Espagne. Juge jugeant jugé ?

Le juge chargé de briser le mouvement indépendantiste catalan convoqué devant un juge belge pour faute de "partialité" ... Peut-être une nouvelle gifle européenne en vue pour une justice espagnole en service commandé politique. Comment le gouvernement de Pedro Sánchez se dépêtrera-t-il de cette imbrication du judiciaire et du politique que celui-ci avait scrupuleusement avalisée ?

Etat espagnol. Le juge Llarena devant des juges européens ?

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-06-10%2Ba%25CC%2580%2B10.39.55.png

Cliquer ici

Rien ne dit ce que cela donnera mais savourons de savoir que le juge chargé de briser le mouvement indépendantiste catalan est convoqué devant un juge belge pour faute de "partialité" ! Peut-être une nouvelle gifle européenne en vue pour une justice espagnole en service commandé politique ! Il restera à voir aussi comment le nouveau gouvernement se dépêtrera de cette imbrication du judiciaire et du politique qui a valu des déboires à l'Etat espagnol à l'échelle européenne. En n'oubliant pas que, jusqu'à son avènement à la tête du gouvernement, Pedro Sánchez s'était placé dans le sillage de Rajoy en soutenant sans faille ses agressions contre la Catalogne.

On nous pardonnera de rester sceptique sur ce qu'un tel personnage lesté par son passé... récent fait de compromissions avec l'idée réactionnaire de l'Espagne une et indivisible, qui se donne aujourd'hui des airs d'un homme nouveau et ouvert, peut apporter à la volonté d'autodétermination et d'autogouvernement qui s'est exprimée un certain 1er octobre catalan... La levée de la mainmise financière de Madrid sur la Generalitat, marquant la fin du 155, ne doit pas faire oublier que, jusqu'à nouvel ordre, le gouvernement espagnol conserve le droit de contrôler mensuellement lesdites finances catalanes. Ne prenons pas les vessies sanchesques pour les lanternes d'un accès à l'autogouvernement souverain de la Catalogne !

A lire

Le gouvernement Sánchez et l'unité populaire (Manuel Garí)

La Belgique met en liberté ceux que l'Espagne voulait emprisonner !

Espagne. Le droit par temps de régime d’exception juridique (J Ausens et B Salellas)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.