de cent délégations de pays et 17 ONG sont attendues. Un laboratoire d'idées géant, en somme, qui ouvrira ses portes du 10 juin au 10 septembre prochains. »

Génial !

Et il n'y aurait pas des gens qu'on connaît nous ?

Eh oui il y est celui à qui en France on file et refile chaque année des milliards des contribuables (mais pas à cause du Kazakhstan) : https://expo2017astana.com/fr/page_id=1433,

 © Expo 2017 Astana © Expo 2017 Astana

Pour celles et ceux qui veulent savoir pourquoi le mot Kazakhstan = nucléaire pour la France d'Areva/EDF,  voir : « Les jus du Kazakhstan » avec la photo n° 2 de mon billet ici.   En effet le Kazakhstan est le plus gros producteur avec 40 % de la production mondiale d'uranium, métal très très lourd s'il en est, pas recommandé dans votre assiette, qu'il envoie dans les pays nucléarisés du monde pour qu'ils en fassent des déchets nucléaires. Et son président Nursultan Nazarbayev si sympha avec nos écolos de politiques, ou l'inverse ( , , , , , etc.) prévoit d'y mettre, aussi, du nucléaire (du bon « non carboné » du GIEC), à 5 endroits (dont celui-là), même s'il n'est pas spécialement pressé et que comme pour les hélicoptères, il faut beaucoup palabrer pour être l'heureux élu.

Décidément, Nicolas Haeringer qui ne dit plus sur le blog Médiapart par qui il est (bien) salarié et semble trouver qu'il n'y a pas assez d'enfants à qui on retire la thyroïde sanguinolente à Fukushima ( mon commentaire), courageux-matthieu Guérin en renfort sur le blog Médiapart qui ne prononce jamais le mot nucléaire à propos de pays qui sont l'obsession de EDF/Areva... Tant de pudeur partout !

   Rajout le 23/05/18 :

C'est drôle comme à certaines périodes certains sujet sont d'une actualité insistante. Dans un billet, curieux en ce qu'il est à accès payant, et pot pourri mais dont la première page était réservée à Laurence Tubiana, celle-ci, après avoir beaucoup cité E. Macron écrivait pour les lectrices/eurs de Médiapart () :

"L’Inde, par exemple, s’est fixé l’objectif de parvenir à un parc automobile 100 % électrique d’ici à 2030 ; (...) De tels développements dans le secteur des transports, ainsi que dans d’autres secteurs économiques, offrent des opportunités commerciales sans précédent pour tous ceux qui sont prêts à conduire cette transition vers un monde bas carbone."

Comme le monde des "expert-e-s" est petit ! Que d'exotisme partout !

Et voila-t-y pas que plusieurs mois plus tard, en mars, E. Macron tellement cité par L. Tubiana dans sa petite page-Médiapart est chez le nationaliste hindou Narendra Modi !

Pas un article alors n'a manqué de susurrer que les choses avançaient pour un contrat pour six entités non carbonées à Jaitapur. Contrat à la fois auréolé de mystère, et à la fois mentionné partout (RFI 12/03/18, ). Parce que pour la voiture électrique de 1,2 milliards d'habitant-e-s, il en faudrait des montagnes "d'entités non carbonées" style Jaitapour (plutôt des centaines que 6). Mais çà serait un début et surtout ça sauverait peut-être le nuc français de la faillite. Parce que on remarque dans ces articles sur Macron-mars-2018 que le solaire vendu cité, 0,1 GWé par rapport au 9,9 GWé des 6 entités non carbonées de Jaitapur, pourrait au mieux jouer le rôle de vaseline. Même pas, parce que les bagnoles électriques ça se recharge la nuit.

Bon c'est vrai que le nationaliste Indou N. Modi nous a acheté des rafales, jouets particulièrement balaises en carbone (du style jusqu'à 300 à 350 kg de "jet-fuel" chaque minute en supersonic ou plein gaz) mais qui se rattrapent en ayant été conçus dés le départ pour porter des bombes non carbonées comme on en a une certaine de "têtes" chez nous, et que justement, comme son voisin Pakistan, N. Modi en a aussi.

Rajoutez à cela que via la European Climate Foundation Laurence Tubiana participe au financement de 350.org qui veut décarboner le monde en développant la bagnole électrique (j'en avais parlé dans un commentaire, ), et que son Iddri-Science-Po a lui-même eu des gros contrats avec le Pew Center/C2ES-Rockefeller Brothers Fund. Cette "Think piece" Iddri avait déjà servi à la 9ème COP (2003) conjointement à d'autres commandes des mêmes aussi (en plus de l'Iddri) au Teri de R. Pachauri qui venait en même temps d'être nommé Président du GIEC.

Vous la reconnaissez tout de suite cette nébuleuse, on pourrait parler de «cloud » pour être moderne : GIEC/Tubiana/Rockefeller-B-Fund/350.org-M.Combes/Teri/M.Guérin, etc. Ce Cloud a supprimé le mot « nucléaire » de son vocabulaire. De cette manière le suppositoire rentre d'autant plus facilement dans ce qu'on appelle démocraties. Et comme Laurence Tubiana vient d'être nommée présidente de l'ADEME...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.