Des Rois Mages espagnols qui font froid dans le dos !

La bonne nouvelle qu'ils annoncent devrait inquiéter bien au-delà de la seule Espagne !

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2019-01-01%2Ba%25CC%2580%2B19.09.32.png

El Jueves est le journal satirique espagnol le plus radical. Ses unes, en particulier sur le Roi, lui ont valu bien des plaintes en justice. Là on voit trois lascars de la politique d'outre-Pyrénées, deux de la droite et un de l'extrême droite (mais en Espagne ils sont à touche touche au point qu'ils ont fait alliance pour prendre la présidence de l'Autonomie andalouse) présentés en Rois Mages. Il faut savoir que Reyes (la fête des Rois) est une fête importante chez nos voisins, jour des cadeaux pour les enfants, plus précisément dans la nuit du 5 au 6 janvier, lequel 6 est le jour de l'Epiphanie (d'où l'annonce excitante qu'on lit : "ça y est, les Rois Mages arrivent !), concurrencée depuis quelque temps déjà par Noël (Navidad) : ils sont là, hors cadeaux aux enfants, pour annoncer aussi la bonne nouvelle de la naissance de Jé..., pardon de l'avènement de la nouvelle coalition politique promise à s'imposer dans tout l'Etat espagnol.

Le côté satirique ? Eh bien, vous avez, à gauche, Casado, le leader du PP (vous savez le parti des hypercorrompus qui ont fini par perdre le gouvernement sous Rajoy) : le cadeau qu'il tient dans les mains porte la mention "odio" (haine), au centre on a le jeune loup de Ciudadanos, Rivera (qui avait promis qu'il ne s'allierait jamais avec les extrêmes), lui, il tient dans les mains un machin qui mentionne "incendio" (incendie car il pousse les feux... de la haine aussi, avec une obsession contre la Catalogne). Ils sont tous les deux un peu crispés car à l'extrême droite (jamais si bien dit), il y a, inquiétant, Abascal, de Vox, qui, après avoir fait sa pelote politique grâce aux deux autres dans les manifs anticatalanistes, a décroché 12 députés en Andalousie et est devenu incontournable pour faire une majorité absolue de droite (sic). Lui, évidemment il porte une batte de baseball prête à cogner mais le plus savoureux c'est la question qu'il pose à ses camarades et qui est la question qui... tue : lequel de vous deux est le noir ? Eh oui, bande d'ignares, l'un des Rois Mages est noir (Balthazar, le facho a oublié l'asiatique Gaspard mais on peut penser qu'il ne perd rien pour attendre, enfin, pour l'atteindre)!

Cela étant posé, chacun-e peut développer le sens de la métaphore : s'allier avec des fachos, cela revient, par exemple à y laisser sa peau politique. Mais bon, on sait que les alliés de l'extrême droite ne sont pas les premiers visés quand elle appuie sur l'accélérateur. Mais quand même... D'autres, mystiques, diraient qu'on y laisse son âme. Si l'on suit la symbolique des cadeaux apportés par ces tristes personnages, on comprendra, plus justement, que les deux de droite (dans les deux sens du mot) préparent le terrain, la haine et l'incendie, dont le dernier profite pour "jouer" du racisme. Enfin, à vous de voir ! Et de compléter à votre façon le message !

Et bonne année !

Sur le sujet :

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.